L’UNESCO votera sur la rupture de ses liens avec le carnaval d’Alost
Rechercher

L’UNESCO votera sur la rupture de ses liens avec le carnaval d’Alost

Ce vote concernant le défilé où des marionnettes accusées d'être antisémites s'étaient illustrées sera la 1ère fois où l'Agence pourrait se détacher d'un événement culturel

Le char du carnaval d'Alost en Belgique représentant des caricatures de Juifs orthodoxes assis sur des sacs d'argent, le 3 mars 2019. (Crédit : FJO, via JTA)
Le char du carnaval d'Alost en Belgique représentant des caricatures de Juifs orthodoxes assis sur des sacs d'argent, le 3 mars 2019. (Crédit : FJO, via JTA)

JTA — La parade annuelle en Belgique qui, cette année, avait présenté un char avec des marionnettes de Juifs souriants tenant de l’argent, avec des rats posés sur leurs épaules, pourrait être supprimée officiellement des registres de l’UNESCO.

Un vote aura lieu le mois prochain sur la suppression du carnaval d’Alost de la Liste représentative du patrimoine culturel intangible de l’Humanité au sein de l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture ), selon l’ordre du jour d’une rencontre à Colombia de la commission concernée par la question qui a été publié cette semaine.

La commission « décidera de retirer le carnaval d’Alost de la liste », dit le projet de résolution.

C’est la première fois qu’un événement ou un lieu est susceptible de disparaître de cette liste.

Le projet de résolution évoque l’édition 2019 – qui avait suscité l’indignation ainsi que des accusations d’antisémitisme – et plusieurs autres antécédents, notamment celui d’un char qui, en 2009, montrait des hommes habillés en Juifs orthodoxes, au nez crochu, qui arboraient des symboles palestiniens.

En 2013, des fêtards avaient revêtu l’uniforme nazi, portant des boîtes avec l’étiquette « Zyklon B » marchant à côté d’individus habillés de l’uniforme des prisonniers des camps de concentration nazis. Le Zyklon B est un poison qu’utilisaient les nazis pour tuer les Juifs dans les chambres à gaz.

« Ces actes, qu’ils aient été ou non intentionnels, contredisent les exigences de respect mutuel parmi les individus, les groupes et les communautés », explique le projet de résolution, qui ajoute qu’ils contreviennent à la charte de l’organisation.

Le maire d’Alost et les organisateurs du carnaval rejettent les critiques suscitées par le char en 2019 et par les incidents des années précédentes, citant la liberté d’expression et la parodie.

Les représentants de 66 pays, notamment la Belgique, la Russie, la France et l’Autorité palestinienne, vont voter lors de cette rencontre de Colombia.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...