L’un des derniers parents d’Hitler était fiancé à une femme juive
Rechercher

L’un des derniers parents d’Hitler était fiancé à une femme juive

Le petit-neveu du dictateur nazi a révélé que son frère avait demandé la main de sa petite amie juive. Elle a rompu les fiançailles en découvrant le passé de la famille

Adolf Hitler s'adresse aux soldats lors d'un rassemblement nazi à Dortmund, en Allemagne (Crédit : Hulton Archive/Getty Images via JTA)
Adolf Hitler s'adresse aux soldats lors d'un rassemblement nazi à Dortmund, en Allemagne (Crédit : Hulton Archive/Getty Images via JTA)

L’un des derniers membres encore en vie de la famille du dictateur nazi Adolf Hitler devait épouser une jeune juive qui a rompu ses fiançailles lorsqu’elle a appris l’histoire secrète et sinistre de la famille, a révélé mardi le journal allemand Bild.

Les derniers parents d’Hitler encore de ce monde mènent des vies modestes et tranquilles à Long Island, à New York.

A l’occasion de sa première interview publique en plus d’une décennie, l’un de ces proches – Alexander Stuart-Houston, petit-neveu de Hitler, dont le deuxième nom est Adolf – a révélé que l’un des membres de sa famille avait prévu d’épouser sa petite amie, une juive, qui avait ultérieurement rompu ses fiançailles. Alexander n’a pas précisé de quel frère il s’agissait et n’a pas identifié la fiancée juive.

Alexander, 68 ans, est le plus âgé des trois petits-fils survivants du demi-frère de Hitler, Aloïs, qui s’était installé à Liverpool avec son épouse irlandaise, Brigid Dowling, dans la première décennie du 20e siècle.

Le fils d’Aloïs, William Hitler, était né en 1911 à Liverpool.

Alors qu’il était âgé d’une vingtaine d’années et qu’Adolf Hitler était devenu chancelier d’Allemagne, William avait pris la décision de quitter la Grande-Bretagne pour l’Allemagne. Il y était devenu banquier à Berlin en 1935.

Mais peu satisfait de son travail et rejeté par son oncle, il avait pris la décision de s’installer avec sa famille aux États-Unis.

Il s’était même enrôlé dans la marine américaine, où il a servi pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1946, affublé dorénavant du nom le plus méprisé dans le monde, William Hitler avait déménagé en compagnie de sa famille à Long Island et avait changé de nom, s’appelant dorénavant Hiller – le nom le plus adopté par les autres familles Hitler vivant dans l’Allemagne d’après-guerre. Pour des raisons qui n’ont pas clairement été établies, il a ensuite une nouvelle fois changé son nom, optant pour Stuart-Houston.

Il a eu quatre fils : Alexander, Brian, Louis et Howard.

Howard a été le seul à se marier, il voulait avoir des enfants, mais est mort dans un accident de voiture en 1989.

Les trois frères survivants vivent encore dans leur petite ville natale de Patchogue.

Le fait qu’aucun des frères survivants ne se soit marié et qu’ils n’aient pas eu d’enfants laisse à penser qu’ils avaient d’eux-mêmes décidé de ne pas avoir de descendance, laissant la lignée de la famille Hitler s’éteindre naturellement. C’est ce qu’avait affirmé le journaliste britannique David Gardner, qui les avait suivis dans les années 1990 et avait écrit un livre intitulé : Le dernier des Hitler.

« Ils n’avaient pas signé de pacte, mais ils en avaient parlé entre eux, ils avaient évoqué le fardeau qu’ils portaient dans les coulisses de leurs existences, et ils avaient décidé qu’aucun d’entre eux ne se marierait, qu’aucun d’entre eux n’aurait des enfants. Et cela a été… un pacte qu’ils ont respecté jusqu’à maintenant », avait déclaré Gardner.

Alexander a nié l’existence d’un tel pacte dans une interview accordée en 2002 à Gardner, mais il a indiqué que ses frères pouvaient en avoir conclu un sans l’y avoir impliqué. Seize ans plus tard, dans l’interview accordée à Bild, il a encore une fois démenti un tel accord avec véhémence, le qualifiant de « c*nnerie » et révélant que l’un de ses trois frères avait tenté, en vain, d’épouser sa petite amie juive.

Alexander a également confié que les frères avaient discuté de l’écriture d’un livre consacré à leurs vies en tant que derniers parents de la lignée de Hitler mais qu’ils avaient changé d’avis : « Nous ne le ferons pas, même pour tout l’argent du monde ».

Républicain pendant toute sa vie – ce qui est aussi le cas de ses frères – il s’en est pris au président américain Donald Trump, le qualifiant de « menteur ».

« Donald Trump est la dernière personne au monde que j’admire. Il ne fait vraiment pas partie de ceux que je préfère. Certaines choses que dit Trump sont vraies. C’est sa manière de les dire qui m’ennuie. Et en fait, je ne supporte pas les menteurs », a-t-il expliqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...