Maliki : la nomination de Liberman montre qu’Israël n’est pas un partenaire pour la paix
Rechercher

Maliki : la nomination de Liberman montre qu’Israël n’est pas un partenaire pour la paix

Cette nomination envoie un message disant qu’Israël "préfère l’extrémisme et la continuation de l’occupation et la colonisation à la paix"

Le ministre de l'Autorité palestinienne des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki. (Crédit : Issam Rimawi / Flash90 / File)
Le ministre de l'Autorité palestinienne des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki. (Crédit : Issam Rimawi / Flash90 / File)

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a déclaré que les discussions pour faire entrer Liberman, tenant d’une ligne dure, au sein du gouvernement de Netanyahu « confirme l’absence d’un partenaire pour la paix en Israël ».

Ce développement « ne surprend par le ministère des Affaires étrangères. Quiconque suit quotidiennement les procédures et les violations menées par le gouvernement extrémiste de Netanyahu contre le peuple palestinien [voit] la nature raciste, radicale et violente de la politique du gouvernement Netanyahu depuis le premier jour. L’arrivée de Liberman, connu pour sa position d’extrême-droite envers les Palestiniens, est une nouvelle preuve que Netanyahu, comme d’habitude, a préféré promouvoir l’extrémisme dans son gouvernement, qui est devenu, comme décrit par les médias hébraïques, le gouvernement le plus extrémiste de l’histoire d’Israël. »

Le ministère a souligné que cette décision de Netanyahu est une réponse aux efforts français, internationaux et régionaux pour ressusciter le processus de paix entre Israël et les Palestiniens, et qu’elle envoie un message fort au monde disant qu’Israël « préfère l’extrémisme et la continuation de l’occupation et la colonisation à la paix ». Le ministère voit l’action de Netanyahu comme une confirmation de l’absence de vrai partenaire pour la paix en Israël, dit-il.

Un officiel palestinien a déclaré que Liberman en ministre de la défense serait un « désastre » pour les Palestiniens.

« Il sera en charge de l’occupation et ce sera un désastre. C’est un populiste – soit il parle trop, soit il joint la parole aux actes. »

Il a déclaré que l’aversion pour Liberman était telle qu’il était un « facteur d’unification pour les Palestiniens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...