Malgré l’interdiction, les chrétiens coptes égyptiens ont afflué à Jérusalem
Rechercher

Malgré l’interdiction, les chrétiens coptes égyptiens ont afflué à Jérusalem

Près de 6 000 pèlerins visitent Israël pour la saison de Pâques orthodoxe, soit environ 15 000 de moins qu’il y a trois ans

Des prêtres grecs orthodoxes lors de la procession pascale du dimanche des rameaux à l'église du Saint-Sépulcre dans la vieille cité de Jérusalem, le 24 avril 2016. (Crédit photo : AFP PHOTO / GALI TIBBON)
Des prêtres grecs orthodoxes lors de la procession pascale du dimanche des rameaux à l'église du Saint-Sépulcre dans la vieille cité de Jérusalem, le 24 avril 2016. (Crédit photo : AFP PHOTO / GALI TIBBON)

Malgré une interdiction remontant à plusieurs décennies de l’Eglise copte égyptienne, ses membres ont afflué à Jérusalem au cours des dernières années, en particulier au cours de la saison de Pâques.

Environ 5 500 chrétiens coptes ont pris la direction d’Israël pour le pèlerinage cette année, a rapporté le quotidien Haaretz jeudi. Ce chiffre est en baisse significative par rapport à trois ans auparavant, quand il avait été estimé que 15 000 Coptes, suivant le calendrier julien, étaient arrivés pour la saison de Pâques.

Les Coptes égyptiens ont été interdits de visite en Israël par leur défunt pape Shenouda III, qui a mis l’interdiction en place pour protester contre l’annexion par Israël de Jérusalem. Shenouda est décédé en mars 2012 à l’âge de 88 ans, après avoir mené l’église pendant 40 ans.

Plus tard cette année, l’église a choisi le pape Tawadros II comme nouveau pape. Selon le site égyptien d’informations en ligne Ahram, Tawadros s’oppose également aux pèlerinages à Jérusalem, mais a renoncé à faire respecter l’interdiction et donc ouvert la voie à des milliers de pèlerins.

Le chef le l'église égyptienne copte orthodoxe, le pape Tawadros II sort de l'église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem, le 28 novembre 2015. (Crédit photo : AP/Mahmoud Illean)
Le chef le l’église égyptienne copte orthodoxe, le pape Tawadros II sort de l’église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem, le 28 novembre 2015. (Crédit photo : AP/Mahmoud Illean)

Tawadros lui-même n’a pas respecté l’interdiction en 2015 lorsqu’il a rendu une rare visite à Israël pour assister aux funérailles d’un haut fonctionnaire ecclésiastique à Jérusalem.

L’Eglise copte, cependant, avait alors fortement insisté sur le fait que ce n’était pas une visite officielle.

« Cette visite ne vise qu’à assister à l’enterrement, rien de plus », a déclaré le porte-parole de l’église, Boulos Halim, en novembre dernier. « La position de l’église reste inchangée, c’est-à-dire que nous n’irons pas à Jérusalem sans tous nos frères égyptiens [musulmans] ».

Un traité de paix israélo-égyptien, en 1979, avait mis fin aux hostilités entre les deux voisins. Mais les sentiments anti-israéliens sont toujours élevés en Egypte et beaucoup ont accusé Tawadros de trahison.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...