Rechercher

« Marvelous Mrs. Maisel » aura une scène israélienne et cherche des figurants juifs

La scène de la série se déroulera probablement dans un kibboutz, mais elle sera tournée à Long Island

Midge en tournée dans la saison 3 de "The Marvelous Mrs. Maisel". (Crédit : Autorisation)
Midge en tournée dans la saison 3 de "The Marvelous Mrs. Maisel". (Crédit : Autorisation)

Kveller via JTA – La quatrième saison de « The Marvelous Mrs. Maisel » est tout aussi juive que les précédentes, avec des scènes de bar-mitsva, beaucoup de « yiddishismes », de la nourriture juive et des réflexions sur l’existence de Dieu.

La série d’Amazon Prime sur une comédienne juive incarnée par Rachel Brosnahan est l’une des émissions les plus juives du petit écran, malgré la controverse suscitée par le fait que sa star n’est pas juive.

Dans presque chaque saison, la protagoniste Midge Maisel visite un lieu très juif. Dans la deuxième saison, c’était les Catskills et la zone de villégiature juive connue sous le nom de « kibb », où les Maisel et les Weissman profitaient d’un repos bien mérité. Dans la saison 3, Midge a visité la capitale mondiale des retraités juifs, Miami. Dans la quatrième saison, Midge tendait une embuscade à sa famille pendant qu’elle visitait le quartier juif de Brooklyn, Coney Island.

Pour sa cinquième et dernière saison « Maisel », la série pourrait sortir le grand jeu et envoyer enfin Midge en Israël. Une annonce de casting circulant actuellement, à la recherche d’acteurs juifs pour jouer les figurants d’une « scène de travaux agricoles » indique que la scène pourrait se dérouler en Israël.

Le tournage lui-même, cependant, aura lieu aux environs de New York, où le reste de la série est filmé – « probablement » à Long Island, précise l’annonce du casting.

Où une scène de travail dans un champ agraire juif pourrait-elle se dérouler dans les années 1960 ? Probablement dans un kibboutz.

Petit historique des kibboutz : il s’agit d’implantations communautaires israéliennes où tout était partagé, des repas aux responsabilités liées à l’éducation des enfants (les kibboutz sont connus pour avoir eu des maisons d’enfants où vivaient ensemble tous les enfants du kibboutz jusque dans les années 1970), en passant par le travail, la propriété et les investissements. Le premier kibboutz a été fondé en 1909 et il en existe encore aujourd’hui en Israël, bien qu’en plus petit nombre. Comme le suggère le nom « Maisel », il s’agissait principalement « d’implantations agraires », mais aujourd’hui, seule une minorité de kibboutznikkim (membres des kibboutz) travaillent dans l’agriculture.

Les années 1960 étaient une époque idéale pour visiter un kibboutz israélien. C’était une période de prospérité, et les membres des kibboutz bénéficiaient d’une représentation surdimensionnée au Parlement israélien, profitant des progrès de la modernisation et de l’amélioration du niveau de vie.

Les juifs américains ont commencé à travailler comme volontaires dans les kibboutzim à cette époque-là, pour un été ou pour prendre du recul par rapport à l’université ou au travail. Le sénateur du Vermont Bernie Sanders a été volontaire au kibboutz Shaar Haamakim, près de Haïfa, en 1963.

Maisel ne sera pas la première série à visiter un kibboutz : dans la saison 3 de « The Nanny », Fran Fine révélait qu’elle avait perdu sa virginité avec un Israélien musclé alors qu’elle était bénévole dans un kibboutz (et oui, il y a une scène de flash-back).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...