Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Meta réfléchit à la modération du terme « sioniste » sur ses réseaux

Le groupe conduit des débats internes sur la modération sur ses plateformes du terme, alors que le conflit à Gaza alimente les discours de haine

Photo composite : Un manifestant (à gauche) demandant la libération des otages détenus par le Hamas, tenant une photo représentant Noa Argamani, l'une des captives détenues depuis le massacre du 7 octobre, et le logo de Facebook (à droite). (Crédits : De gauche à droite : Ahmad Gharabli/AFP via Getty Images/Omar Marques/SOPA Images/LightRocket via Getty Images/photo illustration par 70 Faces Media)
Photo composite : Un manifestant (à gauche) demandant la libération des otages détenus par le Hamas, tenant une photo représentant Noa Argamani, l'une des captives détenues depuis le massacre du 7 octobre, et le logo de Facebook (à droite). (Crédits : De gauche à droite : Ahmad Gharabli/AFP via Getty Images/Omar Marques/SOPA Images/LightRocket via Getty Images/photo illustration par 70 Faces Media)

Meta (Facebook, Instagram) conduit des débats internes sur la modération sur ses plateformes du terme « sioniste », alors que le conflit à Gaza alimente les discours de haine, dont l’antisémitisme, en ligne.

« Compte tenu de la polarisation croissante du discours public due aux événements au Moyen-Orient, nous pensons qu’il est important d’évaluer nos orientations pour examiner les messages qui utilisent le terme ‘sioniste' », a indiqué vendredi un porte-parole de Meta, sollicité après un article du Washington Post sur ce sujet.

Il a rappelé que le géant des réseaux sociaux « ne permet pas aux utilisateurs d’attaquer d’autres personnes sur la base d’éléments constitutifs de leur identité, tels que leur nationalité ou leur religion », tout en soulignant les difficultés que présente le terme « sioniste ».

Il « fait souvent référence à l’idéologie d’une personne, qui n’est pas une caractéristique protégée », note-t-il, mais « il peut également être utilisé pour désigner les Juifs ou les Israéliens ». Le groupe californien cherche donc à affiner son approche sur ce qualificatif et trouver des compromis.

Pour l’instant, le règlement de ses plateformes autorise l’utilisation du terme « sioniste » pour critiquer une idéologie, mais interdit les messages contenant ce mot pour désigner les Juifs ou les Israéliens et les attaquer de manière déshumanisante ou violente.

Le conflit entre Israël et les terroristes du Hamas à Gaza, déclenché par une attaque sans précédent du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre, suscite des prises de position fortes dans les pays occidentaux et de nombreuses attaques sur les réseaux sociaux.

Des associations et chercheurs ont constaté une forte hausse des contenus islamophobes et des contenus antisémites sur les principales plateformes, notamment X, anciennement Twitter.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.