Le père d’Hadar Goldin manifeste devant la Knesset avec un coq gonflable géant
Rechercher

Le père d’Hadar Goldin manifeste devant la Knesset avec un coq gonflable géant

Des activistes de droite exigent une "Victoire israélienne" sur les Palestiniens, alors que le coq représenterait la "lâcheté des politiques passées à l'égard du Hamas"

Simcha Goldin, le père du soldat israélien mort au combat Hadar Goldin, se trouve à côté d'un coq gonflable de 10 mètres de haut lors d'une manifestation devant la Knesset le 14 août 2019. (Hadas Parush/Flash90)
Simcha Goldin, le père du soldat israélien mort au combat Hadar Goldin, se trouve à côté d'un coq gonflable de 10 mètres de haut lors d'une manifestation devant la Knesset le 14 août 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Mercredi, le père du soldat israélien mort au combat, et dont la dépouille est toujours entre les mains du Hamas à Gaza depuis 2014, a exigé que Jérusalem adopte une position beaucoup plus dure à l’égard du groupe terroriste pour assurer le retour de son fils et d’autres Israéliens.

Se trouvant devant un coq gonflable de 10 mètres de haut dressé devant la Knesset, Simcha Goldin, dont le fils lieutenant Hadar Goldin a été tué lors de l’Opération Bordure protectrice, a déclaré que le retour à la maison de prisonniers de guerre peut avoir lieu « sans relâcher des terroristes ».

« Nous avons besoin de changer les données de l’équation dans lesquelles le Hamas enlève de soldats et les utilise comme monnaie d’échange, a-t-il dit. Nous avons besoin d’aller vers une situation où l’enlèvement de soldats constitue un fardeau pour le Hamas : une situation qui impose un lourd prix politique et économique. La paix en échange de la paix. Les gestes humanitaires en échange de gestes humanitaires ».

Il a ensuite déclaré à la Douzième chaîne que « la peur qui s’était profondément enracinée parmi les élus, après 40 ans à gérer des enlèvements, a conduit à une situation où ‘abandonner des soldats sur le champ de bataille’ n’est plus un mot choquant. L’ennemi a gagné. On peut abandonner nos soldats sur le champ de bataille ».

Le Projet Victoire Israël a organisé une manifestation avec un coq gonflable de 10 mètres de haut, le 14 août 2019. (Gerard Garson/Projet Victoire Israël)

Goldin s’est exprimé lors d’une manifestation organisée par une coalition de groupes de droite conduite par le Projet Victoire Israël, qui est connu pour avoir par exemple affiché une grande image du chef du Hamas Ismail Haniyeh en maillot de bain à proximité de l’autoroute Ayalon de Tel Aviv, et pour avoir tranquillement renommé les rues de Tel Aviv en l’honneur de terroristes palestiniens.

Le groupe a dit que le poulet, sur lequel était écrit le slogan « Ça suffit d’avoir peur ! Exigez la victoire israélienne » visait à symboliser la « lâcheté des politiques passées à l’égard du Hamas ».

Les Goldin critiques depuis longtemps l’échec du Premier ministre Benjamin Netanyahu à faire revenir leur fils. Le mois dernier, Leah, la mère d’Hadar Goldin, a dit que le Premier ministre n’avait « rien » fait pour faire rentrer son fils, cinq ans après sa mort.

La manifestation survient quelques jours après que la mère d’un deuxième soldat israélien mort au combat, Oron Shaul, a également fustigé Netanyahu.

« Le retour du mon fils n’intéresse pas le Premier ministre », a déclaré Zehava Shaul lors d’une manifestation devant la résidence de Netanyahu à Jérusalem.

« Vous avez eu de nombreuses occasions de faire revenir Oron et Hadar, mais vous n’avez rien fait, a-t-elle dit. C’est malheureux que vous continuiez à jouer avec nous. Vous savez faire des milliers de promesses, mais vous ne savez pas les tenir. C’est embêtant pour un Premier ministre ».

Les manifestations ont lieu alors que l’on marque le cinquième anniversaire de la guerre de 2014 à Gaza, connue en Israël sous le nom de Bordure protectrice, dans laquelle les soldats israéliens Hadar Goldin et Oron Shaul ont été tués et capturés par des combattants du Hamas. Le groupe terroriste détient également les civils israéliens Avera Avraham Mengistu et Hisham al-Sayed.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...