Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

« Murmuré depuis Gaza » : 25 interviews animées sur la vie sous la coupe du Hamas

Le Center for Peace Communications américain s'est entretenu avec des résidents de la bande de Gaza, gouvernée par le Hamas

Image de la série "Whispered in Gaza" (Murmuré depuis Gaza), une série d'interviews avec des Gazaouis qui sont présentées sous forme de dessins animés. (Autorisation)
Image de la série "Whispered in Gaza" (Murmuré depuis Gaza), une série d'interviews avec des Gazaouis qui sont présentées sous forme de dessins animés. (Autorisation)

« Je veux que la bande de Gaza soit libérée du gouvernement du Hamas », déclare « Maryam », qui a toujours vécu au sein de l’enclave côtière dirigée depuis 2007 par le Hamas. « A ce moment-là, Gaza se développera. Nous aurons des touristes, des salles de spectacle ».

Maryam raconte son histoire – L’enfance d’une petite fille passionnée par le chant et par la danse jusqu’à ce que le Hamas arrive au pouvoir – dans un clip court et présenté sous forme de dessin animé. Ce témoignage entre dans le cadre de la série « Whispered in Gaza » [« Murmuré à Gaza »] qui regroupe 25 vidéos qui ont été produites par une organisation à but non-lucratif de New York, le Center for Peace Communications (CPC).

La série est présentée en trois parties, en anglais et en français, par le Times of Israel et en partenariat avec le CPC. Une édition arabe est présentée sur alarabiya.net, une édition perse est disponible via le journal Kayhan, une présentation en espagnol est à découvrir sur Infobae, et une présentation en portugais est mise à disposition sur RecordTV.

Tous ces entretiens ont été réalisés pendant l’année 2022.

Ces témoins palestiniens, qui vivent tous actuellement à Gaza, évoquent des arrestations arbitraires, des extorsions et des violences de la part des autorités du Hamas. Certains expriment la nostalgie de l’époque qui avait précédé le coup d’État mené par le Hamas, en 2007, contre l’Autorité palestinienne (AP), quand ils étaient plus libres de parler et de vivre la vie qu’ils voulaient vivre (L’AP avait conservé une autorité partielle au sein de l’enclave côtière suite aux Accords d’Oslo, en 1994. Israël avait gardé, de son côté, le contrôle général de la la bande jusqu’en 2005, année où le pays avait démantelé les 21 implantations qui se trouvaient sur le territoire de Gaza, évacuant 8 000 résidents juifs israéliens et se retirant de manière unilatérale aux frontières pré-1967).

Selon le président du CPC, Joseph Braude, la série « est un défi lancé à tous ceux qui justifient la violence du Hamas, un défi qui leur demande de choisir entre le soutien au Hamas et le soutien aux Palestiniens actuellement opprimés par ce dernier. En même temps, elle défie les opposants au Hamas en leur demandant de reconnaître que d’innombrables Gazaouis veulent un avenir plus brillant, plus pacifique, et elle leur demande aussi de s’interroger sur ce qui peut être fait pour les encourager ».

« Est-ce que je crois à la paix avec le Hamas ? », interroge « Basma, » une résidente de Gaza dans un autre clip, en réponse à une question. « Non. La paix est impossible avec le Hamas ».

La femme qui l’interroge, qui travaille pour le CPC, se met à rire et précise qu’elle demandait à son interlocutrice si la paix était possible avec Israël – une éventualité à laquelle « Basma » se montre plus ouverte.

Image de la série « Whispered in Gaza » (Murmuré depuis Gaza), une série d’interviews avec des Gazaouis qui sont présentées sous forme de dessins animés. (Autorisation)

« On a dit beaucoup de choses sur l’impact des politiques et des actions israéliennes sur la population civile à Gaza et on l’a fait à juste titre », observe Ghaith al-Omari, chercheur au Washington Institute for Near East Policy. « Et pourtant, la conduite du Hamas, qui gouverne de facto la bande – et qui a créé une nouvelle réalité d’oppression, d’asphyxie de la majorité de la population – retient beaucoup moins l’attention. ‘Whispered in Gaza’ est une initiative louable qui vise à offrir à des citoyens ordinaires de Gaza une tribune qui leur permet de communiquer avec un public international ».

Le CPC fait la promotion de la coopération entre les Arabes et Israël pour dynamiser le développement au Moyen-Orient, selon Dennis Ross, un éminent diplomate américain, qui préside le conseil d’administration de l’organisation.

