Même si les eaux se retirent, l’équipe d’IsraAID est à Houston pour longtemps
Rechercher
‘C’est dévastateur pour les gens. Ils ont tout perdu’

Même si les eaux se retirent, l’équipe d’IsraAID est à Houston pour longtemps

Avec son expérience acquise des ouragans Sandy et Katrina, l’association humanitaire apporte des fournitures et aide à évacuer les dégâts de l’une des pires catastrophes naturelles des Etats-Unis

Un membre de l'équipe d'IsraAID organise l'approvisionnement pour les victimes de l'ouragan Harvey à Dallas, Texas, le 29 août 2017. (Crédit : IsraAID)
Un membre de l'équipe d'IsraAID organise l'approvisionnement pour les victimes de l'ouragan Harvey à Dallas, Texas, le 29 août 2017. (Crédit : IsraAID)

Niv Rabino est rentré chez lui, à Haïfa, la semaine dernière, après avoir terminé sa mission de directeur de la mission IsraAID sur l’île grecque de Lesbos. Pendant neuf mois, Rabino a supervisé le travail intensif de l’organisation d’aide humanitaire pour assurer les besoins médicaux et psychosociaux des réfugiés venus d’Afrique et du Moyen Orient coincés dans les camps, attendant la permission de migrer sur le continent européen. Il attendait avec impatience d’avoir quelques jours de repos.

Et puis, l’ouragan Harvey a frappé le Texas, et Rabino a su que ses vacances allaient être décalées. IsraAID a immédiatement organisé une équipe d’intervention, et il a proposé de la rejoindre. Il était évident que les Texans allaient avoir besoin d’aide, mais il avait aussi une raison personnelle pour vouloir sauter dans un avion pour les Etats-Unis : la fille de son frère, âgée de 11 ans, était prise dans les inondations.

« Elle est partie de Tel Aviv à Houston en vacances avec sa grand-mère pour rendre visite à la famille. Heureusement, ils ont pu éviter la tempête en se terrant avec 15 autres personnes au deuxième étage de la maison de proches pendant trois jours », a dit Rabino au Times of Israël.

C’était la seule maison du quartier avec deux étages, donc les voisins ont afflué eux aussi. Ils avaient heureusement de l’eau et de la nourriture avec eux, suffisamment pour attendre que l’eau se retire du premier étage.

« Ma nièce a été très courageuse, cela a été traumatisant pour elle dans la manière dont elle en parle », a dit Rabino.

Les débris enlevés d'une maison inondée à Bellair, près de Houston, Texas, le 31 août 2017. (Crédit : IsraAID)
Les débris enlevés d’une maison inondée à Bellair, près de Houston, Texas, le 31 août 2017. (Crédit : IsraAID)

Les proches, et leurs maisons, se portent beaucoup mieux que ceux que Rabino a rencontrés à son arrivée à Houston mercredi après-midi, avec quatre autres membres d’IsraAID.

Jeudi, 38 décès avaient été attribués à l’ouragan Harvey. Environ 30 000 personnes étaient toujours dans des refuges, et la FEMA, l’agence fédérale américaine en charge des catastrophes naturelles et des situations d’urgence, a indiqué que 95 745 personnes avaient été qualifiées pour l’aide d’urgence au Texas, qui comprend des aides financières pour payer des loyers, des réparations et des pertes de propriété.

La nièce de Rabino et sa grand-mère devaient rentrer en Israël depuis Austin vendredi, impatientes de dépasser l’expérience pénible de l’ouragan Harvey.

Niv Rabino d'IsraAID. (Crédit : autorisation)
Niv Rabino d’IsraAID. (Crédit : autorisation)

Rabino va rester au moins trois semaines à Houston. Selon Yotam Polizer, co-directeur exécutif d’IsraAID, l’association envoie généralement une première équipe dans une zone de désastre pour trois semaines, pour évaluer la situation et lancer les opérations, puis envoie d’autres personnes pendant les six mois suivants.

IsraAID a répondu rapidement au désastre, envoyant deux membres basés aux Etats-Unis à Dallas dès mardi.

« Dallas était l’endroit le plus proche où il était possible d’aller à ce moment. Les opérations de secours étaient en cours à Houston, et il était impossible d’y aller sans bateau. Nous allons là où sont les gens, mais nous devons pouvoir y aller en toute sécurité », a expliqué le directeur des communications d’IsraAID, Mickey Noam-Alon.

En attendant, Rachel Gerber, directrice de la mission, et Erin Zaikis, qui y participe, ont visité des refuges et rencontré des représentants des organisations communautaires, comme la Fédération juive du Grand Dallas, et l’association Jewish Family Service, pour obtenir des informations précises sur les familles et les quartiers de Houston qui pourraient bénéficier de l’aide d’IsraAID pour enlever les débris.

Un membre de l'équipe d'IsraAID organise l'approvisionnement pour les victimes de l'ouragan Harvey à Dallas, Texas, le 29 août 2017. (Crédit : IsraAID)
Un membre de l’équipe d’IsraAID organise l’approvisionnement pour les victimes de l’ouragan Harvey à Dallas, Texas, le 29 août 2017. (Crédit : IsraAID)

« J’ai parlé à beaucoup de personnes différentes et donné mon numéro. Nous avons des demandes spécifiques de personnes de Houston qui voudraient que nous les aidions à enlever les débris », a dit Gerber.

Pendant qu’ils étaient à Dallas pour attendre les membres de l’équipe qui arrivent d’Israël, Gerber et Zaikis ont aussi acheté des chargements de fournitures et les ont livrés dans un centre de distribution. La donation comprend des articles nécessaires, comme des biberons, du lait artificiel, de la nourriture pour les bébés, des produits d’hygiène féminine, et de sous-vêtements.

