Meyer Habib : Acceptez nos diplômes ou je m’opposerai à l’immigration en Israël
Rechercher

Meyer Habib : Acceptez nos diplômes ou je m’opposerai à l’immigration en Israël

Le député français et ami intime de Netanyahu donne à Israël 3 mois pour changer radicalement ses règles ou il dira aux Juifs de France de renoncer à l'alyah

Meyer Habib (Crédit : Charlotte Guimbert)
Meyer Habib (Crédit : Charlotte Guimbert)

Un député juif français prévient qu’il va contrecarrer l’immigration des Juifs de France en Israël si le pays ne fait rien pour reconnaître rapidement et pleinement les diplômes universitaires français.

Meyer Habib a dit qu’il va appeler les Juifs de France à geler leurs plans d’immigration en Israël si l’Etat juif n’adopte pas, d’ici trois mois, des réformes qui permettraient aux médecins, dentistes, infirmiers et avocats français de commencer à travailler immédiatement en Israël sans avoir à passer des examens difficiles.

Habib, un ami de longue date de Benjamin Netanyahu, a déclaré au Times of Israel lors d’une interview à la Knesset qu’il croit que le Premier ministre est d’accord avec lui mais que les élites professionnelles en Israël placent des obstacles sur le chemin de la réforme, car ils craignent un afflux de professionnels français qui conduirait à une baisse des salaires pour les Israéliens.

« Je dis aux Juifs français : Soit Israël reconnaît pleinement vos diplômes et vous permet de travailler après un stage de peut-être deux ou trois mois, pour apprendre la langue, soit vous ne devriez pas venir. Parce que ça va être une catastrophe », a-t-il averti.

ÉQUIVALENCE DES DIPLÔMES EN ISRAËL – En l’absence de résultats significatifs d’ici 3 mois, je recommanderai aux Français…

Posted by Meyer Habib on Monday, 21 December 2015

Bien que généralement favorable aux projets d’immigration des membres de sa communauté, Habib, un député de centre-droit (UDI) représentant les Français vivant à l’étranger, dont Israël, a déclaré que le moment est venu de faire pression sur Jérusalem sur la question, dont il dit depuis des années qu’elle tue les efforts visant à amener plus de Juifs français en Israël.

« Il y a beaucoup de gens qui veulent venir, mais ils seraient perdus. Je leur dis : Ne venez pas, vous ne trouverez pas de travail. Si Israël ne reconnaît pas vos diplômes, restez en France », a déclaré Meyer.

« Les gens viennent ici avec des familles et ne parviennent pas à s’acheter de la nourriture. Ils ont dépensé toutes leurs économies ; c’est psychologiquement extrêmement troublant et les gens dépriment parce que leur statut social est rompu. Ce qui est moralement inacceptable. »

Habib a posé un ultimatum : « Aujourd’hui, je dis clairement : Si dans les trois mois il n’y a pas de progrès tangible, je dirai aux Juifs de France : Ne venez pas en Israël jusqu’à ce que vos diplômes soient reconnus. Vous ne pouvez pas amener ici des gens qui ont étudié pendant cinq ou dix ans et les voir travailler comme serveurs, avec des difficultés à boucler les fins de mois ou devoir brûler leurs économies. »

En tant que député français, ce n’est pas son travail d’encourager l’immigration en Israël, a déclaré Habib. Mais il estime qu’il est de son devoir de protéger les quelque 150 000 Français vivant en Israël qui veulent travailler, mais qui ne le peuvent pas.

« Aujourd’hui, je suis convaincu que nous avons besoin de mettre la pression. Nous avons attendu trop longtemps », a déclaré Habib, qui est cette semaine en Israël pour un congrès du Conseil international des parlementaires juifs.

« Les immigrants de France sont très motivés, très sionistes, très attachés au judaïsme. Ils aiment ce pays, Israël, et nous ne pouvons pas les torturer sans cesse. À un moment donné, les décisions doivent être prises ».

En novembre 2014, le gouvernement a approuvé le principe de la « facilitation de la reconnaissance des diplômes, » destinée à faciliter la vie des diplômés français qui veulent immigrer en Israël.

« Mais au niveau professionnel, en particulier dans les domaines médicaux, de nombreux blocages sont liés à des attitudes protectionnistes des corporations professionnelles, » a accusé Habib.

Cette semaine, Habib a dit, qu’il a été informé que les médecins et les dentistes qui ont travaillé dans leurs professions pendant 14 ans seraient autorisés à pratiquer immédiatement après avoir immigré.

« Un dentiste avec trois années d’expérience qui veut faire son alyah ne peut pas travailler ici ? On lui donne des examens incroyablement difficiles, que seulement environ 5 à 10 % réussissent ? C’est une honte. »

Les immigrants en provenance de nombreux pays occidentaux doivent passer des examens difficiles avant qu’ils ne soient autorisés à pratiquer la médecine, la dentisterie ou des professions similaires. Habib veut que ces examens soient entièrement supprimés.

« Les diplômes français sont parmi les meilleurs au monde. Médecins, dentistes, infirmiers, avocats, comptables. Je me rends compte que les immigrants ont besoin d’une période d’adaptation, pour apprendre la langue, peut-être pour passer un stage, mais la qualité des diplômes français ne peut pas être remise en question », a-t-il ajouté.

« Soit nous reconnaissons les diplômes français, soit nous ne les reconnaissons pas. À l’heure actuelle, Israël ne les reconnaît pas. Ces examens sont injustement difficiles. Pouvez-vous imaginer que dans certains cas des professeurs d’université ne les passent pas ? »

Le député doit s’entretenir avec le ministre de la Santé, Yaakov Litzman afin de tenter de faire progresser le processus. « Les blocages se situent au ministère de la santé et, surtout, des ordres professionnels (guildot), » a-t-il souligné.

Durant son séjour en Israël, Habib a rencontré le dentiste David Tibi, qui a récemment adressé une lettre au Premier ministre pour mettre en avant les difficultés qu’il rencontre afin de pouvoir exercer son métier. (Cliquez ici pour lire la lettre sur la plate-forme de blog du Times of Israël)

D’après l’association Qualita, qui intervient auprès du gouvernement israélien pour améliorer les conditions de réussites des olims français en Israël, le ministère de l’Alyah et de l’Intégration octroie une subvention pour les traductions par acte notarié des diplômes des immigrants français.

Il existe également une pétition à signer en ligne, pour en savoir plus, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur les équivalences des diplômes, cliquez ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...