Netanyahu a offert un rôle éminent à un rabbin US de droite dans la 4e campagne
Rechercher

Netanyahu a offert un rôle éminent à un rabbin US de droite dans la 4e campagne

Aryeh Lightstone, ancien conseiller de l'ambassadeur américain en Israël, a refusé de devenir chef de la campagne électorale du Premier ministre lors du dernier scrutin

Le rabbin Aryeh Lightstone, haut-conseiller de l'ambassadeur américain en Israël, s'exprime depuis l'ambassade de Jérusalem lors d'une conférence en ligne du groupe  Christians United for Israel, le 30 avril 2020. (Capture d'écran : YouTube)
Le rabbin Aryeh Lightstone, haut-conseiller de l'ambassadeur américain en Israël, s'exprime depuis l'ambassade de Jérusalem lors d'une conférence en ligne du groupe Christians United for Israel, le 30 avril 2020. (Capture d'écran : YouTube)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait offert à Aryeh Lightstone, éminent conseiller de David Friedman, ancien ambassadeur américain en Israël sous l’autorité de l’administration de Donald Trump, un rôle de premier plan dans la récente campagne électorale, ont fait savoir des sources au Times of Israël.

Lightstone, rabbin orthodoxe qui avait rejoint Friedman en 2017 dans le cadre d’une nomination politique, avait décliné cette offre, indiquant qu’il serait malvenu de sa part de participer à une campagne dans le pays si rapidement après avoir occupé des fonctions en tant que responsable au sein de l’administration américaine.

Netanyahu avait réfléchi à nommer Lightstone chef de sa campagne et directeur de la communication avec les médias étrangers – des postes qu’il avait finalement confiés à Aaron Klein au mois de février 2021.

Klein, ancien journaliste du site d’information de droite Breitbart et auteur de livres, avait par le passé mis en doute les aptitudes à la présidence américaine de Barack Obama.

De droite à gauche, Susan Pompeo, l’ex-ambassadeur américain en Israël David Friedman, l’ex-Secrétaire d’État Mike Pompeo et le conseiller Aryeh Lightstone à l’aéroport Ben Gurion, le 20 novembre 2020. (Crédit : Département d’État/Twitter)

Lightstone a déclaré au Times of Israël que les détails fournis par les sources n’étaient « pas exacts », refusant tout autre commentaire. Le porte-parole de Netanyahu, pour sa part, a déclaré que ces informations n’étaient « pas vraies ».

D’autres sources ont confirmé que le poste avait bien été proposé à Lightstone.

En plus de servir de haut-conseiller à Friedman, Lightstone avait été nommé par Trump à la tête de l’Abraham Fund, un fonds financier de 3 milliards de dollars destiné à des investissements dans des initiatives émanant du secteur privé pour renforcer la croissance économique et la coopération au Moyen-Orient.

Sur cette photo d’archive du 15 septembre 2020 : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche ; le président américain Donald Trump ; le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn Abdullatif al-Zayani ; et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed al-Nahyan, posent sur le balcon de la Blue Room pour une photo, à la suite de la signature des accords d’Abraham lors d’une cérémonie sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington. (Crédit : AP Photo / Alex Brandon, File)

Le 20 janvier – date de l’entrée à la Maison-Blanche du président américain Joe Biden – Lightstone avait démissionné de sa fonction officielle et décidé qu’il resterait au sein de l’État juif jusqu’à la fin de l’année scolaire.

L’avenir de l’Abraham Fund reste indéterminé. Selon des dizaines de personnes, si le fonds a connu un lancement rapide – quoique flou – ce lancement s’est essoufflé avec l’arrivée de l’administration Biden.

Selon des responsables de l’administration, Lightstone a joué un rôle déterminant dans les négociations des Accords d’Abraham qui ont permis l’établissement de liens diplomatiques entre Israël, les Émirats arabes Unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc. Son travail était toutefois largement resté en coulisses jusqu’aux derniers jours de l’administration Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...