« Moses », une méthode israélienne pour soigner les calculs qui « change la donne »
Rechercher

« Moses », une méthode israélienne pour soigner les calculs qui « change la donne »

La société israélienne Lumenis a mis au point une technologie qui permet de fragmenter et d'évacuer les calculs urinaires plus rapidement et plus efficacement

"Moses", une nouvelle méthode israélienne mise au point par la société israélienne Lumenis, permet de fragmenter et d'évacuer les calculs urinaires plus rapidement et plus efficacement pour soigner les calculs. (Crédit : YouTube)
"Moses", une nouvelle méthode israélienne mise au point par la société israélienne Lumenis, permet de fragmenter et d'évacuer les calculs urinaires plus rapidement et plus efficacement pour soigner les calculs. (Crédit : YouTube)

Ceux qui ont déjà souffert de calculs rénaux connaissent l’insoutenable douleur de la cristallisation des minéraux dans l’urine concentrée, qui empêche la miction.

Parfois, les calculs biliaires qui se forment dans la partie supérieure de l’appareil urinaire, et les calculs rénaux, s’évacuent simplement dans l’urine. Parfois, des techniques non-chirurgicales qui utilisent des ondes de choc à intensité élevée permettent de fragmenter les calculs en particules suffisamment fines pour passer dans l’urine. Ce traitement n’est pas efficace sur tous les calculs : ils peuvent être trop gros ou situés dans un endroit problématique, et la chirurgie s’impose alors.

L’une des méthodes chirurgicales les plus utilisées aujourd’hui consiste en un traitement laser très peu invasif appelé lithotripsie au laser Holmium. Les médecins se servent d’un faisceau laser et d’un erétroscope pour fragmenter le calcul en petites particules et l’évacuer.

Lumenis, le plus grand fabricant d’appareils médicaux d’Israël, a développé il y a 30 ans le premier laser Holimum capable d’éliminer les calculs urinaires, qu’ils soient situés dans les reins, dans la vessie ou quelque part entre les deux. Désormais, la société a mis au point une nouvelle technologie appelée Moses, qui serait encore plus efficace.

« Le traitement des calculs urinaires est l’un des domaines qui a vu le plus de changement technologiques au cours de 30 dernières années », a déclaré le professeur Mordechai Duvdevani, vice-président du département d’urologie et chef du département d’endo-urologie au centre médical universitaire de Hadassah, affilié à l’université Hébraïque de Jérusalem, qui a déjà commencé à utiliser cette technologie.

« Avec le traitement des calculs et l’endo-urologie, nous pensions avoir atteint le paroxysme de l’innovation; mais Lumenis a développé la technologie Moses. Après deux jours d’utilisation à Hadassah, j’ai annoncé à l’hôpital que nous devions nous procurer ce système. Il change la donne. »

Duvdevani n’est pas associé à la société, mais a dit avoir collaboré avec elle pour voir jusqu’où la technologie pouvait aller.

La nouvelle méthode porte bien son nom. Dans la Bible, Moïse (Moses) a reçu l’ordre par le Seigneur de prendre son bâton et de frapper un rocher, qui a ensuite produit de l’eau destinée à étancher la soif des Israélites qu’il dirigeait dans le désert.

Lancée il y a un an, cette technologie veut aider les urologues à réaliser des procédures d’endo-urologie. La technique emploie des petites caméras internes pour retirer les calculs plus rapidement et plus efficacement. Une étude publiée par l’Université McGill au Canada a montré que cette technologie permet de réduire de 20 % le temps de procédure, ce qui signifie que le patient sera anesthésié moins longtemps et que le praticien opérera plus vite. Autant de paramètres qui permettent de réduire le coût de la procédure.

« Les médecins qui ont recours à notre technologie affirment qu’elle permet de réduire la durée de l’opération, et chez certains patients, elle élimine la nécessité d’une seconde intervention », a déclaré Ayelet Barneah, en charge de l’unité commerciale de chirurgie chez Lumenis. L’urologie est une branche très exploitée par Lumenis. « Les médecins disent que c’est la plus grande innovation du secteur depuis que nous avons inventé le traitement par laser Holmium pour l’urologie il y a 30 ans », selon la responsable.

Ayelet Barneah, en charge de l’unité commerciale de chirurgie chez Lumenis. (Autorisation)

Cette nouvelle technologie permet de mieux contrôler chaque impulsion laser émise en deux temps. La première impulsion crée une petite bulle de vapeur autour du calcul, et la seconde est transmise via la bulle de vapeur. Elle parvient alors à aller plus loin et à délivrer de l’énergie plus efficacement, a expliqué Barneah.

« Plus l’énergie de l’impulsion est importante, plus la fragmentation du calcul sera efficace », dit-elle.

Cette importante quantité d’énergie peut toutefois parfois déplacer le calcul. Cet effet s’appelle la rétropulsion. Le chirurgien doit alors localiser à nouveau le calcul durant la procédure. Le calcul peut se nicher dans des endroits difficiles d’accès. Une seconde intervention est alors nécessaire.

Le système d’impulsion en deux temps de Moses « résout le compromis entre une fragmentation efficace du calcul et le phénomène de rétropulsion », a déclaré Barneah. « Avec Moses, c’est comme si le calcul était en fait attiré comme un aimant vers le laser. Le temps de procédure est écourté car la rétropulsion est réduite, ce qui évite la migration du calcul. »

Moïse frappe le rocher – Pieter de Grebber, 1630 (Domaine public)

La technologie, qui a déjà été brevetée aux États-Unis, et qui le sera bientôt en Europe, est actuellement vendue dans le monde entier. « Des institutions importantes et influentes souhaitent l’utiliser », a déclaré Barneah.

« Par exemple, lors du dernier congrès d’endo-urologie qui a eu lieu à Paris du 20 au 24 septembre, l’Université du Michigan, le Centre médical de l’Université de Duke et l’école de médecine de l’Université de l’Indiana ont montré les avantages de cette technologie en termes de fragmentation et d’efficacité. »

En Israël, les centres médicaux de Hadassah à Jérusalem, de Rambam à Haïfa et d’Asaf HaRofeh près de Tel Aviv, ont adopté cette technologie, et trois ou quatre autres centres envisagent de l’acquérir, a-t-elle dit.

Vers d’autres usages

« Nous ne faisons que commencer », a-t-elle ajouté. « Nous avons déjà des preuves cliniques importantes des avantages procurés par Moses sur le traitement des calculs, et nous nous penchons désormais sur son efficacité pour le traitement de la prostate hypertrophiée ».

Des essais cliniques sont en cours aux États-Unis. La société souhaite par ailleurs déterminer les avantages de ce système dans le traitement du carcinome urothélial et d’autres tumeurs de l’appareil urinaire.

Fondée en 1973, Lumenis un fabricant d’appareil médicaux peu invasifs, s’est démarqué sur le marché de l’esthétique – l’épilation ou les traitements de la peau, notamment – ainsi que sur les traitements des pathologies ophtalmologiques et dans la chirurgie, notamment en urologie.

En 2015, la société a été rachetée par le groupe XIO pour 510 millions de dollars. En mai, le site financier Calcalist a annoncé que la société financière privée CVC Capital Partners négociait pour racheter Lumenis à XIO pour 800 ou 900 millions de dollars, selon des sources proches de l’entreprise.

Barneah a refusé de commenter un éventuel rachat de la société.

Lumenis emploie 400 personnes en Israël et 1 400 personnes dans le reste du monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...