Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Nasrallah menace Israël suite au désaccord sur les tentes placées à la frontière

Le chef du Hezbollah exhorte le Liban à reprendre la ville de Ghajar, et nie que le groupe terroriste chiite libanais tente de délimiter la frontière le long de la Ligne bleue

Des enfants passant à vélo devant une affiche du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dans le village frontalier libanais de Marwaheen, le 12 juillet 2023. (Crédit : Mohammed Zaatari/AP)
Des enfants passant à vélo devant une affiche du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dans le village frontalier libanais de Marwaheen, le 12 juillet 2023. (Crédit : Mohammed Zaatari/AP)

Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé d’attaquer Israël s’il tentait d’enlever une tente installée par son groupe à la frontière non officielle avec le Liban, alors que les tensions le long de cette frontière souvent agitée se sont accrues mercredi.

Les commentaires de Nasrallah ont été diffusés quelques heures après que les troupes de Tsahal ont déjoué une tentative par un certain nombre de suspects présumés du Hezbollah d’endommager la clôture frontalière près de la ville septentrionale de Zarit, le dernier d’une série d’incidents de sécurité qui ont placé la frontière surveillée par les Nations unies sur le qui-vive.

Depuis le début du mois de juin, Israël cherche à retirer deux tentes placées par le Hezbollah dans la région contestée du mont Dov, également connue sous le nom de « Fermes de Chebaa ». L’une des tentes a été enlevée après qu’Israël a envoyé un message au Hezbollah le menaçant d’une confrontation armée s’il n’enlevait pas l’avant-poste dans les plus brefs délais. Mais Nasrallah a affirmé que l’autre tente resterait en place.

« Israël n’osera pas faire un pas sur le territoire [contre la tente], car il sait ce qui se passera », a déclaré Nasrallah, à l’occasion du 17e anniversaire de la deuxième guerre du Liban, en 2006, entre Israël et son voisin du nord. « Si la tente est touchée, nous ne resterons pas silencieux. »

« Les jeunes de la résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes] ont reçu l’ordre d’agir en cas d’attaque israélienne contre la tente », a-t-il ajouté.

La zone du mont Dov où les tentes ont été dressées, également connue sous le nom de Fermes de Chebaa, a été prise à la Syrie par Israël lors de la guerre des Six Jours, en 1967, puis officiellement annexée en même temps que le plateau du Golan et le village de Ghajar. Le gouvernement libanais affirme que la région appartient au Liban.

A LIRE : Ghajar, un village israélien situé à la frontière libanaise sort de l’oubli (absolu)

Un soldat libanais pointant une grenade propulsée par fusée en direction d’un char israélien dans les collines contestées de Kfar Chouba, le long de la frontière, au sud du Liban, le 9 juin 2023. (Crédit : AP/Mohammad Zaatari)

Alors qu’Israël et le Liban ont récemment conclu d’âpres négociations pour délimiter une frontière maritime, les ennemis n’ont jamais négocié de frontière terrestre, ce qui donne lieu à des escarmouches occasionnelles le long de la ligne de cessez-le-feu qui forme la frontière de facto.

Cette ligne, connue sous le nom de « Ligne bleue », est marquée par des barils bleus le long de la frontière et se situe à plusieurs mètres de la clôture israélienne dans certaines zones, qui est entièrement construite sur le territoire israélien.

Nasrallah a nié que le Hezbollah tentait de délimiter la frontière terrestre en plaçant les tentes, affirmant qu’elles avaient été érigées à l’intérieur du territoire libanais.

Il a également déclaré que le Liban devait prendre des mesures décisives pour reprendre Ghajar « sans aucune condition préalable ».

Il a appelé à la coopération entre le Hezbollah, l’État libanais et le peuple pour atteindre cet objectif.

Des soldats de la paix de l’ONU patrouillant du côté libanais de la frontière israélo-libanaise dans le village méridional de Wazzani, avec le village frontalier de Ghajar en arrière-plan, le 6 juillet 2023. (Crédit : AP/Mohammad Zaatari)

« La terre de Ghajar ne sera pas laissée à Israël, et certainement pas les fermes de Chebaa et Kfar Chouba », a déclaré Nasrallah.

