L’United Educators of San Francisco devient le premier syndicat pro-BDS
Rechercher

L’United Educators of San Francisco devient le premier syndicat pro-BDS

Selon la résolution "incendiaire" de United Educators of San Francisco, l'aide américaine destinée à Israël est utilisée pour « financer l'apartheid et les crimes de guerre »

Manifestation du mouvement BDS à New York, en octobre 2015. (Crédit : Facebook/BDS)
Manifestation du mouvement BDS à New York, en octobre 2015. (Crédit : Facebook/BDS)

(J. the Jewish News of Northern California via JTA) — Avec un taux d’approbation sans précédent, le syndicat des enseignants de San Francisco a adopté une résolution en faveur du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël.

Le United Educators of San Francisco, qui compte 6 200 membres, est le premier syndicat américain des enseignants de la maternelle à la terminale à soutenir officiellement le BDS, bien que d’autres syndicats spécialisés dans d’autres domaines l’aient fait.

La résolution a été adoptée le 19 mai, peu de temps avant qu’Israël et le Hamas n’acceptent un cessez-le-feu le 20 mai, faisant suite à 11 jours de combats.

Dix éducateurs travaillant dans plusieurs écoles publiques de la maternelle à la terminale à San Francisco ont soumis la motion BDS à leur syndicat en une seule phrase dans une plus large « Résolution de solidarité avec le peuple palestinien ».

Le document de 388 mots dit qu’Israël est en train de perpétrer « le déplacement forcé et la démolition de maisons » de Palestiniens à Jérusalem et a créé « un régime de discrimination raciale légalisée ». Il appelle l’administration Biden à mettre fin à l’aide apportée à Israël.

Selon la résolution, « en tant qu’éducateurs des écoles publiques aux États-Unis d’Amérique, nous avons une responsabilité spéciale d’être solidaires du peuple palestinien, en raison des 3,8 milliards de dollars par an que le gouvernement américain donne à Israël, utilisant ainsi directement nos impôts pour financer l’apartheid et les crimes de guerre. »

« Par conséquent, qu’il soit résolu que l’UESF approuve la campagne internationale pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre l’apartheid en Israël, » peut-on lire dans la dernière ligne de la résolution.

Elle appelle également Israël à mettre fin à son « bombardement de Gaza et à arrêter les déplacements à Sheikh Jarrah », faisant référence au quartier de Jérusalem-Est qui est devenu un point central du conflit entre Israéliens et Palestiniens.

La résolution ne mentionne pas les plus de 4 300 roquettes lancés par le Hamas contre des civils israéliens.

Dans un communiqué, Tyler Gregory, directeur exécutif du Conseil des Relations avec la Communauté Juive de San Francisco, a qualifié la résolution du syndicat de « factuellement inexacte » et « incendiaire » et a déclaré qu’elle pourrait avoir un effet négatif sur les étudiants juifs.

« Plutôt que de soutenir tous les étudiants dont les familles pourraient être touchées par le conflit, qu’ils soient Israéliens ou Palestiniens, Juifs ou Arabes, ce vote contribuera à ce que les étudiants juifs se sentent en danger et mal accueillis dans les écoles publiques de San Francisco », a-t-il déclaré.

« Nous sommes déterminés à lutter pour des politiques justes et inclusives soutenant les Juifs et les autres communautés marginalisées dans l’éducation publique. »

La présidente du syndicat, Susan Solomon, a déclaré que les résolutions sont « présentées, discutées et débattues » par les membres de l’assemblée du syndicat. Selon le magazine en ligne Tempest, qui se décrit sur sa page Facebook comme un « projet d’organisation socialiste révolutionnaire », quatre membres du syndicat de San Francisco se sont prononcés contre la résolution tandis que « une dizaine » s’est prononcée en faveur. Le vote final, selon le magazine, était de 23 voix pour, six contre et sept abstentions.

Une enseignante suppléante et ancienne vice-présidente exécutive du syndicat, Linda Plack, de confession juive, a proposé une résolution de substitution qui omettait l’approbation du BDS, mentionnait les attaques à la roquette du Hamas contre Israël et appelait le président Joe Biden à mettre fin au conflit par un cessez-le-feu.

« Par conséquent, qu’il soit résolu, que United Educators of San Francisco (UESF) exprime sa solidarité avec les familles de San Francisco qui s’inquiètent pour la sûreté et la sécurité de leurs amis et parents dans la région », lit-on dans la résolution de substitution.

Selon Jeff Schuhrke, historien du travail et conférencier invité en histoire à l’Université de l’Illinois à Chicago qui a écrit pour soutenir les syndicats d’enseignants approuvant le BDS, c’est la première fois depuis 2016 qu’un syndicat américain soutient officiellement le mouvement BDS.

Parmi les autres syndicats qui soutiennent le BDS aux États-Unis, citons les Travailleurs Industriels du Monde; les Travailleurs Unis de l’Électricité, de la Radio et de la Machine; et les Diplômés de l’Université de Californie (section locale 2865 de l’UAW); de l’UMass Amherst (section locale 2322 de l’UAW); et de l’Université de New York (UAW 2110), a déclaré Schuhrke.

Le syndicat de San Francisco est affilié à l’AFL-CIO, la plus grande fédération de syndicats du pays. Il ne fait toutefois pas partie des deux syndicats nationaux qui représentent de nombreux syndicats locaux d’enseignants. La dirigeante de l’un de ces syndicats, la Fédération américaine des enseignants Randi Weingarten, a cherché à contrer le soutien des travailleurs au BDS en promouvant le sionisme progressiste conformément à ses propres valeurs juives.

Dans le même temps, cette semaine, une directrice d’une école publique de New York a été condamnée après avoir exhorté son personnel à soutenir la cause palestinienne, violant une règle interdisant aux employés publics d’utiliser les ressources de la ville pour préconiser une action politique.

Près de 1 800 personnes ont signé une pétition pour sa défense qui a été initiée par un parent juif de l’école, a rapporté mercredi le New York Post.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...