Merkel appelle à la vigilance face à l’antisémitisme
Rechercher

Merkel appelle à la vigilance face à l’antisémitisme

La chancelière a appelé à "agir de façon intensive" contre l'antisémitisme, notamment avec les jeunes originaires de pays "où la haine d'Israël et l'antisémitisme sont répandus"

La Chancelière allemande Angela Merkel arrive à une conférence de presse, le 14 mars 2014. (Crédit : AFP/dpa/Nicolas Armer/Germany out)
La Chancelière allemande Angela Merkel arrive à une conférence de presse, le 14 mars 2014. (Crédit : AFP/dpa/Nicolas Armer/Germany out)

« L’antisémitisme est plus répandu que ce qu’on imagine. Et c’est pourquoi il nous faut de façon intensive agir contre », a estimé dans son podcast vidéo hebdomadaire Mme Merkel, qui doit inaugurer lundi à Berlin une exposition consacrée à « l’art de l’Holocauste ».

La chancelière a appelé à prendre « au sérieux » les préoccupations formulées fin novembre par le président du Conseil central des juifs d’Allemagne, Josef Schuster, qui s’inquiétait du fait que beaucoup de demandeurs d’asile « viennent de cultures où la haine des juifs et l’intolérance sont solidement installées ».

L’Allemagne a accueilli en 2015 quelque 1,1 million de demandeurs d’asile, beaucoup fuyant guerre et persécutions en Syrie, en Irak ou en Afghanistan.

« Nous devons nous en occuper, précisément aussi chez des jeunes (originaires) de pays où la haine d’Israël et des juifs est répandue », a-t-elle insisté, sans toutefois citer de pays ni évoquer les demandeurs d’asile.

« On observe dans quelques écoles et dans quelques lieux de rencontre des manifestations (d’antisémitisme) de la part de jeunes, face auxquelles chaque adulte doit agir », a-t-elle poursuivi.

« Nous devons aussi encourager les élèves qui ne pensent pas cela et les rendre capables de dire clairement que ça ne doit pas se passer ainsi », a insisté Mme Merkel.

« On peut chercher à argumenter, encore et toujours mais cela doit aussi être clair : (l’antisémitisme) n’a aucune place dans notre société (…) il faut simplement mettre des limites claires », a-t-elle dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...