Netanyahu accueille le chef des services secrets égyptiens
Rechercher

Netanyahu accueille le chef des services secrets égyptiens

Ces rencontres interviennent alors que le ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi était accueilli par son homologue égyptien; Abbas accepte des discussions avec le Hamas

Le Premier ministre ministre Benjamin Netanyahu accueille le chef du renseignement égyptien Abbas Kamel à sa résidence officielle à Jérusalem, le 30 mai 2021 (Crédit : Amos Ben-Gershom / GPO)
Le Premier ministre ministre Benjamin Netanyahu accueille le chef du renseignement égyptien Abbas Kamel à sa résidence officielle à Jérusalem, le 30 mai 2021 (Crédit : Amos Ben-Gershom / GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accueilli une délégation égyptienne, dirigée par le chef des services de renseignement égyptiens, Abbas Kamel, qui est dans le pays pour des discussions sur le cessez-le-feu, qui a mis fin aux combats entre Israël et le groupe terroriste du Hamas qui dirige Gaza, au début du mois.

Un communiqué du bureau de M. Netanyahu indique que les deux hommes ont discuté notamment de « l’intensification de la coopération » entre les deux pays voisins et des « questions régionales », et qu’ils ont salué « les efforts conjoints entre les pays sur diverses questions sécuritaires et diplomatiques. »

Netanyahu a réitéré la demande d’Israël pour le retour de deux citoyens et des corps de deux soldats tués dans la guerre de Gaza de 2014, détenus par le Hamas, selon le bureau du Premier ministre.

Ils ont également discuté des « mécanismes et processus pour empêcher le renforcement du Hamas et l’empêcher d’être aidé par des ressources qui seront allouées à l’avenir pour la population civile. »

La déclaration n’utilise pas le mot cessez-le-feu et ne mentionne pas explicitement l’accord que l’Egypte a contribué à négocier pour mettre fin aux 11 jours d’hostilités qui ont éclaté le 10 mai, après que le Hamas a tiré des roquettes vers Jérusalem, dans un contexte d’escalade des tensions israélo-palestiniennes au sujet de la ville.

Le conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, a également pris part à la réunion, après avoir rencontré Kamel pour une « longue discussion sur ces questions », selon le bureau de Netanyahu.

Ces rencontres interviennent alors que le ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi était accueilli par son homologue égyptien Sameh Shoukry, pour des discussions sur le cessez-le-feu à Gaza.

Ashkenazi a pour sa part expliqué sur Twitter souhaiter « approfondir les mécanismes autour d’un accord » sur Gaza et discuter de la reconstruction de l’enclave palestinienne, durement touchée par les bombardements.

Il a également évoqué « l’engagement d’Israël à faire revenir ses soldats et civils » de la bande de Gaza, en référence aux corps de deux soldats tués au combat en 2014 et aux deux civils de nationalité israélienne entrés de leur propre gré dans l’enclave palestinienne et détenus depuis.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut à gauche : Avera Mengistu, Hisham al-Sayed, Hadar Goldin et Oron Shaul. (Flash 90/Times of Israel)

Après avoir rencontré les dirigeants israéliens, le chef de l’espionnage égyptien, Abbas Kamel s’est rendu à Ramallah, en Cisjordanie, où il a rencontré le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Selon l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne, Wafa, les deux hommes ont discuté du cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste du Hamas, de la reconstruction de Gaza et de la « réconciliation intra-palestinienne, » mise à mal après l’annulation du scrutin palestinien par Abbas.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le chef du renseignement égyptien, Abbas Kamel, ont convenu de tenir une série de pourparlers entre Palestiniens au Caire, selon les médias du gouvernement égyptien.

Les dirigeants de toutes les principales factions palestiniennes participeront aux pourparlers « dans le cadre des efforts de l’Égypte en faveur de l’unification de la position palestinienne », ont déclaré les médias officiels égyptiens.

Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi pendant une conférence de presse à l’Elysée, à Paris, le 7 décembre 2020. (Crédit : Michel Euler/AP)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a promis 500 millions de dollars (environ 410 millions d’euros) pour la reconstruction de Gaza, enclave densément peuplée de deux millions d’habitants vivant sous blocus israélien depuis près de 15 ans.

Des dizaines de camions d’aide internationale ont déjà afflué à Gaza par les terminaux israélien et égyptien. Et l’ONU a lancé jeudi un appel pour réunir 95 millions de dollars d’aide aux Palestiniens à Gaza comme en Cisjordanie, après avoir déjà débloqué 18 millions de dollars pendant le conflit.

En tournée au Proche-Orient la semaine dernière, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a dit vouloir « reconstruire » les relations des Etats-Unis avec les Palestiniens et évoqué une aide urgente de 5,5 millions de dollars pour Gaza, en plus de 75 millions de dollars d’aide au développement économique destinée aux Palestiniens.

Ces aides, qui doivent être validées par le Congrès, ne doivent pas aller au Hamas, a souligné M. Blinken.

Le Qatar a également annoncé une aide de 500 millions de dollars.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a lancé jeudi une enquête internationale sur les atteintes aux droits humains commises dans les Territoires palestiniens occupés et en Israël depuis avril, mais aussi sur les « causes profondes » des tensions. Une décision qualifiée de « honteuse » par Benjamin Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...