Merav Michaeli veut sauver de « l’autodestruction » le parti qui a fondé Israël
Rechercher

Merav Michaeli veut sauver de « l’autodestruction » le parti qui a fondé Israël

Merav Michaeli se bat pour bloquer la décision du leader Amir Peretz de rejoindre une coalition dirigée par Netanyahu, par un vote du Comité central du Parti travailliste

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Merav Michaeli, députée du Parti travailliste. (Hadas Parush/Flash90)
Merav Michaeli, députée du Parti travailliste. (Hadas Parush/Flash90)

« Je tiens à féliciter l’honorable président désigné de la Knesset, Benny Gantz », a déclaré la députée travailliste Merav Michaeli, avec des mots empreints de sarcasme, depuis la tribune de la Knesset jeudi dernier. Quelques instants plus tard, le président du parti Kakhol lavan était élu à ce poste, permettant ainsi la tenue de négociations de coalition sur la formation d’un gouvernement d’union avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Félicitations, vous et votre ami Gabi Ashkenazi allez devenir membres d’un gouvernement sous la direction de l’accusé Benjamin Netanyahu. Félicitations, vous avez rejoint la longue, longue liste de personnes qui ont cru Netanyahu… et regardez où ils en sont aujourd’hui », a poursuivi Michaeli, énumérant les députés de tout l’éventail politique qui avaient accepté d’entrer dans les gouvernements précédents de Netanyahu pour voir le chef du Likud se retourner contre eux.

À ses côtés se trouvait Amir Peretz, le dirigeant de son propre camp – le Parti travailliste – qui était le président intérimaire de la Knesset pour le vote en tant que plus ancien membre du Parlement. Peretz savait probablement déjà que, après Gantz, il serait parmi les prochains à rejoindre cette liste de politiciens prêts à faire confiance à Netanyahu, ou du moins à s’associer avec lui, après avoir juré de ne pas le faire.

Moins d’une semaine plus tard, M. Peretz, ainsi que l’éminent député travailliste Itzik Shmuli, se préparaient à rejoindre le gouvernement négocié par le Likud et Kakhol lavan, les deux députés de gauche devant se voir attribuer respectivement les portefeuilles de l’Economie et des Affaires sociales si les négociations aboutissent.

Ce que Peretz n’a peut-être pas compris en l’écoutant se moquer de Gantz, c’est que faire confiance au Premier ministre signifiait aussi perdre le soutien de Michaeli, son alliée politique de longue date, et faire face à une campagne de dernière minute menée par elle pour l’empêcher de rejoindre le gouvernement d’unité.

Le président du Parti travailliste Amir Peretz (à droite) et la députée Merav Michaeli sur la place Rabin à Tel Aviv, le 29 janvier 2020. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

« Je crois en Amir. Je l’ai soutenu. Je crois vraiment en lui en tant que leader. Mais je pense qu’il est en train de faire une terrible erreur, et je fais tout ce que je peux pour essayer de l’en dissuader, ou pour l’arrêter », a déclaré Michaeli dans une interview au Times of Israël mercredi, alors qu’elle œuvrait activement à affaiblir Peretz et à faire en sorte que le Comité central du Parti travailliste l’empêche de rejoindre la « coalition d’unité d’urgence » envisagée par Netanyahu.

« Si le Parti travailliste s’y joint, il se trouvera dans une position très, très dangereuse. Il risquera de s’autodétruire complètement », a-t-elle déclaré solennellement au sujet du parti de centre-gauche autrefois vénérable qui, sous un nom ou un autre, a dirigé Israël lors de sa fondation sous David Ben Gourion et pendant les 30 années qui ont suivi.

Lors des élections d’avril 2019, le Parti travailliste est passé des 24 sièges de la Knesset qu’il avait obtenus dans le cadre de l’Union sioniste en 2015 à seulement six, le pire résultat de son histoire. En septembre, il a égalé ce résultat en se présentant avec le parti Gesher d’Orli Levy-Abekasis. Lors des élections de mars, concourant cette fois également avec le parti de gauche Meretz, membre de l’alliance Travailliste-Gesher-Meretz, il n’a obtenu que sept sièges.

Mais avec trois de ces sièges appartenant au Meretz, qui a déclaré qu’il ne rejoindrait pas un gouvernement dirigé par Netanyahu, et Lévy-Abekasis s’étant déjà séparée de la faction parlementaire (en raison de désaccords sur des plans désormais révolus visant à ce que Kakhol lavan forme un gouvernement minoritaire avec le soutien des partis à prédominance arabe de la Liste arabe unie), le Parti travailliste n’a plus que trois députés à la Knesset, qui compte 120 sièges.

Et aujourd’hui, Peretz et Shmuli sont prêts à rejoindre Netanyahu, ne laissant que Michaeli pour se battre pour l’indépendance du parti, et avertissant que cette nouvelle scission imminente pourrait être le dernier clou dans le cercueil… et pas seulement pour le parti.

« Les Travaillistes ont participé à trois élections où notre principale revendication était de ne pas siéger avec Netanyahu », a-t-elle déclaré.

