Netanyahu a rejeté des propositions américaines portant atteinte à « nos droits fondamentaux »
Rechercher

Netanyahu a rejeté des propositions américaines portant atteinte à « nos droits fondamentaux »

Netanyahu a fait remarquer que le conflit israélo-palestinien n’est pas "une dispute territoriale" mais plutôt une tentative de la part des Palestiniens de "détruire un pays"

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le président Donald Trump et le Premier ministre  Benjamin Netanyahu à l'aéroport Ben Gurion, à la fin de la visite de Trump en Israël, le 23 mai 2017. (Crédit : Koby Gideon/GPO)
Le président Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'aéroport Ben Gurion, à la fin de la visite de Trump en Israël, le 23 mai 2017. (Crédit : Koby Gideon/GPO)

Benjamin Netanyahu a déclaré mardi aux députés de la Knesset qu’il avait rejeté des propositions soumises par l’administration Trump qui « violent nos droits fondamentaux », indiquant que la nouvelle administration américaine se cantonne à de vieilles formules de paix.

Lors d’un évènement à la Knesset en l’honneur du cinquantième anniversaire de la prise de la Cisjordanie et de la vallée du Jourdain pendant la Guerre des Six Jours, Netanyahu a fait remarquer que le conflit israélo-palestinien n’est pas « une dispute territoriale » mais plutôt une tentative de la part des Palestiniens de « détruire un pays ».

Le Premier ministre a déclaré que « 50 ans de propagande » livrée à la communauté internationale sur les origines du conflit ne pourront pas être facilement démenties.

« Nous avons fait des progrès, mais il y a encore un long chemin à parcourir », a-t-il dit, pour qu’Israël puisse changer le narratif des Palestiniens.

« C’est pourquoi, même lorsque nous avons vécu des changements difficiles, et nous les avons traversés ensemble, nous sommes toujours confrontés au même problème, même quand les gouvernements changent, même quand une nouvelle administration arrive. Je ne préciserai pas quelles idées ont été soumises. Ceux qui doivent le savoir savent. Et nous n’avons rien accepté qui aurait porté atteinte à nos droits fondamentaux et à des questions essentielles. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...