Mandelblit dit qu’il agira en toute indépendance, salue le travail de la police
Rechercher

Mandelblit dit qu’il agira en toute indépendance, salue le travail de la police

"Personne n'est au-dessus de la loi", a assuré le procureur général, seul personnage à pouvoir inculper le Premier ministre israélien

Avichai Mandelblit, procureur général, à Netanya, le 16 janvier 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)
Avichai Mandelblit, procureur général, à Netanya, le 16 janvier 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Le procureur général israélien a assuré jeudi qu’il prendra sa décision en toute indépendance sur l’inculpation ou non pour corruption du Premier ministre Benjamin Netanyahu, rendant hommage au travail de la police.

La police a recommandé mardi l’inculpation de Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans deux affaires sur lesquelles elle a enquêté pendant plus d’un an.

« Je ne connais pas avec certitude quelle sera ma décision finale, mais je sais qu’elle sera prise uniquement en fonction des preuves et de la loi », a affirmé Avichai Mandelblit dans un discours devant des juristes à Tel Aviv.

« Personne n’est au-dessus de la loi », a-t-il souligné.

Mandelblit est un ancien secrétaire du cabinet de Netanyahu qui l’a ensuite nommé au poste de procureur général en février 2016.

Le Premier ministre a dénoncé le travail de la police, l’accusant d’être de partie pris contre lui.

Prenant le contre-pied des accusations de Netanyahu, Mandelblit a fait l’éloge du travail de la police. « L’enquête a été menée dans le cadre de la loi de façon professionnelle, approfondie, créative et déterminée », a proclamé le procureur général en dénonçant les tentatives « d’enfoncer un coin entre le bureau du procureur et la police ».

Selon la procédure israélienne, la décision sur une éventuelle inculpation officielle dépend désormais du procureur général. Lors de son intervention, Mandelblit n’a pas fixé de délais sur la fin de la procédure. Selon les experts juridiques sa décision pourrait prendre des mois.

Netanyahu a été interrogé à sept reprises par la police qui a indiqué avoir réuni suffisamment de preuves pour son inculpation dans deux dossiers.

Dans le premier, M. Netanyahu mais aussi des membres de sa famille sont soupçonnés d’avoir reçu entre 2007 et 2016 de la part de deux riches personnalités – James Packer, milliardaire australien, et Arnon Milchan, producteur israélien à Hollywood – pour un million de shekels (environ 230 000 euros) de cigares de luxe, bouteilles de champagne et bijoux.

En retour, Netanyahu aurait tenté de faire passer une loi fiscale qui aurait rapporté des sommes considérables à Milchan ou de lui obtenir un visa aux Etats-Unis.

Dans la deuxième affaire, Netanyahu est suspecté d’avoir essayé de conclure un accord avec le propriétaire du Yedioth Aharonoth pour une couverture favorable de la part de ce journal, le plus grand quotidien israélien payant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...