Netanyahu annonce la baisse de la TVA de 1 %
Rechercher

Netanyahu annonce la baisse de la TVA de 1 %

Cette baisse coûterait à l'Etat entre 4,5 et 6 milliards de shekels ; Karnit Flug s'y oppose

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances, Moshe Kahlon à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, en août 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube/IsraeliPM)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances, Moshe Kahlon à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, en août 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube/IsraeliPM)

Israël a annoncé jeudi des réductions de la taxe à la valeur ajoutée (TVA) et de l’impôt sur les sociétés pour stimuler l’économie mais la Banque centrale a prévenu que ces mesures risquent d’accroître la dette publique.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Moshe Kahlon ont annoncé que la TVA passerait en octobre de 18 % à 17 % et l’impôt sur les sociétés serait réduit à partir de janvier 2016 de 26,6 % actuellement à 25 %.

« Une économie croît avec des impôts bas, une économie avec des impôts élevés ne croît pas », a dit M. Netanyahu.

Les deux hommes ont expliqué que ces mesures avaient été décidées grâce à des recettes fiscales plus importantes que prévu.

« Cet argent est venu des citoyens et nous comptons le rendre aux citoyens », a assuré le ministre des Finances, qui avait promis des réformes économiques et sociales à l’occasion des élections de mars dernier.

Mais la Banque centrale d’Israël n’a pas tardé à réagir avec une mise en garde sur le risque d’un déficit plus important l’an prochain.

« Vu l’incertitude concernant les développements économiques l’an prochain, une réduction de la TVA, qui coûterait environ 4,8 milliards de shekels (1,2 milliard de dollars), pourrait creuser encore plus le déficit l’an prochain, et menacer l’objectif d’un déficit de 2,9 % », a prévenu la Banque d’Israël dans un communiqué.

« En outre, avec une réduction de la TVA maintenant il sera difficile d’atteindre les objectifs budgétaires des prochaines années. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...