Rechercher

Mansour Abbas et le discours que Netanyahu aurait écrit en cas de partenariat

Répondant aux attaques de membres du Likud, le chef de Raam affirme que l'ex-Premier ministre a essayé de l'attirer avec des remarques qu'il prononcerait pour sceller un accord

Le leader du parti Raam Mansour Abbas, à gauche, tient une conférence de presse à la Knesset, le 25 octobre 2021. Le chef de l'opposition et du Likud Benjamin Netanyahu, à droite, dirige une réunion de faction à la Knesset, le 25 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader du parti Raam Mansour Abbas, à gauche, tient une conférence de presse à la Knesset, le 25 octobre 2021. Le chef de l'opposition et du Likud Benjamin Netanyahu, à droite, dirige une réunion de faction à la Knesset, le 25 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du parti islamiste Raam, Mansour Abbas, a déclaré mercredi à la Knesset que l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans le but de le convaincre de coopérer politiquement, lui avait lu un discours préparé par Netanyahu sur le partenariat entre le Likud et le Raam.

S’exprimant lors d’une session plénière, Abbas a déclaré que Netanyahu, lui avait lu ces remarques, dans le cadre de ses efforts pour empêcher le parti Raam de rejoindre la coalition actuelle plus tôt cette année. Abbas a juxtaposé l’ancienne cour que le Likud faisait à son parti – lorsque Netanyahu aurait tenté de former une coalition avec Raam – aux efforts actuels pour le délégitimer.

Depuis la formation du gouvernement, le Likud a présenté Raam comme un croquemitaine qui soi-disant extorquerait le gouvernement et le forcerait à faire des concessions à la gauche – bien que Netanyahu aurait lui-même offert à Raam des concessions importantes.

« Je me souviens encore du discours que Benjamin Netanyahu m’a lu à Balfour, sur le partenariat entre le Likud et le Raam, et qui a été écrit par Yoav Kisch [député du Likud] », a déclaré Abbas en faisant référence à la résidence du Premier ministre à Jérusalem.

« Maintenant, vous voulez nous présenter comme des partisans du terrorisme ? ». Abbas a ajouté, après les attaques répétées des membres du Likud.

« Yoav, tu as écrit le discours. Netanyahu me l’a lu. Et j’ai dit, ‘Quel merveilleux discours’, et tu m’as dit – ‘Je l’ai écrit' », a déclaré Abbas aux membres de la Knesset.

Netanyahu a accueilli Abbas dans sa résidence officielle à plusieurs reprises en mai, à la suite du quatrième scrutin électoral en deux ans. Mais le leader du Raam a finalement rejoint une coalition d’autres partis pour former le nouveau gouvernement israélien, détrônant ainsi Netanyahu.

Abbas a déclaré par la suite qu’il avait préféré mener ses premières négociations avec Netanyahu, ce qui lui a permis de gagner en légitimité non seulement au centre et à gauche, mais aussi à droite.

Le député Yoav Kisch, alors président de la commission des Affaires Intérieures à la Knesset, le 12 juillet 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Si vous continuez avec la provocation, j’ai beaucoup plus à dire », a averti Abbas aux députés de l’opposition de droite mercredi, sans donner plus de détails.

« Mansour Abbas est un de mes amis, mais sur le plan idéologique, Raam et le mouvement islamiste sont très dangereux », a répondu Kisch au cours de la séance.

Netanyahu et le Likud avaient nié publiquement à plusieurs reprises l’existence de pourparlers avec Raam. Mercredi, M. Kisch a déclaré que les discussions avaient seulement pour but d’obtenir le soutien de Raam à un éventuel gouvernement dirigé par le Likud si celui-ci disposait déjà d’une majorité de 61 membres.

Il a été largement rapporté que la seule raison, pour laquelle, un gouvernement Netanyahu soutenu par le Raam, n’a finalement pas vu le jour, était le refus catégorique du chef du Sionisme religieux Bezalel Smotrich d’envisager un partenariat avec le parti islamiste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...