Netanyahu a provoqué l’accord nucléaire iranien, selon l’ex chef du Mossad
Rechercher

Netanyahu a provoqué l’accord nucléaire iranien, selon l’ex chef du Mossad

Dans sa dernière interview, Meir Dagan s’en est pris au Premier ministre, l'accusant de se faire un ennemi du plus proche allié d'Israël, les Etats-Unis

Meri Dagan a parlé avec Ilana Dayan de la Deuxième chaîne dans une interview diffusée près de deux mois après sa mort, le 5 mai 2016. (Crédit : capture d'écran/Deuxième chaîne)
Meri Dagan a parlé avec Ilana Dayan de la Deuxième chaîne dans une interview diffusée près de deux mois après sa mort, le 5 mai 2016. (Crédit : capture d'écran/Deuxième chaîne)

L’homme qui a conduit directement à la signature de l’accord nucléaire, l’an dernier, entre l’Iran et six puissances mondiales, n’était nul autre que le propre Premier ministre d’Israël – et opposant véhément de l’accord – Benjamin Netanyahu, a déclaré l’ancien chef du Mossad, Meir Dagan, dans une interview diffusée jeudi, près de deux mois après sa mort.

Ce grand final, qui englobe tous les entretiens réalisés avec les médias, diffusé sur la Deuxième chaîne jeudi, Dagan a mis en pièce Netanyahu pour sa résistance franche à l’accord avec l’Iran, l’accusant de se faire un ennemi du plus proche allié d’Israël, les Etats-Unis, et de poursuivre des intérêts politiques personnels quand il a à plusieurs reprises et publiquement signalé qu’Israël projetait d’attaquer l’Iran pour l’empêcher d’acquérir une arme nucléaire.

« La personne qui a provoqué l’accord du [nucléaire iranien] était Bibi [Benjamin] Netanyahu, » a déclaré Dagan à la journaliste israélienne connue, Ilana Dayan.

Lorsqu’Ilana Dayan a contesté ses propos, soulignant que Netanyahu avait lutté contre l’accord, même au prix de liens nuisibles avec Washington, Dagan a paru agité, disant à plusieurs reprises : « Ce n’est pas vrai, ce n’est tout simplement pas vrai ».

« Netanyahu, à un certain moment, a commencé à crier qu’il allait attaquer l’Iran. Lui et le ministre de la Défense [Ehud Barak] ont déclaré que le seul moyen d’empêcher l’Iran d’obtenir la bombe était une attaque et ils ont parlé des capacités [israéliennes] et de la préparation de Tsahal et [essentiellement] signalé au monde entier que c’était ce qu’Israël allait faire », a déclaré Dagan, se référant à une série de rapports en 2010, établissant qu’Israël était prêt à utiliser l’option militaire pour empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu le ministre de la Défense d'alors, Ehud Barak, assistent à une conférence de presse au bureau du Premier ministre, le 21 novembre 2012 (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu le ministre de la Défense d’alors, Ehud Barak, assistent à une conférence de presse au bureau du Premier ministre, le 21 novembre 2012 (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

« En conséquence, les Américains ont évalué la situation…. Leur conclusion était que cette guerre était mauvaise pour les intérêts américains. Voilà pourquoi ils ont cherché une alternative, un accord. Ils ont dit : « Nous préférons un mauvais accord qu’une guerre », a ajouté Dagan.

« Et donc, la personne qui a contribué à accélérer un accord nucléaire – avec tous ses cris et son opposition – est le Premier ministre », a-t-il affirmé.

Menacer d’attaquer l’Iran et s’exprimer au sujet de l’accord nucléaire « a servi ses intérêts politiques », a attaqué Dagan.

Dagan, ancien chef d’état-major de Tsahal, a dirigé la célèbre agence d’espionnage israélienne pendant huit ans. Pendant ce temps, il a dit qu’il ne faisait pas confiance à Netanyahu sur la question nucléaire iranienne, un sentiment qu’il a dit qu’il partageait avec les Américains.

