Marine Le Pen retire de son compte Twitter la photo de James Foley décapité
Rechercher

Marine Le Pen retire de son compte Twitter la photo de James Foley décapité

Selon L'Express, la chef du FN encourt jusqu'à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende même si elle a retiré l'un des trois tweets

Marine Le Pen à Beaucaire - 11 janvier 2015 (Crédit : AFP)
Marine Le Pen à Beaucaire - 11 janvier 2015 (Crédit : AFP)

La chef de l’extrême droite française Marine Le Pen a retiré jeudi matin de son compte Twitter la photo du corps décapité du journaliste américain James Foley, qu’elle avait postée la veille avec deux autres photos d’exactions de l’EI.

« Je ne savais pas que c’était une photo de James Foley. Elle est accessible par tous sur Google. J’apprends ce matin que sa famille me demande de la retirer. Bien évidemment, je l’ai aussitôt retirée », a déclaré à l’AFP la présidente du FN. Marine Le Pen avait posté ces trois photos d’exactions du groupe Etat islamique (EI) pour protester contre le prétendu « parallèle ignoble » avec son parti établi selon elle par un journaliste de RMC.

« Toute cette opération vise à faire oublier le début de cette affaire », à savoir qu’un « certain nombre de personnes se sont autorisées à faire des comparaisons scandaleuses, ignobles, entre Daech (acronyme arabe de l’EI) et Front national », a réagi Mme Le Pen.

« Il n’est pas question pour moi de laisser les électeurs du FN être comparés à une organisation de barbares, d’assassins. Je ne laisserai jamais passer ce genre de choses. Avec le FN, tout n’est pas permis! Malheureusement, la publication de ces photos horribles était le seul moyen de taper un grand coup sur la table », a ajouté la députée européenne.

Le Premier ministre français, Manuel Valls, avait largement condamné cette « faute politique et morale »

Le conseiller politique de Marine Le Pen, Eric Domard, avait quant à lui tweeté, avant de la retirer, une photo prise à l’intérieur de la salle de spectacle du Bataclan après le carnage du 13 novembre, qu’aucun média français n’avait publiée.

Selon L’Express, la chef du Front National encourt jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende même si elle a retiré l’un des trois tweets.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...