Mont du Temple : Des députés arabes vont rencontrer le roi de Jordanie
Rechercher

Mont du Temple : Des députés arabes vont rencontrer le roi de Jordanie

Les membres de la Liste arabe unie doivent se rendre en Turquie ; Ahmad Tibi : « un changement de status quo » est à l'ordre du jour

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Un Palestinien allongé sur une ruelle menant au mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem après des échauffourées avec la police anti-émeute israélienne le 14 septembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)
Un Palestinien allongé sur une ruelle menant au mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem après des échauffourées avec la police anti-émeute israélienne le 14 septembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)

Une délégation de cinq membres arabes de la Knesset doit partir pour Amman, dimanche pour une rencontre avec le roi Abdallah II afin de discuter de la récente escalade de la violence sur le mont du Temple à Jérusalem.

Le groupe, de la Liste arabe unie, se rendra ensuite de Jordanie en Turquie pour s’entretenir avec le président Recep Tayyip Erdogan, selon des rapports, mais selon un porte-parole du parti, cette rencontre n’est pas confirmée.

Erdogan et Abdallah ont accusé Israël ces derniers jours d’être responsable des affrontements.

Le président du parti, le député Ahmad Tibi, a déclaré à Kol Israël dans une interview que le but de ces réunions était de discuter du « changement du status quo » au mont du Temple, qui abrite le complexe de la mosquée Al-Aqsa.

Ce voyage a lieu après presque une semaine de violence quotidienne sur le mont du Temple, autour de Jérusalem et en Cisjordanie.

L’agitation sur le mont a commencé dimanche dernier, à la veille de Rosh Hashana, après que la police, suite à des informations du service de sécurité du Shin Bet, est intervenue sur le complexe et a trouvé des bombes artisanales et d’autres armes improvisées, apparemment préparées pour une émeute visant à perturber les visites de Juifs sur le site.

Jusqu’à présent, la police a utilisé des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes, des canons à eau et d’autres mesures non létales pour réprimer des émeutes à Jérusalem, dans lesquelles les Palestiniens lancent des pierres sur les forces israéliennes, des piétons ou des voitures.

Samedi, le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi a exhorté Israël à prendre rapidement des mesures pour calmer les tensions autour du mont du Temple.

Le site est le plus sacré du judaïsme, qui le vénère comme le site des temples bibliques, et est le troisième site le plus saint de l’islam.

En vertu de règlements de longue date mis en place par Israël quand il a conquis la Vieille Ville de Jérusalem des mains de la Jordanie dans la guerre des Six Jours en 1967, les Juifs sont autorisés à le visiter, mais ne peuvent y prier pour éviter les tensions.

L’ONU, les États-Unis et l’UE – et un certain nombre de pays arabes dont l’Arabie saoudite et le Maroc – ont appelé à la retenue des deux côtés suite aux derniers affrontements, tandis que la Jordanie, gardienne des lieux saints musulmans à Jérusalem en vertu de son traité de paix de 1994 en Israël, a averti que les relations bilatérales sont en jeu.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...