Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Elisabeth Badinter s’opposent à la LFI

L’ancien président François Hollande a, quant à lui, rejoint le Nouveau Front populaire, pour lequel il est candidat en Corrèze, malgré des désaccords profonds avec Jean-Luc Mélenchon

Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Elisabeth Badinter. (Crédits : Kommunikation BMW Stiftung, Lorenz Böck, CC BY-SA 3.0 de / Ecole polytechnique Université Paris-Saclay, Jérémy Barande, CC BY-SA 2.0 / Capture d'écran Facebook)
Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Elisabeth Badinter. (Crédits : Kommunikation BMW Stiftung, Lorenz Böck, CC BY-SA 3.0 de / Ecole polytechnique Université Paris-Saclay, Jérémy Barande, CC BY-SA 2.0 / Capture d'écran Facebook)

L’ancien Premier Ministre Manuel Valls rejette l’alliance des partis de gauche qui a conduit au Nouveau Front populaire pour les législatives 2024 en accusant la France insoumise (LFI) d’antisémitisme.

Dans une tribune publiée dans Le Monde le 25 juin dernier, qu’il signe notamment aux côtés d’un autre Premier Ministre de François Hollande, Bernard Cazeneuve, et de la philosophe Elisabeth Badinter, il écrit : « le Rassemblement national […] doit être combattu. Mais ces valeurs ne sauraient souffrir aucun compromis, fût-ce au nom d’un barrage contre l’extrême droite ».

Le texte poursuit : « Elles ne peuvent pas plus être laissées à la merci de ceux qui les malmènent depuis des années. Camouflés au sein d’un prétendu Front populaire, les candidats de La France insoumise en trahissent jusqu’à son idéal historique ».

En conclusion, les signataires appellent à adopter une position de « ni-RN ni-LFI » en ce dimanche d’élections.

Manuel Valls s’en explique le jour-même sur BFMTV : « Je ne peux pas pardonner à la France insoumise d’avoir mis la figure du Juif et d’Israël au cœur du débat. […] Cela a provoqué ces derniers mois, une campagne dont nous voyons les effets tous les jours dans notre pays ». Il fait ici référence à la forte augmentation des actes antisémites en France au cours des derniers mois.

Interrogé sur l’impact réel des prises de position de LFI, M. Valls précise rejeter « un parti qui participe de tensions dans notre pays » et qu’il considère comme indirectement responsable du viol d’une enfant juive à Courbevoie le 18 juin dernier.

« On ne peut pas s’allier, pour combattre le Rassemblement national, avec un parti dont la ligne et de nombreux candidats ont tenu des propos anti-juifs, anti-Israéliens, donc antisémites » conclut-il.

L’ancien président François Hollande a, quant à lui, rejoint le Nouveau Front populaire, pour lequel il est candidat en Corrèze, malgré des désaccords profonds avec Jean-Luc Mélenchon.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.