« C’est un problème que nous devons résoudre. »

Israël a transmis à l’ONU des demandes de retrait des tentes et, en réponse, le Liban et le Hezbollah ont exigé qu’Israël se retire de Ghajar. La ville est à cheval sur la frontière officieuse, mais un mur érigé par Israël englobe tout le village du côté israélien, ce qui a suscité des plaintes de la part de Beyrouth.

Le ministre libanais des Affaires étrangères a demandé à la mission permanente du pays auprès des Nations unies de déposer une plainte à ce sujet.

Nasrallah a accusé les Nations unies de refuser de prendre des mesures à l’encontre d’Israël pour la construction de la clôture, qui, selon lui, a précédé l’installation des tentes.

Des combattants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah s’entraînant dans le village d’Aaramta, dans le district de Jezzine, au sud du Liban, le 21 mai 2023. (Crédit : Hassan Ammar/AP)

« La communauté internationale est restée silencieuse face à toutes les agressions israéliennes à la frontière, mais elle a rapidement réagi lorsque la résistance a installé une tente à la frontière », a-t-il déclaré.

La Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), qui sert de tampon entre le Liban et Israël, a déclaré mercredi qu’elle était « au courant d’informations inquiétantes concernant un incident le long de la Ligne bleue », à la suite de l’embrasement.

« La situation est extrêmement sensible. Nous demandons instamment à tout le monde de cesser toute action susceptible de conduire à une escalade de quelque nature que ce soit », a déclaré la FINUL dans un communiqué.

Les responsables de Tsahal ont qualifié de « provocations » les activités accrues du Hezbollah le long de la frontière au cours des dernières semaines.

Mercredi soir, Le chef du Directorat des Renseignements militaires de Tsahal, Aharon Haliva, a déclaré que le Hezbollah « continuait, même aujourd’hui, à créer des provocations ».

« Le Directorat des Renseignements militaires suit de près ses initiatives. »

Plus tôt dans la journée, l’armée a déclaré avoir fait exploser une grenade assourdissante le long de la frontière pour effrayer un groupe d’activistes libanais, identifiés par la suite comme des membres du Hezbollah, qui tentaient d’endommager la clôture. Quelques heures plus tard, les forces israéliennes ont tiré des coups de semonce sur un groupe de terroristes du Hezbollah qui avaient lancé des pétards et allumé des incendies près de la ville de Metula, dans le nord d’Israël.

Des membres du Hezbollah s’approchant de la frontière entre Israël et le Liban, avant que l’armée israélienne ne déclenche une explosion pour les faire fuir, le 12 juillet 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le Hezbollah considère cette barrière comme une violation de l’intégrité territoriale du Liban. Selon la Douzième chaîne, son opposition à ce projet est à l’origine du missile guidé anti-char que le groupe terroriste a tiré sur Israël jeudi dernier.

Une partie du projectile a été retrouvée en territoire israélien, tandis qu’une autre partie a atterri au Liban.

Lors d’un autre incident survenu également la semaine dernière, des dizaines de soldats libanais et quelques membres du Hezbollah ont pénétré en territoire israélien sans franchir la barrière frontalière elle-même, avant de rebrousser chemin, a rapporté la radio de l’armée.

Le mois dernier, le Hezbollah a déclaré avoir abattu un drone israélien qui survolait un village du sud du Liban.

Nasrallah a affirmé que l’inquiétude des Israéliens le long de la frontière avait été provoquée par des feux d’artifice tirés lors d’un mariage dans le sud du Liban, se vantant d’un « équilibre dissuasif » créé par le cessez-le-feu qui avait mis fin à la guerre de 2006, qui avait duré un mois.

Le groupe terroriste du Hezbollah est depuis longtemps l’adversaire le plus important de Tsahal aux frontières d’Israël, avec un arsenal estimé à près de 150 000 roquettes et missiles pouvant atteindre n’importe quel endroit en Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.