Netanyahu contraint de rendre les 265 000 euros reçus pour sa défense
Rechercher

Netanyahu contraint de rendre les 265 000 euros reçus pour sa défense

Le Contrôleur de l'Etat rejette à nouveau la demande du Premier ministre de faire financer ses frais de justice par de riches bienfaiteurs ; le Likud crie au scandale

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet à son bureau de Jérusalem, le 10 février 2019. (Gali Tibbon/Pool via AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet à son bureau de Jérusalem, le 10 février 2019. (Gali Tibbon/Pool via AP)

La Commission d’autorisation du Contrôleur de l’Etat rejette une deuxième fois la demande du Premier ministre Benjamin Netanyahu de faire financer ses frais de justice induits par les trois affaires de corruption qui le visent par de riches bienfaiteurs, dont son cousin.

La commission a également décrété que les fonds déjà reçus par les associés de Netanyahu étaient inappropriés, et qu’il devait rembourser à son cousin Nathan Milikowsky les 265 000 euros reçus, ainsi que les costumes donnés par le millionnaire américain Spencer Partrich, ont rapporté des médias en hébreu.

Après que le cabinet du Contrôleur de l’Etat Yosef Shapira avait dit non en décembre à une demande de Netanyahu d’être autorisé à demander à l’homme d’affaires Milikowsky, basé aux États-Unis, et à Partrich de prendre en charge ses frais de défense, les avocats du Premier ministre avaient déposé une nouvelle demande le mois dernier. Ils demandaient à pouvoir recevoir un million de dollars dans un premier temps, puis deux millions. Netanyahu aurait également indiqué qu’il y contribuerait personnellement à hauteur de 100 000 dollars.

Dans les affaires qui le visent, l’intéressé est soupçonné d’avoir reçu des avantages de riches bienfaiteurs en échange de faveurs. Dans sa décision de décembre, la Commission d’autorisation avait jugé qu’il était inapproprié que des non-Israéliens financent la défense dans une affaire concernant la réception de sommes d’argent de la part de bienfaiteurs fortunés.

Le mois dernier, Yossef Shapira aurait par ailleurs demandé au procureur général Avichai Mandelblit d’enquêter sur ces 265 000 euros donnés par Milikowsky.

Spencer Partrich (Autorisation)

Mandelblit avait alors annoncé que si le Contrôleur se prononçait de nouveau cotre les demandes de Netanyahu, celui-ci serait contraint de rembourser l’argent empoché, lequel a déjà été transmis à ses avocats.

La décision prise par la Commission dimanche est ainsi conforme à l’annonce de Mandelblit. Le Premier ministre doit donc rendre à Milikowsky l’argent perçu ainsi que les vêtements — ou leur valeur pécuniaire s’ils ont déjà été portés — à Partrich.

La Commission a ajouté que d’après la déclaration de patrimoine de Benjamin Netanyahu, il s’avère « aisé » et devra donc prouver qu’il a épuisé toutes ses ressources financières s’il veut faire appel à des tiers pour financer sa défense.

Un de ses avocats, Navot Tel-Zur, avait avancé que Netanyahu et ses avocats pensaient que les dons émanant d’un membre de la famille ne nécessitaient pas l’autorisation de la Commission, ajoutant que Milikowsky lui avait fait ce cadeau entre mars 2017 et mars 2018, soit avant que le procureur général n’ait clarifié que de tels dons devaient être approuvés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...