L’université de l’état d’Arizona poursuivie pour avoir appliqué sa loi anti-BDS
Rechercher

L’université de l’état d’Arizona poursuivie pour avoir appliqué sa loi anti-BDS

La loi de l'état de l'ouest américain adoptée en mars 2016 exige que toute entreprise établissant un contrat avec l'état signe une certification écrite qu'il ne boycotte pas Israël

La bibliothèque Hayden à l'université de l'Etat d'Arizona (Crédit :  Wikimedia Commons via JTA)
La bibliothèque Hayden à l'université de l'Etat d'Arizona (Crédit : Wikimedia Commons via JTA)

Une plainte fédérale déposée contre l’université de l’état de l’Arizona affirme que l’établissement a violé la liberté d’expression d’un groupe d’étudiants musulmans en ne l’autorisant pas à parrainer un intervenant faisant la promotion du boycott d’Israël.

Le Conseil des relations américano-islamique a déposé plainte la semaine dernière devant une cour de district américaine à Phoenix au nom des étudiants musulmans de l’école.

L’Association des étudiants musulmans de l’université avait invité Hatem Bazian, fondateur de l’organisation des Musulmans américains pour la Palestine, à s’exprimer lors d’un événement sur le campus le 3 avril.

Mais Bazain, maître de conférences à l’université de Californie à Berkeley, avait indiqué ne pas signer le contrat d’intervention en raison d’une clause de « non-boycott d’Israël » ajoutée au document après que l’Etat a adopté une loi anti-BDS.

Bazian est également le cofondateur de l’organisation des Etudiants pour la justice en Palestine, et, selon la plainte, un leader aux Etats-Unis du mouvement BDS (Boycott, Divestment, and Sanctions).

La loi de l’Arizona adoptée au mois de mars 2016 exige que toute entreprise établissant un contrat avec l’état signe une certification écrite qu’il ne boycotte pas Israël. Des lois similaires anti-BDS ont été approuvées dans plus de 20 états.

La plainte appelle le tribunal à déclarer la loi anti-BDS d’Arizona anticonstitutionnelle et à ordonner à l’université et à son conseil d’administration de supprimer la disposition de « non-boycott d’Israël » du contrat des intervenants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...