Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Macron propose une « coalition » internationale contre le Hamas

Mettant en garde contre "une conflagration régionale dont chacun sortirait perdant", le président français appelé "le régime iranien" et ses alliés régionaux, à "ne pas prendre le risque inconsidéré d'ouvrir de nouveaux fronts"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), serrant la main du président français Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse conjointe, à Jérusalem, le 24 octobre 2023. (Crédit : Christophe Ena/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), serrant la main du président français Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse conjointe, à Jérusalem, le 24 octobre 2023. (Crédit : Christophe Ena/AFP)

Emmanuel Macron a exprimé mardi en Israël sa solidarité après l’attaque sanglante du Hamas, et proposé une « coalition » internationale pour « lutter » contre le groupe terroriste islamiste palestinien, tout en affirmant plus tard en Cisjordanie que « rien ne saurait justifier » les « souffrances » des civils à Gaza.

A Jérusalem, le président français a présenté les « condoléances » d’un « pays ami, éploré devant l’acte terroriste le plus terrible de votre Histoire ».

« C’est une page noire de notre propre histoire », « nos deux pays sont liés par le même deuil », a-t-il ajouté, le ton grave, au côté du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a évoqué « une guerre entre la barbarie et la civilisation », promettant une fois de plus de « détruire » le Hamas.

Cette visite intervient après l’attaque sans précédent du groupe terroriste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre. Elle a fait plus de 1 400 morts, en très grande majorité des civils, parmi lesquels trente Français ou Franco-Israéliens.

« Conflagration régionale »

Alors que la France affirme le droit d’Israël à se défendre dans le respect du droit international, Emmanuel Macron a formulé une proposition : « bâtir une coalition régionale et internationale » pour « lutter » contre le Hamas. Selon son entourage, il s’agirait de créer une nouvelle coalition, ou d’étendre au combat contre le Hamas celle qui existe depuis 2014 pour lutter le groupe Etat islamique en Syrie et en Irak, à laquelle participent Paris mais aussi des pays arabes.

Cela dépendra « de ce qu’Israël demandera », plaide-t-on côté français, tout en estimant qu’une offensive terrestre à Gaza, envisagée par l’armée israélienne, « serait très difficile à mener dans le respect » du « droit international ».

A Paris, l’opposant de gauche radicale Jean-Luc Mélenchon a critiqué un possible « retour à la théorie de la ‘guerre contre le terrorisme' » de l’ex-président américain George W. Bush.

Dès son arrivée à l’aéroport de Tel-Aviv mardi matin, M. Macron avait rencontré, lors d’un échange empreint d’émotion, des familles de Français ou Franco-Israéliens tués, disparus ou retenus otages dans la bande de Gaza, dont celle de Mia Shem , otage franco-israélienne dont une vidéo a été diffusée la semaine dernière par le Hamas.

Keren, la mère de Mia Shem, et des représentants de proches d’otages à Gaza, lors d’une conférence de presse suite à la diffusion d’une vidéo par le Hamas, dans laquelle on voit Mia Shem, 21 ans, s’exprimer. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)

Il a revu à la hausse le bilan en affirmant que neuf Français ou Franco-Israéliens étaient otages ou portés disparus.

« Le premier objectif que nous devrions avoir aujourd’hui est la libération de tous les otages, sans aucune distinction », a déclaré le président français lors d’un tête-à-tête avec son homologue israélien, Isaac Herzog.

Le président Isaac Herzog (R) rencontre le président français Emanuel Macron à sa résidence à Jérusalem le 24 octobre 2023. (Crédit : Amos Ben-Gershom / GPO)

Après la libération de quatre femmes par le Hamas, environ 220 otages sont encore retenus dans la bande de Gaza, selon les autorités israéliennes.

Le président français a également prévenu toutes les parties qu’il ne fallait pas « élargir le conflit ».

Mettant en garde contre « une conflagration régionale dont chacun sortirait perdant », il a appelé nommément « le régime iranien » et ses alliés régionaux, « le Hezbollah » libanais et « les Houthis au Yémen », à « ne pas prendre le risque inconsidéré d’ouvrir de nouveaux fronts ».

« Processus politique » 

A Jérusalem puis à Ramallah, en Cisjordanie, où il a rencontré le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, Emmanuel Macron a aussi insisté sur la nécessité d’une « relance décisive du processus politique avec les Palestiniens », avec la solution à deux Etats se reconnaissant mutuellement en ligne de mire.

« Nous vous exhortons, président Macron, à faire cesser cette agression », lui a lancé Mahmoud Abbas, faisant porter à Israël « et les pays qui le soutiennent la responsabilité du conflit ». Sans citer le Hamas, il a condamné les bombardements israéliens « qui tuent des civils innocents d’une manière barbare ».

Le président français Emmanuel Macron et le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, le 24 octobre 2023. (Crédit : Christophe Ena/POOL/AFP)

« Je vois, j’entends les souffrances des populations civiles à Gaza », « rien ne saurait les justifier », a répondu le président français. Mais s’il a appelé à une « protection humanitaire », il n’est pas allé jusqu’à évoquer publiquement la « trêve humanitaire » pouvant ouvrir la voie à un futur « cessez-le-feu », comme l’avait fait son gouvernement.

La mine fermée, il a en revanche insisté sur le fait que le président de l’Autorité palestinienne avait eu à huis clos « des propos très clairs pour condamner cette attaque terroriste et pour condamner le Hamas ».

« L’avenir » des Palestiniens « passe par une lutte sans merci et sans ambiguïté contre le terrorisme », a-t-il prévenu.

Emmanuel Macron s’est ensuite envolé pour Amman où, selon l’Elysée, il rencontrera mercredi « probablement » le roi Abdallah II et « peut-être d’autres dirigeants de la région ».

La visite du président français intervient après celles du président américain, Joe Biden, ou du Premier ministre britannique, Rishi Sunak. Il avait dit ces derniers jours vouloir se rendre en Israël lorsque sa venue serait « utile ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.