« Mais il ne s’agit pas seulement de santé ou de politique économique. [Netanyahu] est un danger direct pour la démocratie. Il s’est efforcé de démanteler la démocratie israélienne pour son propre bénéfice, il a utilisé la situation d’urgence pour s’aider lui-même », a déclaré l’ancienne journaliste à propos de la décision du gouvernement de fermer les tribunaux à la veille du procès de Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance.

« C’est une question existentielle pour la démocratie en Israël », a averti Michaeli.

Les dirigeants de l’alliance Travailliste-Gesher-Meretz, Nitzan Horowitz (à gauche), Amir Peretz (au centre), et Orly Levy-Abekasis à l’entrée de la commission centrale électorale à la Knesset, le 15 janvier 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans son premier discours de lundi sur l’initiative de Peretz, Michaeli a appelé à une « réunion d’urgence » de la direction du parti pour bloquer la proposition annoncée, arguant qu’une mesure aussi radicale nécessiterait un vote interne des Travaillistes. « C’est une urgence. Pourtant, nous ne pouvons pas prendre des mesures imprudentes qui piétineraient la glorieuse démocratie interne du Parti travailliste », a-t-elle écrit dans un post sur Facebook.

S’exprimant mercredi, Michaeli a déclaré qu’il était inconcevable que cette initiative puisse se faire sans l’approbation du parti.

« Selon la constitution du Parti travailliste, cette initiative doit être approuvée par le Comité central. Le président du parti doit donc tenir une réunion de comité et procéder à un vote. C’est simple », a-t-elle déclaré, insistant sur le fait que malgré les limites imposées aux rassemblements en raison de l’épidémie de coronavirus en cours, le parti pourrait organiser une réunion en ligne avec les quelque 4 000 membres éligibles du parti et voter.

Selon Michaeli, Peretz lui a personnellement promis que s’il décidait de rejoindre le gouvernement, il autoriserait un vote interne sur la légitimité d’une telle démarche. Mais, comme de nombreux partisans du Parti travailliste sont mécontents de cette décision, compte tenu des promesses répétées tout au long de deux campagnes électorales de ne pas servir sous Netanyahu, il pourrait se heurter à une opposition sérieuse.

Sur cette photo du 14 mai 1948, les ministres du nouvel État d’Israël sont vus lors d’une cérémonie au Musée d’art de Tel Aviv marquant la création du nouvel État, lors du discours du Premier ministre David Ben Gourion déclarant l’indépendance. (Crédit : AP Photo)

« Beaucoup de gens au sein du parti sont vraiment, vraiment inquiets et travaillent contre cela. J’entends beaucoup de colère au sein du parti et de refus d’y adhérer. Dès le premier jour, l’opposition a été énorme », a déclaré Michaeli.

Après l’élection d’avril 2019, Netanyahu a offert à Avi Gabbay, alors chef du Parti travailliste, les postes supérieurs de la Défense et du Trésor. Gabbay a brièvement examiné l’offre de dernière minute, qu’il avait juré de ne jamais accepter tout au long de la campagne. Cependant, des collègues ont eu vent des discussions à huis clos, et Gabbay a été contraint de se retirer, laissant Netanyahu sans gouvernement.

Le président travailliste Avi Gabbay (tribune) flanqué de Tal Russo, à droite, et de l’ancien leader du parti Amir Peretz, à gauche, s’adresse aux partisans et aux médias lors de l’annonce des résultats des élections générales, le 9 avril 2019. (Crédit : FLASH90)

Gabbay a ensuite été évincé et remplacé par Peretz, qui s’est lui aussi engagé à ne pas rejoindre un gouvernement avec le Likud avant les élections de septembre. Mais cela n’a pas empêché le Premier ministre de promettre au nouveau dirigeant travailliste qu’il le ferait élire président à l’expiration du mandat de Reuven Rivlin en 2021.

En fait, beaucoup pensaient que Peretz serait incité à rejoindre un gouvernement Netanyahu pendant la campagne, ce qui l’a conduit à raser sa moustache caractéristique aux heures de grande écoute de la télévision en août dernier « pour que le public puisse lire sur mes lèvres quand je dis : Je ne siègerai pas avec Netanyahu ». Il a respecté sa déclaration radicale après le vote de septembre et Netanyahu s’est vu refuser une autre chance de former un gouvernement.

Mais désormais, à l’ombre de l’épidémie de coronavirus et sous couvert de la participation de Kakhol lavan, Peretz pourrait avoir besoin de faire repousser sa célèbre pilosité faciale.

Pour Michaeli, rester en dehors du gouvernement de Netanyahu ne consiste pas seulement à tenir la promesse du parti.

« En ce moment, des millions de personnes ont besoin d’un cadre qui puisse présenter une alternative. C’est la responsabilité du Parti travailliste de l’être », a-t-elle déclaré. « Nous sommes peut-être peu nombreux, mais politiquement nous avons une place – et une obligation – d’agir en tant qu’opposition. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...