Mandelblit : laissez les femmes célibataires faire appel aux mères porteuses
Rechercher

Mandelblit : laissez les femmes célibataires faire appel aux mères porteuses

Avichai Mandelblit demande que l'admissibilité soit élargie, mais il ne fera pas la même recommandation pour les hommes célibataires ou les couples gay

Echographie d'une femme enceinte à Tel Aviv, le 3 novembre 2009 (Crédit  : Chen Leopold / Flash 90)
Echographie d'une femme enceinte à Tel Aviv, le 3 novembre 2009 (Crédit : Chen Leopold / Flash 90)

Le procureur général Avichai Mandelblit a exhorté le gouvernement à modifier la loi sur la maternité de substitution pour permettre à toutes les femmes de faire usage de la maternité de substitution pour des raisons médicales, indépendamment de leur état civil.

Mandelblit dit que la loi actuelle, qui ne permet pas à une femme célibataire de faire appel à une mère porteuse, est viciée, rapporte le site Walla.

Mais le procureur général n’a pas recommandé que la même norme soit appliquée aux hommes célibataires ou aux couples de même sexe, qui ne sont pas autorisés par la loi israélienne à avoir des enfants d’une mère porteuse.

Le procureur général Avichai Mandelblit, à Jérusalem, le 5 juillet 2015. (Crédits : Emil Salman / POOL)
Le procureur général Avichai Mandelblit, à Jérusalem, le 5 juillet 2015. (Crédits : Emil Salman / POOL)

Mandelblit répondait à une pétition à la Haute Cour de justice par des Israéliens opposés à la loi existante.

Actuellement, les futurs parents célibataires doivent se rendre à l’étranger pour obtenir un parent de substitution, indépendamment de leur orientation sexuelle.

Un panel de 2010, connu sous le nom du comité Mor-Yosef, avait recommandé qu’Israël adopte des politiques plus larges sur la maternité de substitution, y compris quant à l’ouverture de l’option pour les femmes et les hommes célibataires.

Yael German (photo credit: Flash90)
Yael German (photo credit: Flash90)

L’ancienne ministre de la Santé Yael German (Yesh Atid) avait adopté les recommandations et son parti Yesh Atid avait proposé un projet de loi dans la dernière Knesset pour changer les lois, mais il n’a pas pu passer avant que la Knesset soit dissoute.

Les restrictions israéliennes sur la maternité de substitution ont incité de nombreux couples de même sexe à s’envoler vers l’étranger afin d’obtenir une mère porteuse, un processus coûteux et compliqué.

La destination préférée pour la maternité de substitution étrangère était l’Inde jusqu’à l’année dernière, lorsque ce pays a rendu illégale la substitution pour les couples de même sexe. La Thaïlande est un autre lieu privilégié, mais une loi thaïlandaise, récemment introduite et en vertu de laquelle les bébés obtiennent automatiquement la citoyenneté en fonction de la nationalité de leur mère à la naissance, a compliqué la question.

En janvier 2014, suite à un incident dans lequel plusieurs couples de même sexe ont été temporairement bloqués en Thaïlande avec leurs bébés, une déclaration du gouvernement a donné l’ordre aux couples homosexuels israéliens d’éviter les procédures de maternité de substitution dans le pays asiatique, et a averti qu’au 30 novembre 2014, le gouvernement israélien ne fournirait plus d’assistance aux parents de bébés nés là-bas.

Israël souffre d’une pénurie de mères porteuses. Entre 2007 et 2012, a rapporté le site d’informations Walla, 313 Israéliens ont trouvé des mères porteuses à l’étranger, contre seulement 228 en Israël. Le déséquilibre s’est encore renforcé récemment : en 2012, 126 personnes ont suivi le processus à l’étranger, alors que seulement 41 l’ont fait en Israël.

Lazar Berman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...