Comme IsraAID a répondu aux ouragans Katrina (2005) et Sandy (2012), ainsi qu’aux récentes inondations au Texas, l’équipe savait aussi de quel type d’équipements elle aurait besoin pour enlever les débris, déblayer et vider les maisons touchées par la tempête.

Juste après l’arrivée d’Israël de Rabino et de ses deux collègues mercredi matin, les cinq membres d’IsraAID se sont rendus à Houston, où ils sont arrivés en milieu d’après-midi.

« Le trajet a pris environ cinq heures, et s’est plutôt bien déroulé. Nous avons dû prendre une route secondaire parce que l’Interstate 45 [une autoroute] était fermée par endroits. Nous avons vu les inondations le long de la route, mais l’eau s’était déjà retirée dans la partie nord-ouest de Houston au moment où nous sommes arrivés dans la ville », a dit Rabino.

Après avoir vu sa nièce et sa grand-mère, Rabino est allé enlever les débris des maisons abîmées dans Bellaire, une banlieue du sud-ouest de Houston.

L’équipe d’IsraAID a rencontré des personnes traumatisées enlevant l’eau de leurs maisons.

L'équipe d'IsraAID rencontrent des habitants de Bellaire, au Texas, après l'ouragan Harvey, le 31 août 2017. (Crédit : IsraAID)
L’équipe d’IsraAID rencontrent des habitants de Bellaire, au Texas, après l’ouragan Harvey, le 31 août 2017. (Crédit : IsraAID)

« Il n’y avait plus d’eau, mais les maisons étaient pleines de débris. Il y avait des piles d’ordures partout. Certaines personnes enlevaient elles-mêmes [les débris] de leurs maisons, et d’autres avaient embauché des entreprises qui avaient apporté des tracteurs pour le faire », a dit Rabino.

Rabino a raconté que les Texans avaient bien accueilli l’équipe d’IsraAID, et que certains avaient été surpris de voir que des Israéliens étaient venus de si loin si rapidement pour les aider.

« Ils étaient aussi heureux d’apprendre l’histoire d’IsraAID et que nous avions l’expérience de ce genre d’opérations et savions ce que nous faisions », a dit Rabino.

Les victimes de l’ouragan vivent une montagne russe d’émotions en rencontrant l’équipe israélienne.

« C’était bien pire que tout ce que nous avons vu dans le passé. Ça a été une grosse surprise »

« C’est dévastateur pour les gens. Ils ont tout perdu. C’était bien pire que tout ce que nous avons vu dans le passé. Ça a été une grosse surprise », a dit Gerber.

« Les personnes que nous aidons affrontent une perte énorme et sont très émotives, mais en même temps, elles doivent garder leur maîtrise de soi et nous diriger pendant que nous travaillons dans leurs maisons », a dit Rabino.

Rabino a réussi à récupérer les bijoux d’une famille. Ils étaient dans un sac en plastique submergé dans un seau d’eau, et ont failli être jetés.

« Je leur ai montré les bijoux, et leur ai assuré qu’il était possible de les sauver s’ils étaient nettoyés avec du chlore. Ils étaient reconnaissants, mais aussi assez épuisés », a-t-il dit.

Pendant que certains membres de l’équipe d’IsraAID continuent ce travail, d’autres ont commencé dès vendredi à diriger les activités de soulagement du stress et de loisir dans les refuges, les centres communautaires et les écoles de Houston. Avec l’arrivée de deux autres membres de l’association à Houston dans le week-end, l’équipe va pouvoir travailler avec des groupes relativement importants d’adultes et d’enfants victimes des inondations, en utilisant l’art, des thérapies par le mouvement et des techniques de pleine conscience.

L'équipe d'IsraAID enlèvent les débris d'une maison de Bellaire, au Texas, le 31 août 2017. (Crédit : IsraAID)
L’équipe d’IsraAID enlève les débris d’une maison de Bellaire, au Texas, le 31 août 2017. (Crédit : IsraAID)

iAID, une autre organisation humanitaire israélienne, devrait envoyer une équipe d’environ huit personnes au Texas cette semaine. Créée par le fondateur d’IsraAID, Shachar Zahavi, AID connecte l’innovation et la technologie à la scène de l’aide humanitaire internationale.

« Nous avons été en contact avec la garde nationale du Texas et la communauté juive locale, et nous nous coordonnerons avec eux », a dit Zahavi au Times of Israël.

Zahavi a expliqué que son organisation veut soutenir les opérations de secours américaines avec les solutions de la « nation start-up », comme les technologies d’énergie propre et d’épuration de l’eau, qui peuvent permettre aux communautés de se réparer elles-mêmes et de mieux se préparer à la prochaine catastrophe naturelle.

« Nous faisons une évaluation, mais tout dépendra de ce dont les Américains ont besoin et de ce qu’ils demandent », a dit Zahavi.

L'équipe d'IsraAID trie les possessions récupérables d'une famille texane après les inondations causées par l'ouragan Harvey, à Bellaire, le 31 août 2017. (Crédit : IsraAID)
L’équipe d’IsraAID trie les possessions récupérables d’une famille texane après les inondations causées par l’ouragan Harvey, à Bellaire, le 31 août 2017. (Crédit : IsraAID)

Cela a été une semaine incroyable pour Rabino, qui n’a finalement passé qu’une journée en Israël, et a voyagé sur trois continents.

Passer directement du travail avec des réfugiés syriens, afghans et autres en Grèce aux victimes des inondations au Texas a beaucoup fait réfléchir Rabino à ce que veut dire avoir une maison, et ce que cela entraîne de la perdre.

« Ces 10 dernières années, je me suis déplacé tout le temps à cause du travail que je fais. Je suis dans le temporaire et sans domicile par choix. Pas ces personnes », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...