Malgré l’interdiction, les néo-nazis ont défilé en Bulgarie
Rechercher

Malgré l’interdiction, les néo-nazis ont défilé en Bulgarie

La procession en l’honneur du défunt ministre de la Guerre et sympathisant nazi s'est déroulée comme prévu, et ce, en dépit de l'arrêté municipal

Les nationalistes défilent à l'occasion de la marche de Lukov en Bulgarie, le  15 février 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Les nationalistes défilent à l'occasion de la marche de Lukov en Bulgarie, le 15 février 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Malgré un arrêté municipal l’interdisant, et malgré le scandale international, samedi soir, des centaines de Bulgares ont défilé en l’honneur de l’alliance entre la Bulgarie et l’Allemagne nazie.

La marche aux flambeaux, appelée aussi la Marche de Lukov, célèbre le défunt ministre de la Guerre et chef de l’union pronazie des légions nationales bulgares, Hristo Lukov, a lieu tous les ans depuis 2003, malgré les efforts déployés pour l’interdire, selon Novinite, un média bulgare en anglais.

Depuis 3 ans, des restrictions considérables sont entrées en vigueur. Les participants ont le droit de déposer des fleurs seulement au domicile de Lukov, dans la capitale. Mais ces conditions ont été transgressées et la manifestation a eu lieu.

Des centaines de Bulgares ont défilé, sans autorisation, depuis le Palais national de la Culture jusqu’à la maison de Lukov, entouré d’une forte présence policière. Des drapeaux bulgares et des drapeaux de l’union nationale bulgares et des drapeaux d’un groupe polonais néo-nazi flottaient dans les rues à mesure que la procession avançait.

La police de Sofia a indiqué que de nombreux ressortissants polonais avec un casier judiciaire étaient présents. Les ultra-nationalistes sont associés à un groupe qui diffuse de la propagande pro-nazie.

La procession aux flambeaux de la Marche de Lukov, le 14 février 2016 à Sofia, en Bulgarie. (Crédit : capture d'écran YouTube)
La procession aux flambeaux de la Marche de Lukov, le 14 février 2016 à Sofia, en Bulgarie. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Avant la marche, un homme a été arrêté en possession de gaz poivré. Six autres personnes en état d’ivresse n’ont pas pu accéder au point de rencontre.

Cette procession fait l’objet de dénonciation de la part de l’ensemble de l’échiquier politique bulgare. Les ambassades américaines et israéliennes à Sofia ont diffusé des communiqués pour condamner cette marche, avant qu’elle ne débute.

« Le général Lukov et ses partisans aujourd’hui expriment des positions fascistes, pro-nazies, racistes et antisémites qui devraient être interdits de l’espace public », a déclaré l’ambassade israélienne dans un communiqué officiel.

Irit Lilian, ambassadrice israélienne à Sofia a déclaré à la chaîne de télévision nationale en Bulgarie que de telles démonstrations racistes à l’encontre des minorités, des immigrants et des juifs n’ont pas leur place dans une société démocratique.

La mairesse de Sofia, Yordanka Fandakova au Webit.Festival à Sofia,, en Bulgarie le 19 avril 2016. (Crédit : Capture d'écran YouTube)
La mairesse de Sofia, Yordanka Fandakova au Webit.Festival à Sofia,, en Bulgarie le 19 avril 2016. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Après la marche, le Congrès juif mondial a diffusé un communiqué au nom de la communauté juive bulgare et a critiqué ce rassemblement. Le directeur Robert Singer a salué l’interdiction instaurée par la mairesse Yorkanda Fandakova, mais a manifesté son inquiétude : « même une déclaration des autorités n’a pas pu mettre fin à une telle manifestation de haine et d’antisémitisme ».

Alexander Oscar, président de Shalom Organization des juifs de Bulgarie a ajouté : « L’existence même de ce rassemblement est une honte pour cette capitale européenne, qui, dans moins d’un an, accueillera la présidence du Conseil de l’Europe ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...