Ministère de la Santé : « forte probabilité » d’un variant français, américain
Rechercher

Ministère de la Santé : « forte probabilité » d’un variant français, américain

Le ministre affirme qu'il n'y a plus de risques de variant britannique, tenu pour responsable de la troisième vague de contagion en Israël

Des voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Flash90)
Des voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Flash90)

Le ministère de la Santé a désigné plusieurs pays comme étant plus susceptibles d’être à l’origine de souches mutantes de coronavirus qui pourraient se révéler plus résistantes aux vaccins actuels.

Dans un nouveau rapport publié jeudi, le ministère a déclaré que la probabilité de présence de variants était « très élevée » aux États-Unis, en Turquie, en France, en Ukraine et en Éthiopie. L’Allemagne a été classée comme présentant un risque élevé, tandis que le ministère a déclaré que les informations en provenance de Russie étaient insuffisantes.

La Grande-Bretagne, où une souche plus infectieuse est apparue, ne présente aucun risque. La troisième vague de coronavirus dans l’État juif a été imputée à la forte propagation de la souche britannique en Israël.

Le rapport fournit également des informations sur un nombre de voyageurs de diverses destinations qui ont été testés positifs au coronavirus entre le 6 mars et le 6 avril.

L’Éthiopie, d’où 927 personnes ont pris l’avion pour Israël pendant cette période, a enregistré le taux le plus élevé, avec 4,3 % des voyageurs testés positifs. L’Ukraine avait le deuxième taux le plus élevé, soit 1,5 %, et le plus grand nombre total de passagers à avoir été testés positifs – 93.

La France avait un taux de tests positifs de 0,5 %, la Turquie de 0,4 %, la Russie de 0,3 % et la Grande-Bretagne et l’Allemagne de 0,2 %.

Parmi les voyageurs en provenance des États-Unis, d’où 17 237 personnes ont pris l’avion pendant la période en question, 0,3 % ont été testés positifs.

Le rapport a été publié un jour après que les ministres du cabinet ont convenu d’organiser une réunion d’ici le 17 avril pour examiner les conclusions du ministère des Transports sur les moyens d’augmenter la capacité des postes frontières, afin de permettre à un plus grand nombre d’Israéliens d’entrer dans le pays chaque jour.

L’entrée en Israël a été fortement restreinte depuis la fin janvier, quand le gouvernement a ordonné la fermeture de l’aéroport Ben Gurion, y compris pour les citoyens israéliens, invoquant des inquiétudes quant à l’entrée dans le pays de variantes du coronavirus résistantes aux vaccins.

Le gouvernement a ensuite assoupli les restrictions sur les voyages par avion pour les citoyens en vue des élections du 23 mars, mais son plafond limitant l’entrée à 3 000 Israéliens par jour a été jugé inconstitutionnel par la Haute Cour de justice.

Toutefois, l’entrée continue d’être limitée à la « capacité effective » de l’aéroport.

La semaine dernière, Israël a rouvert le poste frontière de Taba avec l’Égypte pour permettre à un nombre limité d’Israéliens vaccinés de se rendre dans la péninsule du Sinaï pour les vacances de Pessah.

Au cours des derniers mois, Israël a considérablement réduit les restrictions liées au coronavirus en ouvrant l’économie, les lieux d’événements et d’autres activités, alors que les niveaux de morbidité ont chuté dans le cadre de la campagne de vaccination du pays, la plus importante au monde.

À la date de jeudi, Israël comptait moins de 300 cas graves de COVID et moins de 4 500 cas actifs dans le pays. Le nombre de décès dus au virus était de 6 280.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...