Rechercher

Mort de Ivan Reitman, réalisateur de la comédie « SOS Fantômes »

Fils d'immigrants juifs d'Europe de l'Est au Canada, Reitman était connu pour ses grandes comédies paillardes qui captaient l'esprit de leur époque

Le réalisateur Ivan Reitman accepte le Lifetime Achievement Award lors de la remise des Big Screen Achievement Awards au CinemaCon 2014, le 27 mars 2014 à Las Vegas. Reitman, le cinéaste et producteur influent derrière des comédies bien-aimées, de "Animal House" à "Ghostbusters", est décédé. (Crédit : Chris Pizzello/Invision/AP, Dossier)
Le réalisateur Ivan Reitman accepte le Lifetime Achievement Award lors de la remise des Big Screen Achievement Awards au CinemaCon 2014, le 27 mars 2014 à Las Vegas. Reitman, le cinéaste et producteur influent derrière des comédies bien-aimées, de "Animal House" à "Ghostbusters", est décédé. (Crédit : Chris Pizzello/Invision/AP, Dossier)

Le cinéaste canadien Ivan Reitman, à qui l’on doit « SOS Fantômes » et autres grandes comédies à succès, est mort à l’âge de 75 ans, a annoncé lundi son entourage.

« J’ai perdu mon héros », a écrit sur les réseaux sociaux son fils Jason Reitman, lui-même réalisateur (« Thank you for smoking », « Juno », « SOS Fantômes: L’Héritage »).

« A Hollywood, il était plus grand que nature. C’était un roi de la comédie », lui a rendu hommage sur Twitter Arnold Schwarzenegger, qu’il avait fait tourner dans « Jumeaux » et « Un flic à la maternelle ».

« Un grand talent et un homme d’une grande finesse; il nous manquera beaucoup », a déclaré de son côté Tom Rothman, le patron du studio Sony Pictures, via Twitter.

Ivan Reitman avait plus de 50 ans de carrière et s’était fait connaître aux Etats-Unis en produisant en 1978 « American College », comédie culte sur les étudiants américains et leurs fraternités à la vie souvent très agitée.

Mais c’est en tant que réalisateur que le Canadien avait accédé à une notoriété mondiale, avec « SOS Fantômes » (« Ghostbusters ») en 1984, demeuré, avec sa bande originale devenue un tube, une référence pour plusieurs générations.

A la recherche des spectres et autres ectoplasmes facétieux, les quatre personnages en combinaison sillonnaient New York pour sauver la ville des esprits malveillants – un scénario qui sera repris et détourné jusqu’à l’épuisement.

Le film offrait aussi à Bill Murray le premier d’une longue série de grands rôles.

« Je suis très attristé par la disparition d’Ivan Reitman, un grand cinéaste avec lequel j’ai eu l’honneur et le privilège de travailler », a tweeté l’acteur Ernie Hudson, qui jouait dans « SOS Fantômes » en 1984 et sa suite de 1989.

Il avait également fait une apparition clin d’œil dans le remake de 2016, où toute l’équipe de chasseurs de fantômes était cette fois-ci incarnée par des femmes.

« Je suis en complet état de choc », a réagi sur Twitter Paul Feig, le réalisateur de ce remake éponyme.

« J’ai eu l’honneur de travailler étroitement avec Ivan et c’était toujours une expérience tellement enrichissante. Il a réalisé certaines de mes comédies préférées. Nous qui faisons des comédies lui devons tellement », a-t-il poursuivi.

« Ivan Reitman était de la vieille école dans le bon sens du terme (…) C’est triste qu’il soit parti, ça me donne un coup de vieux et j’ai l’impression que les films de mon enfance sont plus lointains que jamais », a écrit l’une des actrices du film, Mindy Kaling.

Ivan Reitman, à droite, avec son fils Jason, à gauche, après avoir été intronisé sur l’Allée des célébrités canadiennes à Toronto, le 9 juin 2007. (Crédit : Frank Gunn/The Canadian Press via AP, Archive)

« Le paradis »

Après « SOS Fantômes », Ivan Reitman avait remporté de nouveaux grands succès en parvenant habilement à faire dévier Arnold Schwarzenegger de ses rôles suintant la testostérone pour pratiquer l’auto-dérision et incarner des personnages comiques.

Ce fut le cas à trois reprises avec « Jumeaux » (1988), « Un flic à la maternelle » (1990) et « Junior » (1994), des tournages qui ont « été le paradis pour moi », se souvient l’acteur.

« Ivan avait une certaine façon de faire partie de votre histoire et il a certainement écrit une part de la mienne. Je lui serai toujours reconnaissant d’avoir donné une chance à cet acteur de films d’action autrichien à une période où les studios voulaient que je me contente de trouver de nouveaux moyens de tuer les méchants, de faire exploser des trucs et de montrer mes muscles », écrit Arnold Schwarzenegger, avec quelques photos de lui en compagnie d’Ivan Reitman.

« C’est pour ça qu’Ivan était un grand réalisateur et un ami: il pouvait voir en vous quelque chose que ne voyaient pas les autres, et il vous aidait à le montrer au reste du monde », ajoute-t-il.

Après avoir réalisé « Sex Friends » (2011) avec Natalie Portman puis « Le Pari » (2014) avec Kevin Costner et Jennifer Garner (un échec commercial), Ivan Reitman travaillait à une suite du film « Jumeaux », intitulée « Triplés » et réunissant Schwarzenegger et Danny DeVito. Le tournage devait débuter cette année.

Né en dans l’actuelle Slovaquie en octobre 1946 de parents juifs ayant survécu aux Nazis et à la déportation – sa mère a survécu à Auschwitz et son père était un combattant de la résistance souterraine – il avait émigré à l’âge de quatre ans pour fuir le régime communiste et sa famille s’était établie au Canada.

Outre son fils Jason, Ivan Reitman avait deux filles, Caroline et Catherine, cette dernière étant elle-même actrice et productrice, connue notamment pour la série « Workin’ Moms ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...