« Sur cette question d’attaque de l’Iran, je ne lui faisais et je ne lui fais toujours pas confiance. Je vois sa conduite. Au lieu de combattre l’Iran, il combat les États-Unis. Au lieu qu’Israël travaille avec son allié le plus proche, il s’en est fait un ennemi. Est-ce que cela vous semble logique ? » a-t-il demandé à Ilana Dayan.

Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, près d'une batterie Dôme de fer près d'Ashkelon avec son homologue israélien Ehud Barak le 1er août 2012 (Crédit : Tsafrir Abayov / Flash90)
Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, près d’une batterie Dôme de fer près d’Ashkelon avec son homologue israélien Ehud Barak le 1er août 2012 (Crédit : Tsafrir Abayov / Flash90)

L’ancien chef de la CIA, Leon Panetta, qui a également été interrogé dans le programme, a dit à Dayan qu’il avait eu des conversations avec Dagan, « dans lesquelles il a indiqué leurs frustrations [à Netanyahu et Barak] à aller de l’avant ».

« Je pense qu’il était inquiet que les décisions avaient été prises pour des raisons politiques et je pense que cela le troublait », a déclaré Panetta, ajoutant que Dagan était devenu « très préoccupé à l’idée que quelqu’un appuie sur le mauvais bouton ».

Panetta a dit à Dayan que les Américains étaient opposés à une attaque contre l’Iran et l’a dit très clairement à Netanyahu et Barak.

Dagan a déclaré dans l’interview qu’il avait, avec le Shin Bet et l’armée, présenté à Netanyahu et Barak suffisamment d’arguments contre une attaque sur l’Iran.

Dans une interview avec Yedioth Ahronoth, publiée le mois dernier, Dagan avait qualifié Netanyahu de « pire manager que je connaisse ».

v
Montage de CCTV diffusé par la police de Dubai au sujet de l’assassinat présumé de Mabhouh. (Crédit : capture d’écran via YouTube)

Dans le programme la Deuxième chaîne, jeudi, l’ancien chef du Mossad a également répondu à des questions sur d’autres incidents qui ont fait la Une au cours de son mandat, y compris l’assassinat du chef du Hamas Mahmoud al-Mabhouh à Dubaï en 2010, et le suicide, la même année, du prétendu agent du Mossad et Australien, Ben Zygier, alors qu’il était en détention en Israël.

« Si une personne décide de prendre sa propre vie, personne ne peut l’en empêcher », a déclaré Dagan au sujet de Zygier, qui s’est pendu dans une prison de sécurité maximale tout en étant enfermé pour faute présumée.

Ben Zygier dans son uniforme de Tsahal (Crédit : capture d'écran YouTube)
Ben Zygier dans son uniforme de Tsahal (Crédit : capture d’écran YouTube)

« C’est une tragédie », a ajouté Dagan, précisant que tout le monde n’avait pas la personnalité nécessaire pour l’espionnage.

Dagan avait adopté un ton de défi sur l’affaire Mabhouh, qui a pris fin quand des images de la sécurité d’une équipe de présumés agents du Mossad impliqués dans le coup ont été remises par les autorités de Dubaï aux médias internationaux.

« En dépit des apparences, le dommage était nul », a répondu Dagan à la question de Dayan de savoir si les retombées avaient donné lieu à des arrestations d’agents du Mossad.

Dagan a servi pendant 32 ans dans l’armée israélienne, et compte à son actif la gestion de certaines des missions les plus audacieuses de l’armée israélienne pendant la guerre des Six Jours, la Guerre du Kippour et la Première Guerre du Liban.

Dans ses dernières années, Dagan s’est installé parmi les critiques les plus véhéments de l’approche agressive de Netanyahu sur les questions iraniennes et palestiniennes.

Il a effectué une sortie devenue célèbre, lorsqu’il a qualifié de « conneries » un discours de Netanyahu affirmant la capacité d’Israël d’attaquer l’Iran et a averti que les politiques du Premier ministre sur les Palestiniens risquaient de transformer Israël en un Etat d’apartheid.

Dagan est mort en mars après une longue bataille contre le cancer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...