Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Malgré la guerre, plus de 12 000 travailleurs étrangers seraient arrivés en Israël

Le gouvernement recrute activement des milliers de travailleurs pour pallier la pénurie de main-d'œuvre résultant de l'assaut du 7 octobre, selon l’Autorité de la population

Inbal Mashash, le directeur de l'administration des travailleurs étrangers de l'Autorité de la population et de l'immigration, s'adresse au Comité de la Knesset sur les travailleurs étrangers le 19 décembre 2023. (Crédit : Danny Shem-Tov/Bureau du porte-parole de la Knesset)
Inbal Mashash, le directeur de l'administration des travailleurs étrangers de l'Autorité de la population et de l'immigration, s'adresse au Comité de la Knesset sur les travailleurs étrangers le 19 décembre 2023. (Crédit : Danny Shem-Tov/Bureau du porte-parole de la Knesset)

Plus de 12 000 travailleurs étrangers, nouveaux ou anciens, seraient arrivés ou revenus en Israël depuis l’assaut du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre ; parmi eux, 2 218 travaillent dans le secteur de l’agriculture, dont la moitié vient de Thaïlande, a déclaré mardi un responsable du ministère des Affaires étrangères à des députés.

Témoignant devant la commission de la Knesset sur les travailleurs étrangers, Inbal Mashash, directrice de l’administration des travailleurs étrangers de l’Autorité de la population et de l’immigration, a annoncé l’arrivée du premier groupe de 100 travailleurs en provenance du Sri Lanka, sur les 10 000 qui, selon les responsables, devraient être accueillis à terme, notant que des efforts sont également déployés pour attirer des travailleurs de pays tels que la Moldavie.

A la suite des massacres du Hamas, le 7 octobre dernier, plus de 10 000 travailleurs, principalement thaïlandais, avaient fui le pays. Ce jour-là, 3 000 terroristes ont déferlé par la frontière de Gaza, pour tuer près de 1 200 personnes et en kidnapper plus de 240 autres. Trente-neuf travailleurs thaïlandais ont été tués lors du massacre, et 32 ont été pris de force en otage à Gaza, indiquait Reuters le mois dernier. Vingt-trois ressortissants thaïlandais ont été libérés suite à un accord entre Bangkok et le groupe terroriste du Hamas le mois dernier.

Les efforts visant à faire venir de nouveaux travailleurs par le biais d’accords privés en dehors des accords bilatéraux officiels se sont avérés insuffisants, a affirmé Uri Dorman, secrétaire général de la Fédération agricole israélienne, à la commission.

« Seuls les agriculteurs disposant de visas ouverts peuvent accepter des travailleurs, et ils attendent le retour des travailleurs thaïlandais », a-t-il indiqué, ajoutant qu’en raison des dommages causés par la guerre, certains agriculteurs n’ont pas encore pu reprendre l’exploitation de leurs terres et n’ont, en conséquence, pas besoin de travailleurs pour le moment.

Selon certains articles de presse, Israël aurait besoin de plus de 30 000 travailleurs étrangers pour travailler dans ses exploitations agricoles en difficulté. Cette situation résulte de la fuite des étrangers ainsi que de la décision du gouvernement d’interdire l’entrée des travailleurs de Cisjordanie à la suite de l’attaque, malgré le soutien du ministère de l’Agriculture en faveur du remplacement de ceux qui sont partis par des Palestiniens. La pénurie a également été considérablement aggravée par la mobilisation de centaines de milliers de réservistes israéliens pour la guerre contre le Hamas.

Les cercueils de 8 travailleurs thaïlandais tués dans le conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas après avoir été rapatriés d’Israël lors d’une cérémonie à l’aéroport Suvarnabhumi de Bangkok, le 20 octobre 2023. (Crédit : James Wilson/AFP)

Le manque de travailleurs, combiné aux dommages causés aux infrastructures pendant la guerre, a détruit les récoltes de nombreux agriculteurs et a soulevé des inquiétudes sur l’avenir de l’agriculture israélienne et de la sécurité alimentaire.

S’adressant à la commission, Daniel Klusky, secrétaire général de l’Organisation des producteurs d’agrumes, a déclaré qu’il manquait 3 500 travailleurs en raison des limites imposées aux travailleurs palestiniens.

Le président de la commission, le député Eliyahu Revivo, a demandé au ministère de l’Agriculture d’envisager de « convertir les quotas de travailleurs palestiniens en travailleurs étrangers au profit des agriculteurs qui ont besoin de main-d’œuvre saisonnière. »

Des milliers de travailleurs supplémentaires devraient également être recrutés pour l’agriculture et l’industrie israéliennes dans des pays comme le Malawi et le Kenya.

Alors que l’économie du Malawi est en grande difficulté, des milliers de Malawites sont prêts à venir travailler dans les fermes et les vergers qui ont été abandonnés à cause de la guerre en cours. Plus de 400 ressortissants du Malawi se sont envolés pour Israël le mois dernier dans le cadre d’un programme d’exportation de main-d’œuvre mis en place par le gouvernement de Lilongwe afin de trouver des emplois pour les jeunes et d’obtenir les devises étrangères dont le pays a tant besoin.

Les autorités de la nation africaine ont indiqué que quelque 5 000 Malawites pourraient être envoyés en Israël au cours des prochains mois. Ce chiffre s’ajoute aux 1 500 Kenyans prévus, a rapporté la BBC, citant un diplomate israélien qui a déclaré que Jérusalem « se tourne vers l’Afrique de l’Est pour combler le manque de main-d’œuvre. »

Alors que les tensions transfrontalières augmentent entre le Hezbollah et Israël, des soldats israéliens se portent volontaires pour cueillir des oranges avec des agriculteurs dans le moshav de Beit Hillel, dans le nord d’Israël, près de la frontière avec le Liban, le 10 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a accueilli les travailleurs du Malawi en Israël, déclarant dans une publication sur la plateforme de réseaux sociaux X que le gouvernement avait « agi dans l’urgence et conclu des arrangements avec plusieurs pays pour faire venir des milliers de travailleurs en Israël. »

Le mois dernier, Cohen a rencontré son homologue équatorienne, Maria Sommerfeld, et a « discuté de la possibilité de promouvoir un accord-cadre visant à faire venir 25 000 travailleurs de l’Équateur en Israël dans les domaines de la construction et de l’agriculture », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Pendant ce temps, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a évoqué avec le Premier ministre indien Narendra Modi la possibilité de faire venir des travailleurs indiens en Israël lors d’un appel entre les deux hommes mardi.

Afin d’empêcher l’exploitation des travailleurs étrangers qui arrivent en Israël pour pallier la pénurie de main-d’œuvre causée par la guerre, les législateurs ont approuvé mardi une série de règlements visant à plafonner le paiement que les agences privées sont autorisées à facturer aux travailleurs étrangers qui arrivent en dehors du cadre d’accords bilatéraux.

Selon la nouvelle réglementation approuvée par la commission du Travail et de la Protection sociale de la Knesset, le montant maximum autorisé est de 2 963 shekels. Il devrait s’appliquer aux travailleurs arrivant entre le 5 novembre et le 4 février.

En réponse à cette mesure, un représentant de Kav LaOved [Ligne d’aide aux travailleurs], une organisation israélienne défendant les droits des travailleurs, a souligné que la mesure nuirait en fait aux travailleurs étrangers, notant aux législateurs que « la réalité est que la plupart des sommes dont la collecte est interdite sont versées à des partis à l’étranger. »

« Ils ouvrent la porte à un bureau à l’étranger que personne ici ne peut vraiment surveiller », a expliqué le représentant, Elad Cahana.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.