Lutte contre l’antisémitisme institutionnel : le Labour interdit 4 factions
Rechercher

Lutte contre l’antisémitisme institutionnel : le Labour interdit 4 factions

D'extrême-gauche, ces groupes connus pour leur soutien à Jeremy Corbyn, sont accusés de banaliser les allégations d'antisémitisme et de tolérer les propos déplacés de leurs membres

Des membres de la communauté juive manifestent contre le chef du parti travailliste britannique d'opposition Jeremy Corbyn et l'antisémitisme au sein du Labour, devant le Parlement dans le centre de Londres, le 26 mars 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Tolga AKMEN)
Des membres de la communauté juive manifestent contre le chef du parti travailliste britannique d'opposition Jeremy Corbyn et l'antisémitisme au sein du Labour, devant le Parlement dans le centre de Londres, le 26 mars 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Tolga AKMEN)

JTA — Le parti travailliste britannique a interdit quatre factions d’extrême-gauche dans le cadre d’un effort visant à répondre aux frustrations liées à la gestion de l’antisémitisme par le parti.

Les quatre factions, connues pour leur soutien à l’ancien leader du parti Jeremy Corbyn, ont été accusées de banaliser les plaintes pour antisémitisme en les considérant comme politiquement motivées et de tolérer les commentaires inappropriés des membres du parti.

L’instance dirigeante du Labour, le National Executive Committee, a voté mardi l’exclusion de Labour Against the Witch Hunt, Socialist Appeal, Labour in Exile et Resist. L’appartenance à l’un de ces groupes est désormais un motif d’exclusion du Labour.

Parallèlement à l’interdiction, le parti travailliste a également mis en place un nouveau processus de responsabilisation dans le cadre duquel les plaintes seront traitées par une commission d’examen composée d’avocats indépendants, qui rendront compte à une nouvelle commission d’appel indépendante.

Le parti a également décidé que tous les candidats potentiels du parti travailliste devront être formés à la gestion de l’antisémitisme par le Jewish Labour Movement.

« Nous agissons de manière décisive pour mettre de l’ordre dans nos affaires et montrer que le parti travailliste est – et sera toujours – le parti de l’égalité », a déclaré la présidente du parti travailliste [dont la fonction reste administrative et liée aux élections], Anneliese Dodds, citée par The Guardian. « Nous nous attelons à la tâche pour que le parti travailliste soit un espace sûr et accueillant dans l’intérêt de tous nos membres ».

La présidente du parti travailliste Anneliese Dodds s’adresse aux médias lors d’une visite à Birmingham, en Angleterre, le 22 mars 2021. (Crédit ; Jacob King/PA Images via Getty Images via JTA)

Les juifs de Grande-Bretagne interpellent depuis des années des responsables travaillistes pour des propos qu’ils jugent antisémites. Keir Starmer, qui a remplacé Corbyn à la tête du Labour en 2019, a juré de réformer le parti et de regagner la confiance de la communauté juive du pays, qui s’est aliénée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...