Rechercher

Montpellier : la préfecture demande la fermeture de deux écoles coraniques

La préfecture de l'Hérault a annoncé la fermeture de "deux écoles de type coranique" accusées de dispenser sans autorisation des cours de religion à des dizaines d'enfants

La place de la Comédie, place principale de Montpellier. (Christophe.Finot / CC BY-SA 2.5)
La place de la Comédie, place principale de Montpellier. (Christophe.Finot / CC BY-SA 2.5)

La préfecture de l’Hérault a annoncé mercredi la fermeture prochaine à Montpellier de « deux écoles de type coranique » accusées de dispenser sans autorisation des cours d’apprentissage religieux à des dizaines d’enfants, une décision que s’apprête à valider la ville, selon la mairie.

Sur ordre du préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh, des « contrôles administratifs inopinés » ont été effectués mercredi dans deux établissements religieux dans le quartier de Tournezy, dans le sud de la ville a expliqué la préfecture dans un communiqué.

« Ces opérations de contrôle (…) ont permis de découvrir l’existence illégale de deux écoles de type coranique dispensant essentiellement des cours d’apprentissage religieux », a-t-elle expliqué.

Il s’agit d’un « institut » qui « hébergeait des salles de classe accueillant plus de 90 enfants mineurs âgés de 6 à 15 ans », et du « centre », où « une soixantaine d’enfants, dont les plus jeunes pouvaient avoir 3 ou 4 ans, étaient regroupés dans un accueil collectif de mineurs non autorisé », selon le communiqué.

« Une salle de prière recevant du public sans autorisation a également été découverte » dans ce second établissement, a ajouté la préfecture.

Le préfet de l’Hérault « prendra un arrêté de fermeture de l’accueil collectif illégal de mineurs et il a demandé au maire de Montpellier, conformément à son pouvoir de police, la fermeture immédiate des deux établissements ».

« Nous allons bien sûr signer l’arrêté que le préfet nous demande puisqu’il estime que ces établissements ne remplissent pas les normes des établissements recevant du public (ERP) », a dit à l’AFP en début de soirée une source proche du maire socialiste de Montpellier, Michaël Delafosse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...