Rechercher

Maureen Lipman : le rôle de Golda Meir devrait être donné à une actrice juive

La célèbre actrice britannique Maureen Lipman affirme que la judéité du personnage est essentielle ; d'autres disent que les acteurs devraient être autorisés à jouer

Helen Mirren dans le rôle de Golda Meir dans la série " Golda " de HBO. (Crédit : Jasper Wolf)
Helen Mirren dans le rôle de Golda Meir dans la série " Golda " de HBO. (Crédit : Jasper Wolf)

L’actrice et comédienne britannique Maureen Lipman a remis en question le choix d’une actrice non juive, Helen Mirren, pour incarner Golda Meir, la seule femme Première ministre d’Israël, dans un prochain biopic qui aura pour cadre la guerre de Kippour.

« Avec cela, je ne suis pas d’accord, parce que la judéité du personnage est tellement intégrale », a déclaré Lipman au Jewish Chronicle dans un article paru lundi.

« Je suis sûre qu’elle sera merveilleuse, mais on ne laisserait jamais Ben Kingsley jouer Nelson Mandela. On ne pourrait tout simplement pas aller jusque-là », a estimé Mme Lipman.

Mme Lipman est l’une des nombreuses personnalités de la télévision et du théâtre britanniques, avec Miriam Margolyes, à avoir signé une lettre ouverte en 2019 sur la distribution de rôles de personnages juifs à des acteurs non-juifs – une pratique que certains ont qualifiée de « Jewface ».

Ses commentaires ont ravivé cette semaine une querelle en cours sur la distribution d’acteurs non juifs pour jouer des personnages juifs.

Nombreux sont ceux qui soulignent que si les directeurs de casting font de plus en plus attention quand il s’agit de distribuer des rôles issus des minorités – en ce qui concerne non seulement l’origine, mais aussi le handicap, l’orientation sexuelle et plus encore – les personnages juifs sont encore régulièrement, voire majoritairement, joués par des non-Juifs.

A gauche : Un portrait de Golda Meir sur le marché Mahane Yehuda de Jérusalem réalisé par Solomon Souza (Crédit : Renee Ghert-Zand/TOI); A droite : Dame Maureen Lipman (Crédit : Jay Brooks)

Cependant, tous ne pensent pas qu’il s’agisse d’un problème.

L’éminent dramaturge et metteur en scène Patrick Marber a déclaré au Jewish Chronicle qu’il pensait que l’accent était trop mis sur « l’expérience vécue » plutôt que sur les compétences de l’acteur.

« Putain, je déteste cette expression », a-t-il déclaré. « Parce que ‘l’expérience vécue’ est en quelque sorte un déni de ce qu’est la créativité et refuse à l’acteur le défi et le droit fondamental de devenir quelqu’un d’autre pour imiter un autre être humain d’une autre époque, d’une autre culture, d’une autre religion et d’une autre sexualité et d’un autre genre. »

Marber a déclaré au journal que si les Juifs devaient se défendre, il ne pensait pas qu’ils devaient être « exclusifs et excluants ».

« Je veux que nous, les Juifs, ayons un esprit libéral et généreux. Je pense qu’un non-Juif peut jouer un Juif et qu’un Juif peut jouer un non-Juif. Je n’aime pas quand quelqu’un joue un Juif et se trompe. [Mais je n’aime pas les quotas. Je n’aime pas les lois. Je pense que nous devrions être meilleurs que cela, nous les Juifs », a déclaré M. Marber.

L’actrice Helen Mirren assiste à la 22e cérémonie des Screen Actors Guild Awards à Los Angeles, le 30 janvier 2016 (Photo: Alberto E. Rodriguez / Getty Images)

L’éminent rabbin réformé Jonathan Romain a défendu mercredi Helen Mirren, affirmant qu’il y avait eu une discussion à ce sujet dans sa synagogue.

« Le verdict unanime était que les acteurs doivent jouer – c’est ce qui fait leur compétence. Il n’est pas nécessaire d’être juif pour jouer un Juif ou orphelin pour être orphelin. Mais il est sage d’avoir un conseiller, quel que soit le contexte », a tweeté Romain.

La production de « Golda » a commencé l’année dernière et le film est actuellement tourné à Londres avec la vedette de « Dix pourcent » Camille Cotin dans le rôle de l’assistante personnelle de Meir et l’acteur israélien Lior Ashkenazi dans celui de son chef de cabinet.

Le long-métrage est réalisé par le cinéaste israélien Guy Nattiv, qui a remporté l’Oscar 2018 du meilleur court-métrage pour « Skin », un film à voir sur des néo-nazis qu’il a ensuite transformé en long-métrage.

A gauche, Helen Mirren dans le rôle de Golda Meir dans le film « Golda » de HBO. À droite, Golda Meir, alors Première ministre, à l’ambassade d’Israël à Rome, le 15 janvier 1973. (Crédit : Jasper Wolf ; AP Photo/Giuseppe Anastasi)

La nouvelle du biopic a suivi l’annonce d’une autre production de stars sur Meir, une série intitulée « Lioness », dirigée par l’actrice israélienne Shira Haas de la série « Unorthodox ».

Alors que « Golda » se concentrera sur la période turbulente de la guerre de Kippour, « Lioness » suivra Meir depuis sa naissance à Kiev jusqu’à son éducation américaine à Milwaukee, son rôle dans la formation d’Israël et son ascension pour devenir la première et jusqu’à présent la seule Première ministre de la jeune nation.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...