Netanyahu annonce au Hamas une « grosse surprise », et l’élimination de ses chefs
Rechercher

Netanyahu annonce au Hamas une « grosse surprise », et l’élimination de ses chefs

Parallèlement, des informations indiquent que l'Égypte a persuadé Israël de ne pas assassiner le chef du Hamas, Yahya Sinwar, et le chef de sa branche militaire, Marwan Issa

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans l'implantation de Mevoot Yericho à l'occasion de la fête juive de Tou Bichvat dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, le 10 février 2020. (Crédit : Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans l'implantation de Mevoot Yericho à l'occasion de la fête juive de Tou Bichvat dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, le 10 février 2020. (Crédit : Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mardi que l’armée préparait une « grosse surprise » pour le Hamas si le groupe terroriste ne parvenait pas à maîtriser la violence visant le sud d’Israël, alors que des informations indiquent qu’Israël envisage l’élimination de deux hauts dirigeants du Hamas.

Dans une interview préélectorale avec la radio de l’armée, M. Netanyahu a déclaré : « Le Hamas et les autres organisations terroristes telles que le Jihad islamique, dont nous avons éliminé le commandant [Baha Abu al-Ata] il y a quelques semaines, doivent comprendre que soit le calme est total et qu’ils maîtrisent les factions rebelles – leur tirer dans les genoux est le meilleur moyen – soit nous n’aurons d’autre choix que de lancer nos programmes opérationnels. Je ne peux pas dévoiler de quoi il s’agit, mais je peux dire que ce sera une grosse surprise. »

Le Premier ministre a déclaré qu’il ne soumettrait aucune décision sur Gaza à des « calendriers politiques », à moins de deux semaines des élections du 2 mars, ajoutant qu’il « choisirait le bon moment pour agir ».

Les propos du Premier ministre font suite à une série de menaces similaires qu’il a proférées la semaine dernière, avertissant le Hamas de mettre fin à une série d’attaques à la roquette depuis la bande de Gaza.

Le chef terroriste du Jihad islamique palestinien Baha Abu al-Ata assiste à un rassemblement dans la ville de Gaza, le 21 octobre 2016. (Crédit : STR/AFP)

« Je vous le dis en tant que Premier ministre, je ne veux pas précipiter le déclenchement d’une guerre », a déclaré M. Netanyahu dans une interview accordée à la Vingtième chaîne. « Je ne bombe pas le torse, je ne joue pas du tambour et je ne sonne pas de la trompette. Mais nous préparons pour le Hamas la surprise de leur vie. Je ne dirai pas ce que c’est, mais ce sera différent de tout ce qui a précédé. »

Par ailleurs, le site web panarabe Al-Araby Al-Jadeed, basé à Londres, a rapporté mardi qu’une délégation des services de renseignement égyptiens qui s’est rendue dans la bande de Gaza l’a fait après avoir reçu des informations selon lesquelles Israël prévoyait d’éliminer deux personnalités importantes du Hamas.

Le site web a déclaré avoir été informé par des sources que le Caire avait persuadé Israël de suspendre la décision d’assassiner Yahya Sinwar, le chef du Hamas dans la bande de Gaza, et Marwan Issa, le chef de sa branche militaire, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

Selon les sources, Israël tient Sinwar et Issa pour responsables de la récente escalade des hostilités dans la bande de Gaza. La délégation de sécurité égyptienne aurait rencontré des responsables de la sécurité israélienne avant de se rendre dans la bande de Gaza et aurait mis en garde contre les conséquences de l’assassinat de Sinwar et Issa, notant ce qui s’est passé lorsque Israël a éliminé Baha Abu al-Ata, le commandant des Brigades Al-Qods, la branche militaire du Jihad islamique, en novembre dernier.

Le Jihad islamique avait tiré quelque 400 roquettes sur Israël en 48 heures en réponse à cet assassinat.

Adam Rasgon et Judah Ari Gross ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...