Macron dit à Erdogan sa “préoccupation” de la détention de Loup Bureau
Rechercher

Macron dit à Erdogan sa “préoccupation” de la détention de Loup Bureau

Le journaliste français a été mis en examen pour appartenance à “une organisation terroriste armée” par la Turquie

Le président français Emmanuel Macron en conférence de presse à l'Elysée, le 2 juin 2017. (Crédit : Christophe Petit Tesson/Pool/AFP)
Le président français Emmanuel Macron en conférence de presse à l'Elysée, le 2 juin 2017. (Crédit : Christophe Petit Tesson/Pool/AFP)

Le président français Emmanuel Macron a fait part mardi, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, de sa « préoccupation » au sujet de la détention en Turquie du journaliste français Loup Bureau, selon un communiqué de l’Elysée.

Le président de la République a « exprimé sa préoccupation sur la situation de Loup Bureau, étudiant en journalisme détenu en Turquie et son souhait que notre compatriote puisse être de retour en France le plus vite possible », indique l’Elysée dans un communiqué. « Sur ce dernier sujet, les deux dirigeants ont convenu de se reparler la semaine prochaine », précise la présidence.

Loup Bureau, qui a notamment collaboré avec les chaînes TV5 Monde et Arte, et le site Slate, a été interpellé fin juillet à la frontière entre l’Irak et la Turquie, après que des photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (un mouvement considéré comme « terroriste » par Ankara) ont été trouvées en sa possession.

Dans un communiqué transmis jeudi à l’AFP, les avocats du journaliste, Martin Pradel et Rusen Aytac, ont précisé qu’il avait été mis en examen par un juge qui l’a considéré comme suspect d’appartenance à « une organisation terroriste armée », et ce malgré ses dénégations.

Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie depuis le 26 juillet 2017. (Crédit : capture d’écran Change.org)
Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie depuis le 26 juillet 2017. (Crédit : capture d’écran Change.org)

Le père du journaliste français avait dénoncé le 11 août l’ « acharnement » des autorités turques et regretté le « silence général » de la classe politique française depuis l’interpellation de son fils le 26 juillet.

Macron et Erdogan ont par ailleurs, lors de leur entretien téléphonique, évoqué la situation en Syrie. « Le chef de l’Etat a rappelé son souhait de poursuivre le dialogue très étroit mis en place avec la Turquie sur la lutte contre le terrorisme et la recherche d’une solution politique inclusive pour la paix, la stabilité et l’unité du pays », selon l’Elysée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...