Netanyahu appelle de nouveau Gantz à des négociations en tête-à-tête
Rechercher

Netanyahu appelle de nouveau Gantz à des négociations en tête-à-tête

Pour le Premier ministre, une "dernière tentative" de former un gouvernement d'union avec le leader de Kakhol lavan doit être faite au nom du pays

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz, (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rencontrent au siège de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 27 octobre 2019. (Crédit : Elad Malka)
Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz, (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rencontrent au siège de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 27 octobre 2019. (Crédit : Elad Malka)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réitéré jeudi son appel auprès de son rival Benny Gantz l’invitant à négocier avec lui pour tenter une dernière fois d’établir un gouvernement d’union et empêcher un troisième scrutin en moins d’un an.

« Je tiens à clarifier une chose — j’accepte le défi et je lui propose : des négociations individuelles immédiates, vous et moi, sans conditions préalables », a ainsi tweeté Netanyahu.

« Nous pouvons surmonter cette querelle. Le pays est important pour nous tous ! Nous devons faire un dernier effort conjoint de former un gouvernement d’unité », a exhorté le Premier ministre qui, comme ses rivaux, ne souhaite pas être perçu comme le responsable de nouvelles élections. Il avait lancé un appel similaire à Gantz mercredi soir.

Aucun camp n’ayant indiqué être prêt à revenir sur les exigences formulées lors des précédentes négociations, de nouvelles discussions ne semblent pas en mesure de résoudre l’impasse.

Le bureau du président Rivlin a fait savoir que celui-ci informerait jeudi le responsable de la Knesset, Yuli Edelstein, que le Parlement entrait, pour la première fois de son histoire, dans une période de grâce spéciale de 21 jours pendant laquelle tout député aura la possibilité de devenir Premier ministre.

Ainsi, 61 des 120 élus de la Knesset — soit la majorité absolue — peuvent demander à Reuven Rivlin de nommer comme Premier ministre tout député acceptant d’occuper la fonction. Ce parlementaire aura alors 14 jours pour rassembler une coalition.

En vertu de l’Article 10 de la Loi fondamentale d’Israël : le gouvernement, tout élu s’y étant déjà essayé peut y être désigné. Netanyahu et Gantz sont donc toujours en lice.

Si aucun député ne récolte les 61 soutiens nécessaires dans les 21 jours accordés, la 22e Knesset sera dissoute, et Israël se dirigera vers ses troisièmes élections en l’espace d’un an.

Cette période de grâce est devenue inévitable après que le numéro un de Yisrael Beytenu, Avidgor Liberman, a annoncé mercredi qu’il ne soutiendrait ni Netanyahu ni Gantz, puisque aucun d’entre eux n’a accepté sa demande concernant la formation d’un gouvernement d’unité laïc. Yisrael Beytenu a remporté huit sièges à la Knesset, ce qui place Liberman dans la position de faiseur de roi.

D’après un reportage de la Douzième chaîne diffusé mercredi, Gantz aurait jugé que son alliance avec le numéro deux du parti, Yair Lapid, avait réduit ses chances de gouvernement d’union avec le Likud.

« À cause de Lapid, les chances d’unité ont chuté », a ainsi été cité Gantz par la chaîne, des propos qu’il aurait tenus à ses partenaires mercredi à deux occasions, sans élaborer.

Le leader centriste a également expliqué que l’aile droite de son parti avait fait échouer une tentative de constitution d’un gouvernement minoritaire soutenu par la Liste arabe unie, a également rapporté la Douzième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...