Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Minnesota : Une synagogue construit une patinoire, et l’inaugure au son du Klezmer

Le Temple Aaron invite les familles à s'habiller chaudement et à profiter du froid dans ce qui, selon le rabbin, est la première patinoire jamais construite par une synagogue

De gauche à droite : Les musiciens klezmer Greg Schweser, Pat O'Keefe, Josh Rosard, Michael Leville et Sarah Larsson devant le pop-up Art Shanty, à Minneapolis. (Crédit : Josh Rosard)
De gauche à droite : Les musiciens klezmer Greg Schweser, Pat O'Keefe, Josh Rosard, Michael Leville et Sarah Larsson devant le pop-up Art Shanty, à Minneapolis. (Crédit : Josh Rosard)

JTA – Les prévisions annoncent une température de -9 degrés Celsius dans les villes jumelles jeudi prochain, ce qui a permis de parfaitement préparer le terrain pour deux premières juives glacées : un festival Klezmer on Ice et une patinoire gérée par une synagogue.

Telle est la vie au Minnesota, où les températures glaciales ne se mettent pas en travers des festivités juives.

« Cela nous montre un peu comment l’hiver est perçu au Minnesota, où ce n’est pas parce qu’il fait un froid glacial dehors qu’il faut s’arrêter de vivre », a déclaré Marcus Rubenstein, rabbin au Temple d’Aaron à St. Paul.

« J’étais rabbin à New York. Ils disaient que nous ne pouvions pas programmer de grands événements en hiver parce que personne ne viendrait s’il neigeait », a déclaré Rubenstein. « Mais [ici], il arrive qu’il tombe plus de 15 cm de neige et qu’il fasse -5 ou -10 degrés, et tout le monde vient. Des personnes âgées de 80 et 90 ans, jusqu’aux petits enfants, enfilent leurs manteaux et sortent s’amuser. »

Le Temple Aaron, une congrégation conservatrice d’environ 700 familles, invite les familles à s’emmitoufler et à s’amuser sur ce qui, selon Rubenstein, est la toute première patinoire installée sur la propriété d’une synagogue. La patinoire, qui peut accueillir environ 30 personnes à la fois, a été construite par un membre de la congrégation, Joel Paper, et est entretenue par des « capitaines des glaces » – des membres de la synagogue qui la déneigent et enlèvent à la pelle tout givre supplémentaire qui se forme.

Jeudi, les patineurs ont assisté à la première représentation du festival Klezmer, avec Jewbalaya, un groupe hybride de klezmer et de jazz de la Nouvelle-Orléans, dans lequel Rubenstein joue de la trompette.

La musique est diffusée par des haut-parleurs à l’intérieur de la synagogue – une concession, selon Rubenstein et d’autres personnes associées au festival, au froid.

Le rabbin Marcus Rubenstein du Temple d’Aaron testant la nouvelle patinoire de sa synagogue. (Crédit : Marcus Rubenstein)

La semaine dernière, les musiciens qui assuraient la promotion de Klezmer on Ice par un spectacle pré-festival au bord du lac Harriett, le plan d’eau (habituellement gelé) situé au cœur de Minneapolis, ont rencontré quelques difficultés techniques. Prévoyant des températures glaciales, les musiciens avaient prévu de jouer depuis une scène au bord du lac décorée comme une enceinte géante dans le cadre d’une initiative pop-art appelée Art Shanty. Mais il y a eu un hic.

« Nous étions censés avoir un joueur de sousaphone, mais le temps qu’il mette son gros instrument en cuivre en place, les valves étaient gelées et il ne pouvait pas jouer », a déclaré Josh Rosard, un organisateur de Klezmer on Ice. Le spectacle a donc eu lieu sans le sousaphone.

Les cuivres ne sont pas les seuls à être vulnérables aux vagues de froid. Les cordes et les instruments à vent peuvent rapidement se désaccorder dans le froid, car le métal se contracte et le bois se déforme. Les clarinettes et les violons, éléments essentiels de la musique juive d’Europe de l’Est, ne le supportent pas.

C’est pourquoi la plupart des événements de Klezmer on Ice se dérouleront à l’intérieur, notamment au Temple d’Aaron, mais pas seulement. Au programme de ce festival d’un week-end, des artistes locaux et nationaux tels que Sarina Partridge, Tzipporah Johnson, Izzy Buckner, les Klezmommies et le groupe Midwood. Il y aura également un spectacle de cabaret, des offices de Shabbat au son de musique klezmer et une cérémonie lumineuse de havdalah.

Rosard a déclaré qu’il voyait dans cet événement un moment d’éclosion pour la scène klezmer des villes jumelles et, compte tenu de la capacité des festivals Klezmer de longue date à générer de nouveaux groupes, une opportunité.

« Je suis très enthousiaste à l’idée que les joueurs de la communauté vont mettre en place des ateliers et de ce qui pourrait en découler à l’avenir », a déclaré Rosard, qui a grandi en jouant de l’accordéon, mais qui s’est engagé plus sérieusement dans l’univers klezmer pendant la pandémie. Il a rencontré sa co-organisatrice de Klezmer on Ice, la musicienne et folkloriste juive Sarah Larsson, avec qui il a participé à KlezCanada et au festival Klezmer de Portland.

Le soleil se couchant avant la soirée d’ouverture du festival Klezmer on Ice, qui comprend une séance de patinage libre sur la patinoire du Temple d’Aaron. (Crédit : Marcus Rubenstein)

Il reconnaît néanmoins que « c’est un peu ironique de faire quelque chose comme ça au milieu du mois de février dans le Minnesota ».

Marcus Rubenstein dit que ses fidèles sont enthousiastes. La nouvelle patinoire du Temple Aaron sera ouverte non seulement lors de la soirée d’ouverture du festival Klezmer, mais aussi pour des séances de patinage la majorité des samedis après les offices du Shabbat et les cours de l’école talmudique.

Si cette activité n’est pas exactement la norme après un office à la synagogue, elle est parfaitement autorisée selon l’interprétation de la loi juive par le mouvement massorti (conservateur). Ce mouvement, dont le Temple Aaron fait partie, autorise le patinage sur glace non-compétitif le jour du Shabbat, à condition qu’aucune règle du Shabbat ne soit violée (comme le fait de conduire pour se rendre à la patinoire ou en revenir ou de payer pour louer des patins) et que le patinage ait lieu dans les limites d’un erouv, ou enceinte légale juive à l’intérieur de laquelle certains objets peuvent être transportés le jour du Shabbat.

Rubenstein a déclaré qu’il envisageait cette activité sous un autre angle, celui de faire du Temple d’Aaron une pièce maîtresse du Shabbat de Saint-Paul.

« Les enfants font du patin à glace de toute façon », a-t-il ajouté. « Alors pourquoi ne pas faire du patin à glace à la synagogue et venir le faire avec leurs amis juifs, et construire une communauté de cette façon ? »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.