Israël en guerre - Jour 151

Rechercher

Mélenchon au Liban par « solidarité » et pour promouvoir son livre

La situation au Proche-Orient a conduit à l'implosion de la coalition Nupes, notamment en raison du refus du chef de LFI et son cercle rapproché de qualifier le Hamas de "terroriste"

Le chef du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Melenchon, s'adresse à un rassemblement de travailleurs en grève au dépôt de bus de la RATP à Vitry-sur-Seine, près de Paris, le 13 janvier 2020, (Crédit : Photo Ludovic Marin / AFP)
Le chef du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Melenchon, s'adresse à un rassemblement de travailleurs en grève au dépôt de bus de la RATP à Vitry-sur-Seine, près de Paris, le 13 janvier 2020, (Crédit : Photo Ludovic Marin / AFP)

Le chef de LFI Jean-Luc Mélenchon se rend au Liban mardi pour manifester sa « solidarité » avec les Libanais et appeler de nouveau au « rétablissement de la paix dans la région » après plus de trois mois de guerre entre Israël et les terroristes palestiniens du Hamas.

Au lendemain des massacres barbares du 7 octobre perpétrés en Israël par la branche palestinienne des Frères musulmans et ses complices, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pro-Iran a commencé à attaquer le nord d’Israël. Depuis les échanges de tirs quasi quotidiens ont fait 15 Israéliens tués, dont neuf soldats. Côté libanais, 190 personnes ont été tuées, parmi lesquelles au moins 141 combattants du Hezbollah, selon un décompte de l’AFP.

A Beyrouth, l’ex-candidat à la présidentielle entend marquer sa « solidarité » auprès des « autorités » libanaises et « connaître, de vive voix, leur point de vue concernant le rétablissement de la paix dans la région ».

« 700 militaires français sous casques bleus stationnent sur place pour une mission de paix de l’ONU. Leur mission inclut le risque d’être dans les premiers à subir les conséquences de l’extension du conflit. Ils méritent le renfort des marques de notre soutien et de notre respect », ajoute Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué en référence à la Finul, censée protéger la frontière entre l’État hébreu et le pays du cèdre.

Dans la gauche française, après une série de graves controverses, la situation au Proche-Orient a conduit en octobre et novembre à l’implosion de la coalition Nupes, notamment en raison du refus de Jean-Luc Mélenchon et son cercle rapproché de qualifier le Hamas de « terroriste ».

Mélenchon s’était rendu au Maroc début octobre et en République démocratique du Congo fin octobre, pour s’exprimer sur les questions internationales et présenter son livre « Faites mieux ! ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.