L’UKIP suspend un candidat qui avait justifié l’Holocauste
Rechercher

L’UKIP suspend un candidat qui avait justifié l’Holocauste

Paddy Singh avait écrit régulièrement des propos antisémites et racistes sur Twitter

Vue aérienne sur le Parlement britannique à Londres (Crédit : Josep Renalias/Wikimedia commons/CC BY 3.0)
Vue aérienne sur le Parlement britannique à Londres (Crédit : Josep Renalias/Wikimedia commons/CC BY 3.0)

Le parti nationaliste britannique de l’UKIP a suspendu un candidat au Parlement après qu’il a apparu qu’il tenait régulièrement des propos antisémites sur Twitter, dans lesquels il avait notamment justifié l’Holocauste.

L’UKIP a fait savoir que le parti enquêtait sur les actions de Paddy Singh et lui avait « retiré son soutien pour sa candidature » lors des élections générales du 8 juin, selon la BBC.

Le groupe Campaign Against Antisemitism, un observatoire britannique, a publié vendredi son dossier sur Paddy Singh, candidat de l’UKIP pour la circonscription de Wiltshire North lors du prochain scrutin.

Les tweets ont été découverts sur le compte Twitter qu’il gérait, en 2014 et en 2015, au nom de son agence de voyage, Hindoostan Tours, a fait savoir le groupe, qui a ajouté que Singh avait admis les avoir rédigés puis avoir présenté ses excuses pour leur publication.

Un message affirmait ainsi : « A certains moments, je me demande si les nazis n’avaient pas raison lorsqu’ils parquaient les Juifs dans des camps de concentration ».

Un autre, qui date de l’été 2014 – alors qu’Israël combattait le Hamas à Gaza – disait : « Les Israéliens sont à la base des nazis dans leur mentalité. Les survivants de l’Holocaste [sic] ont bien tiré les leçons de leurs bourreaux ». Un troisième établissait : « Aucun espoir de cessez-le-feu avec les Juifs nazis, ces chiens sauvages déchaînés ».

Les tweets haineux de Singh n’étaient pas seulement dirigés contre les Juifs. Dans l’un d’entre eux, il qualifiait les Africains et les Chinois d' »animaux », rapporte la BBC.

Lorsque le mouvement Campaign Against Antisemitism est entré en contact avec Singh, ce dernier a admis avoir envoyé les tweets et présenté ses « excuses les plus totales », ajoutant qu’il n’aurait jamais dû faire de commentaires « spontanément » après avoir lu des articles, mais qu’il n’avait aucune explication à apporter sur les raisons pour lesquelles il n’avait cessé de tenir de tels propos au fil des années.

Gideon Falter, président de Campaign Against Antisemitism, a expliqué : « Cela dépasse l’entendement que quelqu’un affichant des points de vue si répugnants ait été choisi pour siéger au parlement. L’UKIP doit expulser le Capitaine Singh du parti immédiatement et expliquer comment ce dernier a pu devenir un potentiel candidat en premier lieu ».

L’UKIP lutte contre les critiques qui, citant de nombreux cas de discours de haine contre les Musulmans et les Juifs par les représentants de ce parti nationaliste, indiquent qu’il est une formation issue de l’extrême droite xénophobe.

Ce mouvement anti-Union européenne stigmatise les immigrants – en particulier les musulmans. L’un des porte-paroles de l’UKIP, Gerard Batten, avait demandé à ce que les Musulmans signent une déclaration rejetant la violence.

Et un législateur de l’UKIP au Parlement européen, Stuart Agnew, a soutenu en 2015 l’interdiction de l’abattage rituel des animaux par les Juifs et par les Musulmans, tentant apparemment de cibler ces derniers, même si l’ancien chef du parti, l’orateur flamboyant Nigel Farage, n’avait pas soutenu cette proposition qui est restée lettre morte.

Toutefois, l’UKIP, comme le parti travailliste, les démocrates libéraux, le parti conservateur et d’autres, ont interdit et suspendu des membres qui s’étaient illustrés dans des discours de haine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...