Rechercher

Mort de Jim Fleischer, directeur-général de la fraternité juive AEPi, à 52 ans

"Jusqu'à son dernier souffle, hier, Jim a démontré son amour pour les deux choses qu'il aimait par dessus tout : sa famille et l'AEPi", a déclaré le groupe universitaire

Jim Fleischer. (Crédit : AEPi via JTA)
Jim Fleischer. (Crédit : AEPi via JTA)

Cleveland Jewish News via JTA — Jim Fleischer, né à Canton, dans l’Ohio, qui était directeur-général de l’historique fraternité juive Alpha Epsilon Pi depuis le mois de juin 2018, a succombé samedi des suites d’un cancer. Il était âgé de 52 ans.

Dans un communiqué publié sur son site internet, l’AEPi a fait savoir que « Jim a mené une bataille courageuse contre le cancer au cours des trois dernières années, mais le combat a été perdu et il s’est éteint, entouré de sa famille et de ses frères de la fraternité ».

Fleischer a obtenu son diplôme – une licence en sociologie – à la Kent State University en 1993 et été consultant pour une branche de l’AEPi après ses études avant de devenir collecteur de fonds pour l’UJA-Federation of New York.

Il a possédé sa propre imprimerie à Long Island pendant presque 18 ans, une période pendant laquelle il est resté conseiller-bénévole et gouverneur régional de l’AEPi. Il a été élu au conseil d’administration de la fraternité en 2006.

En 2013, Fleischer a rejoint la direction de l’AEPi en devenant vice-directeur-exécutif et chef des opérations de la fraternité. En 2019, il a reçu l’ordre du Lion, la distinction la plus prestigieuse de la fraternité, pour son dévouement exemplaire et ses services.

« Jusqu’à son dernier souffle, Jim a démontré son amour pour les deux choses qu’il aimait par dessus tout : sa famille et l’AEPi », a déclaré le groupe universitaire.

« L’amour porté par Jim à l’AEPi était sans égal. Ceux d’entre nous qui le connaissions bien savions qu’il n’y avait rien qui lui donnait plus d’énergie qu’une opportunité de rencontrer des frères étudiants de l’AEPi, de les aider et d’aider leurs branches. Son engagement en faveur de la mission de l’AEPi, de nos communautés juives et d’Israël expliquent toute cette vie consacrée à notre fraternité. Nous espérons tous que la vie de Jim deviendra pour nous source d’inspiration pour améliorer encore notre fraternité et nos communautés. »

Les membres de la branche de l’AEPi à la Washington University de St. Louis. (Autorisation)

Fondée en 1913, l’AEPi est présente sur environ 180 campus du monde entier, et également en Israël.

Entre 9 000 et 10 000 étudiants en premier cycle sont actifs, chaque année, au sein de la fraternité – avec une majorité de Juifs, mais pas seulement. Elle compte plus de 100 000 anciens membres.

Fleischer a été décrit pas ses collègues comme un responsable qui a accumulé les réussites et qui était passionné par les causes juives et par l’État d’Israël.

« Son enthousiasme et son énergie étaient contagieux, et il avait la communauté juive dans les tripes – c’était ce genre de personnalité », a commenté Ronald Klein, membre du conseil d’administration de la fondation de l’AEPi, auprès de l’édition de Cleveland du Jewish News. « On pouvait même le deviner sur les photos, c’était un homme très chaleureux et je pense que c’est cela qui explique ses réussites dans ses différents rôles à l’AEPi ou dans d’autres choses réalisées dans sa vie. »

« J’avais le sentiment qu’il connaissait parfaitement la communauté juive et l’importance de l’AEPi, c’était un passionné », a poursuivi Klein. « Cela fait maintenant un certain nombre d’années que l’AEPi est une fraternité majoritairement juive… Il y a beaucoup de responsabilités à prendre pour que l’AEPi reste ainsi, contrairement à certaines autres fraternités qui ont davantage pratiqué l’assimilation, et il faisait partie de ces gens qui avaient ressenti l’importance de conserver la nature juive de l’AEPi pour aider au développement des prochains leaders de la communauté juive – avec la passion pour Israël, la passion pour les valeurs juives – et il a pris sur lui pour continuer à avancer dans cette direction. »

Fleischer laisse derrière lui son épouse, Alison Braun Fleischer, avec laquelle il était marié depuis 26 ans ; leurs fils, Ethan et Spencer ; leur fille, Madison « Madi » ; son père, Frank Fleischer, de Canton ; son frère, Richard « Rick » de South Euclid ; des nièces et des neveux.

Un office à sa mémoire a eu lieu mardi à la Congrégation Beth El Zedeck d’Indianapolis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...