Rechercher

Manifestation contre l’augmentation du coût de la vie à Tel Aviv

Des milliers de personnes ont pris part à ce mouvement de protestation face aux prix qui grimpent en flèche ; des colis de produits alimentaires de base ont été distribuées

Un manifestant contre le coût de la vie lors d'un rassemblement sur la place Habima de Tel Aviv, le 16 février 2022. (Crédit :  Avshalom Sassoni/Flash90)
Un manifestant contre le coût de la vie lors d'un rassemblement sur la place Habima de Tel Aviv, le 16 février 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Des milliers de personnes ont manifesté, mercredi soir, contre l’augmentation du coût de la vie au cours d’une manifestation qui a été organisée place Habima à Tel Aviv.

Le mouvement de protestation a été organisé par Guy Lerer, présentateur de l’émission d’actualité « HaTzinor » (le tuyau) sur la Treizième chaîne.

« Les citoyens commencent à hurler, à descendre dans les rues et ce n’est que le début », a dit Lerer devant les caméras de sa chaîne dans un entretien en direct accordé depuis la manifestation.

Ce n’est pas la première fois que Lerer s’investit auprès des plus défavorisés – en 2020, son émission avait lancé une collecte de fonds pour les Israéliens désireux de redistribuer l’argent qu’ils avaient reçus dans le cadre d’une plan très critiqué de versement indiscriminé d’allocations aux citoyens, dans le contexte du plan d’aide financier mis en œuvre pour cause de pandémie de coronavirus, l’épidémie ayant paralysé mis l’économie israélienne. Le public avait donné à cette occasion des millions de shekels qui avaient été redistribués aux plus nécessiteux.

Les organisateurs ont précisé que le mouvement de protestation de mercredi était apolitique et ils ont seulement demandé que le gouvernement s’attaque au problème de la hausse des prix.

Ce rassemblement est survenu alors qu’un récent rapport a révélé que les Israéliens payaient plus cher les produits de base que les Européens.

Linor Deutsch, directeur-général de Lobby 99, une organisation à but non-lucratif qui organise des campagnes de financement participatif dans le but d’exercer des pressions sur le gouvernement et sur la Knesset au nom des citoyens, a pris la parole lors de la manifestation, disant : « C’est important qu’un message arrive jusqu’aux décisionnaires : le message que le public attend des solutions et qu’il faut qu’il accorde la priorité aux citoyens face aux importants monopoles ».

Pendant le mouvement de protestation, un stand a offert des colis de produits alimentaires de première nécessité à un prix relativement bas dans le cadre d’une initiative plus large lancée par l’émission de Lerer. Les participants ont pu acheter les colis pour eux-mêmes ou pour les offrir aux personnes dans le besoin.

La hausse des prix, ces dernières semaines – les prix du carburant et de l’électricité ont augmenté, ainsi que celui des produits de base a suscité une colère palpable dans l’ensemble du pays.

Plusieurs fabricants ou importateurs majeurs ont décidé de reporter ou de renoncer à une éventuelle hausse des prix de leurs produits en raison de ce mécontentement croissant.

Des boîtes de produits de base distribués lors d’une manifestation contre le coût élevé de la vie, place Habima à Tel Aviv, le 16 février 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

La semaine dernière, le gouvernement a annoncé un plan à hauteur de 4,4 milliards de shekels pour s’attaquer au coût de la vie, avec notamment une série de mesure qui abaisseront les impôts pour les familles qui travaillent et une diminution des prix de l’énergie et des produits alimentaires de première nécessité.

Concernant les biens à la consommation, le gouvernement va réduire les droits sur de multiples produits importés – denrées alimentaires, produits d’hygiène ou meubles.

De manière plus précise, ce plan prévoit de supprimer les droits de douane sur le bœuf, le poisson, les fruits de mer, le thon en boîte, les saucisses, les sauces, les fruits secs, les gâteaux, les biscuits et la farine. Les droits de douane sur les matériaux de construction, les pièces détachées automobiles et les équipements ménagers, entre autres, selon levés. Le plan n’aborde pas la question de la TVA ni celle du coût direct des produits fabriqués en Israël. Le ministre des Finances doit encore émettre une ordonnance qui permettra la mise en œuvre de toutes ces mesures au prix combiné de 1,26 milliards de shekels.

En plus du plan, Liberman a annoncé la formation d’une commission qui examinera les moyens de renforcer la concurrence sur le marché des produits alimentaires.

Les annonces de hausse des prix se succèdent depuis le mois d’octobre mais ce n’est que le mois dernier que le gouvernement a semblé prendre conscience de la nécessité de s’attaquer au problème rapidement, soumis aux pressions des médias et des citoyens.

Au mois de décembre 2021, le journal Economist a accordé à Tel Aviv la première place peu enviable dans son classement des villes les plus chères du monde, citant la force du shekels et les prix en augmentation des produits alimentaires et du transport.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...