Meron: les audiences ouvertes; un responsable déplore « des années de négligence »
Rechercher

Meron: les audiences ouvertes; un responsable déplore « des années de négligence »

L'absence de plafonnement de la fréquentation aurait été motivée par des soucis de sécurité, les barricades pouvant causer des "goulets d'étranglement et des catastrophes"

Israel Police Northern District Chief Shimon Lavi arrives to testify before the Meron disaster commission of inquiry on August 22, 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Israel Police Northern District Chief Shimon Lavi arrives to testify before the Meron disaster commission of inquiry on August 22, 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Une commission gouvernementale chargée d’enquêter sur l’accident mortel survenu en avril sur un site de pèlerinage juif a tenu sa première journée d’audiences dimanche, près de quatre mois après que la catastrophe du mont Meron a fait 45 morts.

L’incident survenu le 29 avril lors du pèlerinage juif de Lag Baomer dans le nord d’Israël est la catastrophe civile la plus meurtrière de l’histoire du pays. Environ 100 000 fidèles, pour la plupart des juifs ultra-orthodoxes, ont participé aux festivités malgré les avertissements lancés depuis longtemps sur la sécurité du site.

Des centaines de personnes se sont entassées dans un passage étroit, plusieurs d’entre elles chutant sur une pente glissante.

Le mouvement de foule a tué 45 personnes et en a blessé au moins 150.

En juin, le gouvernement a approuvé la création d’une commission d’enquête indépendante chargée d’examiner les manquements à la sécurité sur le site.

Le jury, présidé par l’ancienne juge de la Cour suprême Miriam Naor, a entamé la procédure par le témoignage du chef de la police du district nord, Shimon Lavi, l’officier qui était chargé de gérer l’événement.

Les victimes du drame de Meron, le 30 avril 2021. De haut en bas, de gauche à droite : Chen Doron, Haim Rock, Ariel Tzadik, Yossi Kohn, Yisrael Anakvah, Yishai Mualem, Yosef Mastorov, Elkana Shiloh, Moshe Levy, Shlomo Zalman Leibowitz, Shmuel Zvi Klagsbald, Mordechai Fakata, Dubi Steinmetz, Abraham Daniel Ambon, Eliezer Gafner, Yosef Greenbaum, Yehuda Leib Rubin, Yaakov Elchanan Starkovsky, Haim Seler, Yehoshua Englard, Moshe Natan Neta Englard, Yedidia Hayut, Moshe Ben Shalom, David Krauss, Eliezer Tzvi Joseph, Yosef Yehuda Levy, Yosef Amram Tauber, Menachem Knoblowitz, Elazar Yitzchok Koltai, Yosef David Elhadad, Shraga Gestetner, Yonatan Hebroni, Shimon Matalon, Elazar Mordechai Goldberg, Moshe Bergman, Daniel Morris, Ariel Achdut, Moshe Mordechai Elhadad, Hanoch Slod, Yedidya Fogel, Menahem Zakbah, Simcha Diskind, Moshe Tzarfati, Nahman Kirshbaum et Eliyahu Cohen.

M. Lavi a déclaré que les festivités du mont Meron sont l’événement annuel le plus important de la police israélienne et qu’elles nécessitent des ressources, une planification et une préparation considérables. Il a ajouté qu’ « il n’y a eu aucune limitation de la fréquentation du mont Meron – c’est ainsi que ça se passe depuis 30 ans ».

Toute tentative de limiter l’entrée et de mettre en place des barricades pourrait entraîner « des goulots d’étranglement et des catastrophes beaucoup plus importantes », a-t-il déclaré.

Le site du nord d’Israël est considéré comme le lieu de sépulture du célèbre sage du 2e siècle, Rabbi Shimon Bar Yochai. Le complexe funéraire et les structures adjacentes sont gérés par le département des lieux saints du ministère des Services religieux.

Les experts avaient depuis longtemps mis en garde contre le fait que le complexe du mont Meron n’était pas suffisamment équipé pour accueillir les énormes foules qui s’y rendent chaque année au printemps, et que les infrastructures existantes présentaient un risque pour la sécurité.

Les membres de la commission sur la catastrophe de Meron (de gauche à droite), l’ancien maire de Bnei Brak, le rabbin Mordechai Karelitz, la présidente de la commission et ancienne juge en chef Miriam Naor et l’ancien chef de la planification de Tsahal, le major-général (de réserve) Shlomo Yanai, lors de la session d’ouverture de la commission à Jérusalem, le 22 août 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le rassemblement d’avril a eu lieu cette année malgré les craintes d’infections massives au coronavirus sur le site, car de puissants politiciens ultra-orthodoxes auraient fait pression sur le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, et d’autres responsables gouvernementaux pour qu’ils renoncent aux restrictions de participation.

M. Lavi a déclaré qu’il y avait eu « négligence pendant de nombreuses années » et « un manque de compréhension du fait que l’événement s’est développé avec le temps et que l’infrastructure n’était pas adéquate, mais plutôt une sorte de pansement ».

La commission a appelé cinq autres responsables à comparaître en plus de Lavi : le rabbin Shmuel Rabinovitch, rabbin du Kotel et des Lieux saints d’Israël ; l’ancien commissaire adjoint de la police israélienne, Alon Asur ; Yosef Schwinger, directeur du Centre national pour le développement des Lieux saints ; Yisrael Deri, directeur de la branche nord du Centre national pour le développement des Lieux saints ; et Eli Friend, responsable de la tombe du rabbin Shimon Bar Yochai.

Les forces de secours et la police se trouvent sur les escaliers où un grand nombre de personnes ont été écrasées et blessées lors des célébrations de la fête de Lag BaOmer sur le mont Meron, dans le nord d’Israël, le 30 avril 2021. (David Cohen/Flash90)

L’ancien juge en chef Naor est rejoint dans le panel par l’ancien maire de Bnei Brak, le rabbin Mordechai Karelitz, et l’ancien chef de la planification de l’armée Israélienne, le major-général (de réserve) Shlomo Yanai. La commission a reçu un budget de 6 millions de NIS pour enquêter sur le déroulement de la catastrophe et examiner les processus décisionnels qui ont autorisé l’événement.

Après le début des travaux de la commission d’enquête gouvernementale, le procureur général a suspendu l’enquête criminelle sur la catastrophe afin de donner la priorité à la commission gouvernementale. Peu après, le contrôleur d’État Matanyahu Englman a également suspendu son enquête sur la tragédie pour la même raison.

La création de la commission a suscité la colère de certains membres de la communauté ultra-orthodoxe, qui craignent d’être accusés d’avoir fait pression pour que l’événement ait lieu comme prévu malgré les avertissements de surpopulation.

D’autres, dont de nombreuses familles des personnes décédées, ont salué l’enquête.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...