L’UE inaugure la première usine de désalinisation de Gaza
Rechercher

L’UE inaugure la première usine de désalinisation de Gaza

La délégation européenne promet 10 millions d’euros supplémentaires pour doubler la production d’eau potable

Johannes Hahn, Commissaire européen pour la politique régionale et l'intégration européenne (au centre) visite l'usine de désalinisation d'eau de la bande de Gaza financée par l'Union européenne, à Deir al-Balah, le 14 juin 2016. (Crédit : AFP PHOTO/Mahmud Hams)
Johannes Hahn, Commissaire européen pour la politique régionale et l'intégration européenne (au centre) visite l'usine de désalinisation d'eau de la bande de Gaza financée par l'Union européenne, à Deir al-Balah, le 14 juin 2016. (Crédit : AFP PHOTO/Mahmud Hams)

La première usine de désalinisation de la bande de Gaza a été inaugurée mardi pendant une cérémonie en présence d’une délégation de l’Union européenne (UE) qui a financé le projet.

La construction de la centrale à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, a commencé en mars 2014 grâce à un financement de 10 millions d’euros de l’UE. La construction a maintenant terminé sa première étape, et l’usine devrait déjà pouvoir fournir 6 000 mètres cubes d’eau dessalée quotidiennement, a annoncé le site d’informations palestinien Al Quds.

La station doit toujours subir des tests intensifs cet été pour vérifier l’efficacité des pompes, des filtres, et des membranes d’osmose inverse, qui permettent de purifier l’eau. Pendant cette étape, la qualité de l’eau dessalée sera vérifiée pour assurer qu’elle correspond aux normes avant d’être distribuée à la population.

Le Commissaire européen pour la politique régionale et l’intégration européenne, Johannes Hahn, était présent pour l’inauguration et a déclaré que 10 millions d’euros supplémentaires seraient attribués à la deuxième phase de construction de l’usine, qui devrait commencer mi-juin et durer 36 mois. A la fin de cette phase, l’usine devrait pouvoir produire 12 000 mètres cubes d’eau potable par jour.

Le projet de construction de l’usine a été mis en place par l’UNICEF, et la construction a été menée par l’Autorité de l’eau palestinienne et le Service de l’eau des municipalités côtières, la compagnie responsable de l’eau et des services d’assainissement dans la bande de Gaza.

« L’eau et les ressources naturelles ont été très endommagées après des années de conflit continu à Gaza, et donc 95 % de l’eau à Gaza n’est pas adaptée à l’utilisation humaine. Par conséquent, nous soutenons cette purification d’eau pour fournir de l’eau propre et pure à plus de 150 000 Palestiniens », a déclaré Hahn.

Johannes Hahn, Commissaire européen pour la politique régionale et l'intégration européenne (au centre) en conférence de presse pendant la visite l'usine de désalinisation d'eau de la bande de Gaza financée par l'Union européenne, à Deir al-Balah, le 14 juin 2016. (Crédit : AFP PHOTO/Mahmud Hams)
Johannes Hahn, Commissaire européen pour la politique régionale et l’intégration européenne (au centre) en conférence de presse pendant la visite l’usine de désalinisation d’eau de la bande de Gaza financée par l’Union européenne, à Deir al-Balah, le 14 juin 2016. (Crédit : AFP PHOTO/Mahmud Hams)

Initialement, quand l’usine a été annoncée il y a un peu plus de deux ans, elle devait fournir de l’eau fraîche aux 75 000 résidents de Khan Yunis et de Rafah, dans le sud de Gaza.

June Kunugi, le représentant spécial de l’UNICEF pour la Palestine, a déclaré pendant la cérémonie que « la fin de la première phase de ce projet ambitieux est un symbole d’espoir et de changement positif à Gaza, qui augmentera l’accès à de l’eau sure, essentielle à la vie et au bien-être. »

« Plus de quatre Palestiniens de Gaza sur cinq achètent de l’eau potable à des vendeurs privés non régulés, un lourd fardeau pour les familles pauvres », avait déclaré en 2014 l’UE et l’UNICEF dans un communiqué.

La désalinisation de l’eau de la mer Méditerranée est essentielle pour freiner la sur-extraction de l’eau de la nappe phréatique de l’aquifère côtier, et pour empêcher un désastre environnemental avec l’effondrement complet de cet aquifère, affirmait une déclaration de l’UNICEF en 2015, ajoutant qu’un rapport de 2012 des Nations unies avait prévenu que la sur-extraction pourrait rendre le seul aquifère de Gaza inutilisable dès 2016.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...