En 2021, plus de 300 Irakiens en provenance de tout le pays s’étaient réunis lors d’une conférence organisée par le Center for Peace Communications à Erbil, une ville du nord de l’Irak. A cette occasion, les différents intervenants avaient appelé l’Irak à rejoindre les Accords d’Abraham. L’Arab Council for Regional Integration, qui est soutenu par le CPC, a tenu des conférences publiques où des intellectuels arabes ont fait la promotion des relations avec les Israéliens. Parmi les autres projets mis en œuvre par le CPC, des mesures pour protéger les activistes de la paix face à d’éventuelles représailles et des initiatives de partenariat entre l’État juif et les pays arabes.

Le CPC dit avoir trouvé des Gazaouis désireux de dire au monde quelles sont leurs souffrances sous le joug du Hamas. Un grand nombre d’entre eux s’expriment d’ores et déjà sur les réseaux sociaux, note Braude, mais ils subissent les pressions extrêmes du Hamas qui veut voir disparaître leurs publications.

Le logo de la série ‘Whispered in Gaza’, qui présente des entretiens avec des Gazaouis sous forme de dessins animés et qui a été réalisée par le Center for Peace Communications. (Autorisation)

L’un des hommes interrogés raconte qu’il a filmé les policiers du Hamas en train de frapper des femmes et un enfant atteint de trisomie 21 qui protestaient contre la coupure de l’approvisionnement en électricité dans leur maison. Quelques heures après avoir téléchargé la vidéo sur les réseaux sociaux, des milliers de Gazaouis étaient déjà entrés en contact avec lui, exprimant leur frustration. Lui-même avait fui le Hamas pendant des jours avant d’être arrêté et obligé de supprimer la séquence qu’il avait publiée.

« J’ai dorénavant compris que leurs prisons sont remplies de gens honorables », dit-il. « Tous ceux qui tentent de réfléchir par eux-mêmes terminent là-bas ».

Tous les noms ont été changés et le CPC a utilisé des technologies d’animation pour protéger l’identité des intervenants, changeant également leur voix.

Les participants ont accepté d’être interrogés parce qu’ils voulaient pouvoir transmettre leurs idées et leurs expériences à un public international, note le président du CPC, Joseph Braude, qui ajoute que « ces personnes ordinaires veulent que leur histoire soit entendue ».

Le Times of Israel a vu les séquences originales qui ont donné lieu aux dessins animés, des séquences qui confirment l’identité des intervenants et l’exactitude de la traduction des témoignages présentés. Braude déclare que « l’illustration artistique d’une histoire racontée par une voix est susceptible de transmettre l’expérience viscérale qui est vécue par un individu, une expérience qui est difficile à oublier ».

Les tentatives visant à mesurer l’opinion publique au sein de l’enclave côtière par le biais des sondages ont tendance à entraîner des résultats inconstants. En ce qui concerne Israël, une enquête d’opinion réalisée par le Washington Institute en 2022 avait révélé que la plus grande partie des Gazaouis soutenaient à la fois « une solution permanente à deux États » sur la base des lignes d’avant 1967 et « la revendication de toute la Palestine, du fleuve jusqu’à la mer ». Une partie de la difficulté réside dans le fait qu’un sondage, en 2021, réalisé par des instituts palestiniens avait découvert que 62 % des Gazaouis affirmaient qu’ils ne pouvaient pas critiquer le Hamas sans crainte (un intervenant, dans l’un des clips, fait remarquer que « si vous dites que vous ne voulez pas la guerre, vous êtes immédiatement considéré comme un traître »).

En 2019, approximativement 1 000 Gazaouis étaient descendus dans la rue pour protester contre le Hamas sous le slogan « Nous voulons vivre », bravant les tirs et la prison.

Image de la série « Whispered in Gaza » (Murmuré depuis Gaza), une série d’interviews avec des Gazaouis qui sont présentées sous forme de dessins animés. (Autorisation)

Dans ces vidéos où les intervenants évoquent leurs aspirations, leurs espoirs et leurs difficultés, il y a aussi des appels à soutenir à l’international les opposants du Hamas ainsi que des appels au dialogue avec les Israéliens.

Braude note que la série n’a pas pour objectif de promouvoir une politique particulière – mais qu’elle veut offrir aux Gazaouis une chance d’entrer dans le débat.

Jawad Anani, ancien ministre jordanien des Affaires étrangères, qui avait négocié la paix entre son pays et Israël, a vu la série avant sa diffusion. Dans un ouvrage qui a été publié lundi et qui accompagne les vidéos, il estime que ces dernières représentent une avancée vers « la paix et la prospérité à Gaza » : « Notre espoir partagé d’un tel avenir, c’est précisément la raison pour laquelle cette initiative visant à mettre en lumière la situation tragique des parents et de leurs enfants à Gaza est une initiative juste, appropriée. Elle peut aider à favoriser une nouvelle dynamique en allant au-delà de la réalité sombre actuelle, de l’impasse, en renforçant un dialogue constructif ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.