Netanyahu assure œuvrer au retour des corps des soldats détenus à Gaza
Rechercher

Netanyahu assure œuvrer au retour des corps des soldats détenus à Gaza

Hadar Goldin, le père d'un des soldats, a critiqué le Premier ministre et l'a accusé de "six ans de négligence continue"

Des amis des soldats Oron Shaul et Hadar Goldin portent des masques à leur effigie pour réclamer le retour de leurs dépouilles, devant la Knesset le 1er juillet 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des amis des soldats Oron Shaul et Hadar Goldin portent des masques à leur effigie pour réclamer le retour de leurs dépouilles, devant la Knesset le 1er juillet 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assuré jeudi soir qu’Israël s’efforçait toujours de récupérer les corps des militaires tués dans la bande de Gaza il y a six ans, et que son gouvernement ne manquerait pas « une occasion » de les ramener chez eux.

Ses propos, prononcés par visioconférence lors d’une cérémonie au Mont Herzl à Jérusalem commémorant le sixième anniversaire de l’opération Bordure protectrice en 2014, ont été sévèrement critiqués par le père du lieutenant Hadar Goldin, tué pendant le conflit.

« Nous sommes ici pour nous souvenir de six années de négligence continue, et le Premier ministre a décidé de ne pas nous rencontrer cette année, parce qu’il n’a rien à nous dire », a dénoncé Simcha Goldin, qui critique depuis longtemps Netanyahu et son action.

Les familles des victimes n’ont pas assisté à la cérémonie officielle d’État, dont la participation était limitée en raison du coronavirus. En conséquence, Simcha Goldin et d’autres parents ont érigé une tente de protestation à l’extérieur du lieu de la cérémonie.

Le président Reuven Rivlin discute avec Simcha Goldin, le père du soldat israélien Hadar Goldin, le 2 juillet 2020. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Il s’est plaint que les organisateurs auraient pu faire venir « un représentant de chaque famille ou organiser l’événement à l’extérieur », a rapporté le site d’information Ynet.

Après la cérémonie, le président Reuven Rivlin, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le ministre de la Défense Benny Gantz se sont rendus sous la tente pour parler aux familles.

Après que Simcha Goldin a demandé « que vous terminiez la mission et rameniez nos garçons à la maison », Benny Gantz, qui était chef d’état-major de l’armée pendant l’opération Bordure protectrice, lui a répondu que ses mots ne « tombaient pas dans l’oreille d’un sourd » et que « nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir et plus encore » pour ramener son fils.

Cependant, M. Goldin n’était pas satisfait et a rétorqué que « ce ne sont que des mots. Vous avez dit cela l’année dernière et toutes les années précédentes. Nous demandons des actions, pas des mots ».

Le père du soldat a longtemps protesté contre ce qu’il considère comme l’inaction de Netanyahu. L’année dernière, il avait appelé le gouvernement à adopter une ligne beaucoup plus dure contre le Hamas alors qu’il se tenait à côté d’un coq gonflable de 10 mètres de haut à l’extérieur de la Knesset.

« Nous devons changer l’équation dans laquelle le Hamas kidnappe des soldats et les utilise comme un atout », avait-il commenté à l’époque. « Nous devons passer à une situation où l’enlèvement de soldats constitue un fardeau pour le Hamas : un fardeau qui a un lourd tribut politique et économique. La paix en échange de la paix. Des mouvements humanitaires pour des mouvements humanitaires. »

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut à gauche : Avraham Mengistu, Hisham al-Sayed, Hadar Goldin et Oron Shaul. (Flash 90/Times of Israel)

Le Hamas détient actuellement les corps des soldats Hadar Goldin et Oron Shaul, tous deux tués lors de la guerre de 2014, ainsi que les civils Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, deux Israéliens entrés à Gaza de leur propre chef.

Le groupe terroriste du Hamas a déclaré à la fin du mois dernier qu’une condition préalable à tout accord d’échange de prisonniers avec Israël était la libération de dizaines de condamnés pour terrorisme qui ont été relâchés lors d’un échange en 2011 et qui ont été à nouveau arrêtés depuis.

Dans un accord de 2011 avec le Hamas, Israël a libéré 1 027 condamnés palestiniens en échange du soldat israélien Gilad Shalit, pris en otage en 2006.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...