Rechercher

Mondial : Aucun vol Israël-Qatar encore programmé – ministère

Emmanuel Nachshon a indiqué que c'est aux compagnies privées d'assurer les vols et a précisé qu'aucun Palestinien n'a fait la demande pour partir depuis Ben Gurion

Un panneau routier pour la Coupe du monde de football Qatar 2022 à côté d'une autoroute près d'Abu Samra, dans l'ouest du Qatar, le 15 novembre 2022. (Crédit : Odd Andersen/AFP)
Un panneau routier pour la Coupe du monde de football Qatar 2022 à côté d'une autoroute près d'Abu Samra, dans l'ouest du Qatar, le 15 novembre 2022. (Crédit : Odd Andersen/AFP)

Moins d’une semaine avant le début de la Coupe du monde de football, aucun vol direct n’a été programmé entre Israël et le Qatar, selon le ministère des Affaires étrangères.

Jeudi dernier, les deux pays et la FIFA ont annoncé un accord qui prévoyait des vols charters directs entre l’aéroport Ben Gurion et Doha.

« Nous avons créé la plateforme, mais ce n’est pas nous qui assurons les vols directs », a expliqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nachshon. « Nous attendons les compagnies privées ».

Il ajoute qu’il n’a pas connaissance de Palestiniens ayant demandé à prendre un vol de Ben Gurion au Qatar pour le Mondial, bien que l’accord permette aux Palestiniens d’emprunter ces vols charters, s’ils venaient à partir.

Une équipe de six diplomates israéliens sera présente au Qatar pendant toute la durée du tournoi, bien que les deux pays n’aient pas de relations diplomatiques.

Nachshon a qualifié cette présence diplomatique, à laquelle le Qatar a consenti la semaine dernière, « d’importante et significative ».

Une femme passe devant un magasin, à l’approche de la Coupe du monde de football Qatar 2022, dans un centre commercial de Doha, le 29 octobre 2022. (Crédit : Jewel SAMAD/AFP)

Les officiels israéliens entreront au Qatar avec des passeports diplomatiques et seront accueillis par un officiel qatari.

Israël n’arborera pas son drapeau national et ne définit pas cette présence comme un bureau ou une représentation diplomatique, mais comme une « équipe ».

Les membres de l’équipe travailleront à partir d’une agence de voyage privée, dont les modalités précises doivent encore être précisées par l’équipe préparatoire, qui décolle demain.

Israël publiera un numéro que tous les citoyens du Qatar pourront composer s’ils se trouvent en difficulté. Un porte-parole sera également présent sur place pendant toute la durée de la Coupe du monde.

Le ministère des Affaires étrangères s’attend à ce que 10 000 à 20 000 Israéliens fassent le voyage, mais ne dispose pas de chiffres exacts car beaucoup arriveront avec des passeports étrangers. « Nous sommes prêts à prêter attention et à aider un très grand nombre de voyageurs, et nous sommes prêts à faire face à un large éventail d’incidents, allant de la perte de passeports à différents types de frictions avec les autorités locales », a déclaré Nachshon.

Le cheikh qatari Hamad Al Suwaidi avec une réplique en pierre de trois mètres de haut de la coupe du monde de football qu’il a installée devant sa maison à Doha. (Crédit : YouTube)

Le Mondial au Qatar, le premier dans un pays arabe, suscite une ferveur mitigée chez les supporters d’une région passionnée de football – plus accessible pour certains, trop cher et pas assez festif pour d’autres…

Du Maroc au Liban, en passant par l’Egypte, les amoureux du ballon rond n’ont pas tous les moyens d’assister au tournoi dans le riche émirat du Golfe, qui débute dimanche et se refermera le 18 décembre.

« Les coûts de logement et de transport sont exorbitants », fustige Makram Abed, un supporter tunisien qui gère un groupe sur Facebook réunissant 40 000 fans des Aigles de Carthage, l’une des quatre équipes arabes qualifiées, avec l’Arabie saoudite, le Maroc et le Qatar.

Les Coupes du monde ont certes toujours été destinées à un public relativement aisé, différent de celui des rencontres de clubs, rappelle l’historien spécialiste du football, Paul Dietschy. Mais le Qatar ayant misé sur un tourisme de luxe, le Mondial-2022 « renforce ce caractère particulier », ajoute-t-il.

Même en Arabie saoudite, première économie de la région, les prix au Qatar font grincer des dents. « Il faut prendre un prêt pour assister aux trois matchs des Verts », ironise Mohannad, un étudiant saoudien de 25 ans qui ne donne pas son nom.

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, arrive à une réunion avec le président brésilien, Jair Bolsonaro, et celui de la Fédération brésilienne de football, Rogerio Caboclo, à Brasilia, le 10 avril 2019. (Crédit : EVARISTO SA / AFP)

Selon la Fifa, la plus grande part des près de trois millions de billets vendus ont été achetés par les résidents du pays hôte.

Deux autres pays arabes figurent parmi les dix principaux acheteurs : l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, où la tradition du football est pourtant plus récente qu’ailleurs dans le monde arabe.

La pratique du ballon rond s’est développée dans la péninsule arabique dans les années 1970, bien plus tard qu’au Levant ou au Maghreb sous influence britannique ou française.

En Egypte, les premiers clubs ont vu le jour au lendemain de la Première Guerre mondiale et la popularité des deux géants cairotes, Zamalek et Al-Ahly, dépassent largement les frontières nationales.

Dans cette nation passionnée de football, des fans assurent qu’ils iront à Doha même si leur équipe ne s’est pas qualifiée.

« Les vols pour le Qatar coûtent deux fois moins cher » que pour la Russie, pays hôte en 2018, se réjouit l’Egyptien Amr Mamdouh, qui compte en profiter pour visiter d’autres pays du Golfe.

Les centaines de vols navettes mis en place entre le Qatar et ses voisins durant le tournoi sont une aubaine pour de nombreux supporters arabes, notamment pour les milliers d’entre eux installés dans les riches Etats pétroliers de la région.

Fadi Bustros, Libanais résident à Dubaï, à une heure de vol de Doha, fera l’aller-retour pour une journée, comme beaucoup de ses amis expatriés. Entre les polémiques sur les droits humains et les dates inhabituelles du tournoi, en hiver, ce fan de football s’inquiète toutefois de ne pas y trouver « une vraie atmosphère de Coupe du monde ».

Signalisation près du Centre d’exposition et de convention de Doha, à Doha, au Qatar, le 31 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Darko Bandic, Archive)

Au Maroc, les autorités ont annoncé des vols subventionnés à environ 760 euros, mais cela ne suffit pas à convaincre Yassine, un supporter de 34 ans ayant assisté au Mondial-2018.

Le Marocain avait acheté des billets pour les matchs des Lions de l’Atlas, avant d’être découragé par les règles « restrictives » du pays conservateur, où divertissements et accès à l’alcool restent limités.

« Une Coupe du monde est synonyme d’une belle ambiance, de rencontres humaines, d’insouciance, de fête, le Qatar ne répond pas à ces critères », regrette-t-il.

Pour son compatriote Wassim Riane, 38 ans, qui lui aussi avait fait le déplacement en Russie, le Qatar est « un pays sans histoire footballistique qui n’a pas une culture de célébration ».

L’historien Paul Dietschy distingue deux tendances dans la région : d’un côté, « un football populaire qui attire les foules » comme au Maroc, en Irak, en Syrie ou en Algérie, et de l’autre, des pays où ce sport est « davantage un spectacle qu’on regarde à la télévision » ainsi qu’un outil de « soft power », à l’instar du Qatar.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...