Marcel Keinan, le conseiller à l’emploi des Olim brésiliens, meurt à 68 ans
Rechercher

Marcel Keinan, le conseiller à l’emploi des Olim brésiliens, meurt à 68 ans

Keinan, l'un des premiers Juifs brésiliens à s'installer à Raanana, aidait bénévolement ses compatriotes immigrants à trouver leur premier emploi sur le marché israélien

Marcel Keinan en 2017. (Crédit : Kehila Yalla Chaverim)
Marcel Keinan en 2017. (Crédit : Kehila Yalla Chaverim)

JTA – Marcel Keinan, un Israélien expérimenté qui était considéré comme un « gourou » professionnel pour les Olim brésiliens, est décédé.

Keinan conseillait bénévolement ses compatriotes brésiliens sur la manière de décrocher leur premier emploi sur le marché israélien.

« La société israélienne encourage l’initiative et la créativité, depuis le jardin d’enfants, en passant par l’armée, jusqu’à l’environnement professionnel », a-t-il déclaré lors d’une récente interview. « Le fait qu’il y ait des gens de cultures différentes remet en question votre perception et vous oblige à ajuster votre comportement. »

Keinan est décédé samedi d’une maladie neurologique rare. Il avait 68 ans.

Né à Rio de Janeiro, il s’est installé en Israël en 1975. Quelques années plus tard, il était parmi les premiers immigrants brésiliens à s’installer à Raanana, une banlieue prisée du centre et connue aujourd’hui comme la « capitale brésilienne » d’Israël avec quelque 300 familles. En 2021, Raanana et Rio ont été jumelées.

Israël abrite quelque 15 000 Brésiliens. Depuis 2016, 650 individus en moyenne y ont immigré chaque année depuis le pays sud-américain, poussés par le climat économique difficile au Brésil, ainsi que par la violence urbaine et la corruption politique.

Les grands-parents de Keinan y ont immigré de Russie après la révolution de 1917, et ses parents sont nés au Brésil.

En Israël, Keinan a obtenu un diplôme en architecture et en informatique du prestigieux Institut Technion. Pendant plus de trois décennies, il a été un membre actif de l’industrie high-tech israélienne, jusqu’à sa retraite il y a quelques années.

En 2017, le charismatique Keinan a pris la parole lors d’un événement professionnel pionnier sur les immigrants du plus grand pays d’Amérique latine dans le secteur de la haute technologie. Organisé à Raanana, l’événement s’est déroulé entièrement en portugais.

« Notre objectif ce jour-là était de favoriser le réseautage personnel et professionnel, de minimiser le choc culturel et de partager des conseils pratiques. Keinan, qui a construit ici une solide carrière unique, nous a tous rendus fiers », a déclaré à la JTA Sandro Maghidman, cofondateur de la communauté brésilienne locale. « Malgré ses presque 50 ans en Israël, son portugais impeccable et son expérience multiculturelle ont captivé toutes les générations. C’était un gourou ».

Keinan était également connu pour son bénévolat passionné à la synagogue Amitai, un lieu de culte établi à l’origine par des immigrants anglophones et hispanophones, où il a favorisé la croissance d’une présence brésilienne.

« Il accueillait chaleureusement et avec effusion chaque nouvel arrivant », a raconté Gisele Meniuk Nigri, dont la fille Fernanda a lu la Torah pour la première fois au début de 2020 à la synagogue. « Comme un vrai Brésilien, il nous prenait dans ses bras, nous embrassait, nous tenait la main. Il était un facilitateur clé de l’engagement de notre famille. »

Keinan laisse derrière lui sa femme, Dorit, quatre enfants et trois petits-enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...