L’UE offre 46 millions de dollars supplémentaires à l’UNRWA
Rechercher

L’UE offre 46 millions de dollars supplémentaires à l’UNRWA

Ces fonds supplémentaires permettront de combler en partie le déficit budgétaire causé par la décision des États-Unis de mettre fin à sa contribution à l'agence

Une femme palestinienne avec ses enfants après avoir reçu des vivres au camp de réfugiés de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 février 2018. (AFP / Said Khatib)
Une femme palestinienne avec ses enfants après avoir reçu des vivres au camp de réfugiés de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 février 2018. (AFP / Said Khatib)

L’Union européenne (UE) a annoncé qu’elle allait apporter 40 millions d’euros supplémentaires à l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens afin qu’un accès à l’éducation et aux soins en Cisjordanie et dans la bande de Gaza soit toujours possible.

La décision de l’UE annoncée vendredi devrait permettre de combler un déficit budgétaire de 217 millions de dollars alors que les États-Unis ont mis fin à leur contribution de 350 millions de dollars à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

L’agence a reçu jeudi des dons d’un montant total de 118 millions de dollars de la part de pays donateurs afin de l’aider à surmonter la crise.

L’Allemagne, la Suède, l’Union européenne, la Turquie et le Japon figuraient parmi les pays qui ont apporté des fonds supplémentaires à l’UNRWA, a-t-il été annoncé lors d’une réunion tenue en marge de l’Assemblée générale des Nations unies.

Néanmoins, ce déficit a entraîné la suppression de 113 emplois et la conversion de 584 postes à temps partiel. Les employés de l’UNWRA à Gaza ont entamé une grève lundi afin de protester contre les réductions de salaires et les licenciements.

Environ 80 % des Palestiniens de la bande de Gaza, une zone appauvrie, sont éligibles à l’aide de l’UNRWA.

Des élèves rassemblées devant une école de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) à Gaza City, le 29 août 2018, journée de la rentrée des classes. (Crédit : AFP PHOTO / Mahmud Hams)

Le chômage dans l’enclave est à un niveau très élevé et les employés affirment que leur famille se retrouvera en danger s’ils sont licenciés de l’agence.

L’agence vient en aide à quelque 5 millions de réfugiés palestiniens enregistrés et à leurs descendants. Elle assure la scolarisation de 526 000 enfants en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, au Liban, en Syrie et en Jordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...